Enerzine

« Le ralentissement de l’activité économique impacte l’activité transport »

Partagez l'article

Selon les derniers chiffres du Comité professionnel du pétrole (CPDP), les livraisons de carburants sur le marché français se sont élevées à 4,07 millions de mètres cubes en mars 2013, en baisse de 3 % par rapport à mars 2012.

Cette évolution résulte d’une baisse de 6,9 % des livraisons de supercarburants sans plomb et d’une baisse de 2,1 % des livraisons de gazole. La part du gazole dans la consommation française de carburants a été de 82 % en mars 2013.

Sur les trois premiers mois de l’année 2013, la consommation française de carburants routiers a baissé de 3,3 % par rapport aux trois premiers mois de l’année 2012.

En année mobile, entre avril 2012 et mars 2013, la consommation française de carburants est de 49,65 millions de mètres cube, en baisse de 1,6 %. Durant cette période, la consommation de supercarburants a baissé de 6,6 % et celle de gazole a baissé de 0,3 %.

"Les données de consommation de carburants en année mobile, en baisse de 1,6 %, confirment la tendance de baisse de la consommation française de carburants en France observée en 2012. La baisse de 2,3 % de la consommation de gazole observée sur les trois premiers mois de 2013, par rapport aux trois premiers mois de 2012, indique que le ralentissement de l’activité économique impacte désormais l’activité de transport", a indiqué Jean-Louis Schilansky, président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP).


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    17 Commentaires sur "« Le ralentissement de l’activité économique impacte l’activité transport »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Tassin
    Invité

    Enfin une bonne nouvelle! Comme quoi la pollution est strictement corrélée à la croissance, quoiqu’en disent les économistes de plateaux télé.

    edc10
    Invité
    Faux. La consommation d’énergie est corrélée à la croissance (du PIB). La ‘pollution’ est une conséquence de la consommation d’énergie. Si vous savez utiliser l’énergie du soleil plutôt que de bruler du pétrole, la pollution engendrée ne sera pas la même. Et à savoir de quelle pollution vous parlez (CO2, métaux lourds, …, … la liste est longue), la décroissance n’est pas la solution à la dépollution, sauf si on reste dans le modèle ‘je brule du pétrole’. Il y a un nouveau saut quantitatif qui va être fait, le même qui s’est produit dans l’ère pétrole/charbon: c’est le soleil… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    La décroissance est une catastrophe ultra-polluante qui engendre immédiatement un vent de panique et un recentrage vers les priorités : manger et payer le loyer. La cause environnementale est forcément reléguée en fin de liste des priorités et on « continue comme avant » dans tous les domaines. Comprenez : on ressort les vieilles charrues qui brulent autant d’huile que de fuel on se met au feu de cheminée sans aucun investissement dans une chaudière : rendement < 10% mais seule solution "gratuite" Vous pouvez dire adieu au travaux d'isolation hormis sur quelues sites ultra-markettés complètement insignifiants. La décroissance : c'est simplement… Lire plus »
    jolastico
    Invité
    Ca dépend de comment va se présenter la décroissance. De toute façon, la question n’est pas de souhaiter ou pas la décroissance, vu qu’elle arrivera forcément. Je ne vois aucun moyen de produire autant d’énergie qu’actuellement avec la raréfaction des fossiles et la contrainte climatique (et ne me parlez pas de solaire, d’éolien, ou de nucléaire, on n’est pas dans les mêmes ordres de grandeur). Ou alors vous avez une solution magique dans votre chapeau ? On va pouvoir augmenter un peu l’efficacité énergétique de l’économie, mais faut pas s’attendre à une révolution non plus. Les gains d’efficacité seront compensés… Lire plus »
    zoziau
    Invité

    Aujourd’hui nos comportements de consommation sont délirants, ne nous rendent pas plus heureux et détruisent notre « maison » commune à grande vitesse avec un risque avéré sur la survie de notre espèce. En prendre conscience c’est bien là que se trouve le progrès. Pour une croissance du BIB il faut préparer la décroissance des activités polluantes, à haut risque et spéculatives.

    Tech
    Invité
    le titre me rapellel’histoire de la grenouille à qui on coupe les pattes et qu’on traite de sourde quand on lui demande de sauter! evidément que si l’activité décroit la consommation d’énergie décroit aussi, mais l’important est de savoir dans quel rapport! quel est l’influence du renouvellement du parc des moyens de transports, généralement plus économes en carburants, des radars qui obligent à une réduction de vitesse , de la météo, du prix dans les pays limitrophes, de la croissance de solutions alternatives (huiles végétale, véhicules électriques (pas seulement les voitures, mais aussi les scooters et les vélos à assistance),… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Au sens littéral strict, le terme « Croissance » est exclusivement utilisé dans la presse pour parler du PIB, celui là même qui permet de calculer le ratio de dette et qui donne le « la » de toutes les politiques économiques. La décroissance , c’est exactement ce que vous avez en ce moment , stagnation ou récession du PIB, le premier effet visible est la montée du nombre de chômeurs. Maintenant , si on veut jouer sur les mots et embrouiller tout le monde pour être celui qui a toujours raison , on peut parler de « croissances » , ce terme est un nom… Lire plus »
    Tassin
    Invité

    Petite précision quand même, si le chômage augmente, c’est essentiellement à cause de l’augmentation continue de la productivité, le fait que ça se voit plus en période de stagnation économique s’explique par le différentiel entre croissance de l’économie (0 à 1% depuis 2008) et hausse de la productivité (3 à 4%/an). Ne mélangez pas austérité ou récession, et décroissance, ce dernier terme renvoyant à des solutions de baisse de la productivité ou du temps de travail plutôt que de continuer à faire augmenter le chômage comme c’est le cas actuellement.

    zoziau
    Invité
    A votre avis l’homme vient-il sur terre pour se mettre de sa naissance à sa mort au service de l’économie et du « dieu » croissance ou n’est-ce pas plutôt l’économie qui devrait être au service de son développement et de son épanouissement pendant ce court passage ? Il faut cesser de nous dire que nous avons découvert la « loi » économique universelle dans le temps et l’espace, c’est juste une théorie dominante depuis une toute petite partie de l’histoire de l’humanité. Qu’on ait un cerveau bien nourri ou pas chacun peut voir aujourd’hui facilement les limites de cette théorie ; 95% d’échanges… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Vous êtes sympa avec vos considérations théologiques mais je vous rappelle que chacune de vos cellules a été alimentée en protéines et glucose par des produits issus de l’économie de marché, je ne parle même pas de la machine sur laquelle vous écrivez .. Alors si on veut vraiment parler de dieu, admettons que notre soupe originelle n’a peut être pas les faveurs de vos opinions mais on lui doit d’être là alors que d’autres, comme au nord de la péninsule coréenne auront du mal à épiloguer sur ce thème passionnant avec nous. Encore une fois , scientifiquement parlant, la… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    vous me ravissez! Globalement je suis d’accord. La bonne question (sur le sujet de l’article) est posée par Tech: dans un chiffre global , certainement lié principalement au ralentissement de l’économie, quelle est la part du progrès technologique ( renouvellement progressif du parc de véhicules) et des comportements individuels non (ou peu) subis (réduction de vitesse, covoiturage, substitution route/autre,…) etc…

    Lionel_fr
    Invité
    Je suis d’accord aussi avec vous M 6ct .. Comme je manipule beaucoup de lignes de calcul ces jours-ci , c’est peut-être une déformation professionnelle mais il y a un bug dans le mot « part » Dit autrement , avant de connaitre la « part » du comportement (logaritme) , il faut faire la somme des quantités (linéaire) Comme sous serons aussi d’accord sur la difficulté à lister tous ces comportements et leur associer un chiffre (additionnable) on peut essayer de le faire sur échantillons de population et appliquer un quota sur le nombre d’habitants (publié) de la zone considérée : le quota… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    Mon cher Lionel, Votre discours passeiste sent un peu trop une rhétorique tendance sophisme somme toute assez banale, mais surtout une idéologie de droite radicale qui n’a pas sa place ici. Affirmer, entre autres affirmations gratinées, que si on ne milite pas pour la croissance, on va droit vers PolPot, faut oser quand même… ET je vous jure que je n’ai pas de couteau entre les dents.

    Lionel_fr
    Invité
    Personne ne milite pour la croissance , militer , c’est un truc de prédicateur, c’est monter sur une chaise pour s’adresser à la foule , non , la croissance n’a rien à voir avec ça. Pour mieux comprendre , il faut d’abord comprendre que des millions de personnes font dans leur frok à l’idée d’une recession car ça va les obliger à vendre leur maison et renoncer à mener la vie qu’ils ont travaillé pour obtenir. quand il n’y a plus rien sur votre compte bancaire , certaines questions fondamentales prennent le dessus sur tout le reste , notamment l’environnement… Lire plus »
    Tassin
    Invité

    @ Lionel_fr : « Quant à l’alchimie de la productivité versus le PIB, je rappelle que le PIB est un ratio basé sur les transactions et non pas sur la valeur intrinsèque. La productivité est un autre problème que la France doit résoudre si elle veut rester à son niveau de vie actuel. » Ecrire une telle chose alors qu’on est les champions européens de la productivité c’est quand même révélateur d’une non-connaissance du sujet.

    Lionel_fr
    Invité
    Waou , Tassin la productivité calculée en PNB par heure travaillée , c’est vraiment une vision comment dire .. très sélective … Je traduirai par , combien tu factures ton heure travaillée et effectivement , les français la facture nettement plus chère que les autres Le problème c’est que pour traduire ça en PIB l’heure , il faut que quelqu’un l’achète et c’est un peu là que ça pèche. On a tous entendu que les français coutent cher , maintenant il faudrait que la véritable productivité , c’est à dire produire « plus » par heure et non pas « plus cher », ya… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    non pitié pas de janco sinon je boude. L’économie n’est pas mon point fort , c’est juste un passe-temps et une boussole.. Votre calcul est effectivement très jancovicien. L’homme qui minore drastiquement le rôle d’internet sur… son site web Well , le numérique n’est pas que internet , je dirais qu’internet , c’est un peu le numérique du grand public de plus en plus pauvre. Tout le monde ne peut pas se payer de réseau alternatif mais comme l’enjeu devient chaque jour un peu plus militaire et que l’armée est justement une des rares entités à posséder des voies de… Lire plus »
    wpDiscuz