Le projet de gazoduc transsaharien en discussion

Lundi 9 juillet s’est tenue à Bruxelles une conférence portant sur le projet de gazoduc transsaharien.

Les représentants des gouvernements du Nigeria, du Niger et de l’Algérie ainsi que le Commissaire Européen à l’Energie ont discuté de la faisabilité du projet et des perspectives d’approvisionnement en énergie, aux côtés d’investisseurs potentiels et des institutions financières internationales.

Long de 4128 Kilomètres, le gazoduc pourrait transporter 20 à 30 milliards de m3 de gaz naturel du Nigeria vers l’Europe via le Niger et l’Algérie dès 2015. Le projet prévoit la construction d’une vingtaine de stations de compression. Il aboutira dans sa partie onshore, soit à Beni Saf à l’ouest soit à El Kala à l’est.

Les réserves du Nigéria sont estimées à 5 trillions de mètres cubes, soit l’équivalent de 10 ans de consommation européenne.

Le commissaire européen à l’Energie Andris Piebalgs a néanmoins insisté sur la nécessité de prendre en compte les besoins en gaz de l’Afrique de l’Ouest et des populations locales dans l’élaboration du projet. Celui-ci devra ainsi permettre l’alimentation en gaz naturel des régions désertiques traversées, y compris celles de certaines régions des pays voisins du tracé du gazoduc.

La réalisation du projet sera confiée à la compagnie algérienne Sonatrach. Il représente un budget global de 10 milliards de dollars.

(src: Sonatrach – UE)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Le projet de gazoduc transsaharien en discussion"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
mus_dr
Invité

La réalisation du projet confiée à la compagnie algérienne Sonatrach.qui représente un budget global de 10 milliards de dollars c’est bien mis donné nous Les réserves du algérie est estimation par mètres cubes, soit l’équivalent par ans de consommation européenne.

Zino
Invité
Le Quotidien d’Oran du 06/07/2009 Le Transsaharian Gas Pipe Service, un projet catastrophique                                                                                        Par : Y. Mérabet Au Nigeria, les violences dans le Delta du Niger, mais aussi la corruption et la désorganisation du tissu industriel freinent l’exploitation aussi bien du pétrole que du gaz, qui a souvent été brûlé au lieu d’être produit et exporté,  alors que la population nigériane meure de faim. Là-bas ! Au Nigéria c’est la guerre du pétrole, au Niger c’est El Qaeda, ici en Algérie c’est le flou des prix, tout cela sont des entraves à lever avant de penser à réaliser un projet de tel… Lire plus »
christian
Invité

Copier-coller, et hop je suis intéressant. Non, cela ne marche pas comme ça. Zino: personne ne lit un pavé collé comme cela, bourré de balises HTML. Donnez un lien HTTP, mettez le en valeur, exprimez-vous personnellement, ne recopiez pas des textes de tiers : ça ne sert à rien. Note pour les modos : z’êtes en vacances ?

Zino
Invité
Je répend à Chistian Du coq à l’Ane                                                                                        La logique ça se construit comme un mur, il y’a bien quelqu’un qui a posé la première pierre, un autre la deuxième etc. jusqu’à la nième et celà jusqu’au toit. Alors, toi grimpé sur le toit tu a du mal à croire que tout ça est soutenu par un mur très solide construit par des homme de foi. Faites comme si ce n’est pas un algérien qui a écrit tout ça et faites  un commentaire plus constructif et convenable. Allons nous dire, que le Coran est un collage HTTP de la Bible et la… Lire plus »
Zino
Invité
Ce qui nous intrique pour le Transsaharien, c’est que ce projet inscrit dans les priorités du NEPAP, ne contribut nullement au développement de l’Afrique. C’est un projet d’intérét européen et de gouverneurs africains corrumpus, le peuple africain ne bénifiéra rien de cette transaction comerçiale. il continuera à sombrera encore plus dans dans la pauvreté et la misère. En ce qui conserne notre pays l’Algérie, si la dérective gaz européenne déjà parraphée par Chakib Khalil sera appliquée à la lettre, alors là, c’est la grande catastrophe pire que celle que j’avais prédit dans mon article. Car là, on rentrera là dans le contexte du Décret exécutif n° 05-128… Lire plus »
christian
Invité

Cher Zino, Désolé de vous avoir froissé : j’en appelais juste au respect de la netiquette. Vos idées méritent sans doute qu’on les lise : écrivez donc un article sur Enerzine (infos ici ) Cela sera pérenne (plus que les commentaires que vous laissez à droite et à gauche), et on pourra vous citer sans copier-coller des kilomètres de texte. Sur le fond, me permettrez-vous de rapprocher vos propos des inquiétudes émises récemment ici concernant le projet Desertec ? — Un âne (bâté de surcroît)

Zino
Invité
Puiceque monsieur Christian veut que j’écrive sur Enerzine , alors allons s’y. Je vous choisi aujourd’hui un sujet sur Medgaz qui figure sur la rubrique ‘Dautres infos.’ d’Enerzine. Cet a été  apprécié dans le monde entier, sauf en algérie, et, pourtant il a servi de leçon à Chakib Khalil pour redresser la barre en achetant par la suite les 16% la part de Total sur le marché informel..tu comprends le double jeu.. Voir la version complète : Medgaz, un gâchis pour l’union du Maghreb arabe morjane 13/04/2007, 14h22 Le Medgaz, ce gazoduc est destiné à acheminer le gaz naturel une fois traité, du champ… Lire plus »
Zino
Invité
Pour mon ami Christian Non! Sonatrach est très liée avec les grandes multinationales par de grandes affaires de corruptions, comme celle-ci. Un nouveau scandale de dimension internationale ENERGIE Le nouveau Lobby “technologique” du captage et du stockage du CO2 Par: Y.Mérabet Au fait, le captage et le stockage du CO2 désignent une succession de procédés technologiques consistant à capter le dioxyde de carbone (CO2) présent dans les gaz rejetés par l’industrie, à le transporter et à l’injecter dans des formations géologiques. Les méthodes de séquestration sont loin d’avoir fait leur preuve sur le long terme et ce n’est qu’un prétexte… Lire plus »
wpDiscuz