Le premier autobus à hydrogène inauguré à São Paulo

Le premier bus brésilien équipé avec des cellules à combustible à hydrogène commence à rouler dans les rues de São Paulo en ce mois d’avril. Le bus a été fabriqué dans la ville de Caxias do Sul, et le combustible qui alimente le bus, l’hydrogène, est produit à São Bernardo do Campo, par le biais d’un partenariat avec l’entreprise Petrobras.

L’hydrogène est considéré comme le meilleur combustible du futur dans les transports. Le principe est le suivant : la cellule à combustible est un dispositif qui utilise l’hydrogène pour produire de l’électricité, laquelle alimentera les moteurs électriques du véhicule. Le seul sous-produit généré étant à peine l’eau, l’hydrogène n’est pas un combustible polluant.

Le premier autobus à cellule à hydrogène inauguré à São Paulo mesure 12 mètres de long et peut transporter jusqu’à 63 passagers (un chauffeur, 29 personnes assises, 32 personnes debout et une personne en fauteuil roulant). Il est équipé de la climatisation et d’un sol abaissé pour un confort et une sécurité optimisés. Il desservira le Couloir Métropolitain ABD (São Mateus – Jabaquara), qui présente aujourd’hui de hautes concentrations en émissions.

Le premier autobus à hydrogène inauguré à São PauloLa traction du bus est alimentée de façon hybride, c’est-à-dire qu’elle utilise tant l’énergie des batteries rechargées que l’énergie issue des cellules à combustible. De plus, le bus possède un système de régénération qui récupère l’énergie cinétique pendant les freinages (KERS), le même système qui est utilisé dans les voitures de Formule 1. Le potentiel total du système est de 230 kW et la consommation d’hydrogène avoisine les 15 kg tous les 100 km. L’autonomie du bus à hydrogène est de 300 km.

L’hydrogène a le mérite d’être un combustible qui soit favorable à l’environnement car il ne génère pas de polluants, ni de gaz à effet de serre. Il a néanmoins l’inconvénient d’être gourmand en énergie lors de sa production. L’hydrogène est produit par électrolyse de l’eau, procédé qui sépare les molécules d’oxygène et d’hydrogène et qui est très coûteux en énergie. Il en résulte une balance générale négative pour la consommation d’énergie avec cette alternative de combustible. Par ailleurs, à ce jour, la majeure partie de l’hydrogène produit industriellement est fabriquée à partir de gaz naturel, un combustible fossile, tout comme l’est le pétrole. Une des alternatives les plus prometteuses à ce jour est la photosynthèse artificielle, grâce à laquelle les scientifiques tentent de produire de l’hydrogène à partir de la lumière du soleil.

Le projet de construction de l’autobus à hydrogène au Brésil est une initiative du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en partenariat avec l’EMTU (Entreprise Métropolitaine de Transports Urbains), la GEF (Global Environment Facility), et la FINEP (Financeur d’Etudes et Projets). La construction de quatre bus à hydrogène est prévue dans le projet. Le Brésil est le quatrième pays au monde à détenir la technologie de fabrication des bus de transport de passagers qui se déplacent à l’hydrogène, derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et la Chine.

BE Brésil numéro 124 (18/05/2009) – CenDoTeC / Ambassade de France au Brésil / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59115.htm

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le premier autobus à hydrogène inauguré à São Paulo"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Geo
Invité

A quoi cela correspond en énergie primaire ? Quels sont les coefficient de conversion pour ce type de machine ?Quels sont les espoirs d’amélioration ?

Lasgo
Invité

L’hydrogène est une énergie propre uniquement si il est produit à partir d’énergies renouvelables… sans parler de nucléaire bien sûr, qui n’est pas une énergie propre. C comme ces voitures électriques commandées par l’Etat, on n’oublie de dire que c surtout le nucléaire derrière qui va charger les batteries… sans parler de l’extraction du lithium et de ses éventuels impacts en Bolivie par exemple. Bref les solutions réelles de développement durable sont celles qui prennent en compte l’ensemble de la filière.

wpDiscuz