Enerzine

Le réacteur à neutrons rapide, une option sérieuse pour la Chine

Partagez l'article

L’agence nucléaire russe Rosatom annonce qu’elle signera cet été un accord avec les sociétés d’énergie chinoises pour construire un réacteur à neutrons rapide à vocation commerciale en Chine.

"Nous avons discuté la construction possible d’un réacteur à neutrons rapide grandeur nature. Les compagnies devraient signer cet été les protocoles pour mettre au point l’étape initiale du projet" a déclaré mardi Serguei Kirienko, Directeur Général de Rosatom, après sa rencontre avec les autorités chinoises.

L’an passé, avec l’aide de Rosatom et des ses compagnies (OKBM Afrikantov OKB Gidopress, Nikiet et l’institut Kurchatov) la Chine avait mis en exploitation un réacteur expérimental à neutrons rapides (image ci-contre). Le pays devrait donc franchir une nouvelle étape dans l’accès à l’énergie nucléaire civile, grâce à cette technologie détenue jusqu’alors exclusivement par la Russie, la France et le Japon.

Rosatom et le Commissariat à l’Energie atomique chinois ont également signé une feuille de route de coopération à long terme, couvrant tous les projets bilatéraux dans le domaine de l’énergie nucléaire, dont les prochaines phases de construction de la centrale nucléaire de Tianwan ainsi que d’autres installations énergétiques.

Le lancement du chantier de la tranche 3 de Tianwan commencera officiellement en décembre 2012 et celui de la tranche 4, en août 2013. La compagnie russe Atomstroiexport fournira l’îlot nucléaire des deux tranches. Le premier bloc de la centrale nucléaire de Tianwan – 2 unités VVER de 1000 MGW – construit avec la participation des spécialistes russes est en exploitation depuis 2007. La centrale qui a subi des stress-tests a été reconnue comme "la plus fiable" de Chine.

Sur le plan économique, la coopération énergétique entre les deux puissances se développeront d’abord dans le domaine des hydrocarbures – la Russie est le premier producteur mondial de pétrole et la Chine le premier consommateur d’énergie.

A l’occasion de sa visite en Chine, le chef de l’Etat russe a fait valoir le caractère stratégique de la coopération énergétique russo-chinoise : "Parmi les résultats obtenus, je voudrais citer le lancement de l’oléoduc russo-chinois qui a permis de livrer, l’année passée, 15 millions de tonnes de pétrole. Nous avons également signé un contrat de long terme, pour 25 ans, de livraison d’énergie électrique russe en Chine. En 2011, nous avons livré sur le marché chinois 10,5 millions de tonnes de charbon. Espérons que dans des temps proches, nous allons pouvoir livrer du gaz en Chine", a indiqué Vladimir Poutine.

*** la délégation russe comprenait, notamment le vice-premier ministre Dmitri Rogozine, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, les ministres pour le Développement de l’Extrême Orient, des Transports et de l’Energie, ainsi que le chef du groupe nucléaire public russe Rosatom Sergueï Kirienko, le PDG de Gazprom Alexeï Miller et le président de Rosneft Igor Setchine.


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    48 Commentaires sur "Le réacteur à neutrons rapide, une option sérieuse pour la Chine"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Samivel51
    Invité

    Quelle est la particularite du reacteur a neutrons rapides? Il s’agit toujours de fission d’uranium? Y’en a en France?

    Dan1
    Invité

    La France connaît bien les RNR, puisque qu’elle en a eu trois. Rapsodie à partir de 1957 Phénix à partir de 1968 qui a produit de l’électricité de 1973 à 2009 Enfin SuperPhénix qu’on ne présente plus. L’avenir à moyen terme c’est ASTRID.

    einstein30
    Invité
    a propos de superphoenix ,il est regrettable que le gouvernement de l’epoque ai « sauté au plafond » suite a des avaries a repetitions sur le RNR de creys-malville ; se n’etait pas une raison pour le deconstruire ,il y avait certainement d’autres solutions exploitables pour eviter ce gachis financier ; ce « RNR » etait avant tout une « tête de série  » de cette puissance et il devait y avoir des solutions a moyen terme pour palier a ces defauts de jeunesse ; pourtant ,la france en avait besoin pour se debarraser de l’ U238 issu de l’enrichissement et du PU239 ; le… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    C’est con : on possédait la technologie des réacteurs à neutrons rapides, on aurait pu la vendre aux chinois, mais voilà les écolos sont passés par là. @ Samivel51 : Lorsqu’un neutron rencontre le noyau d’un atome, il peut se passer quatre choses : – il se passe rien – il y a un choc entre eux. Si le noyau est lourd, le neutron va rebondir dessus sans perdre son énergie cinétique. Si le noyau est léger, le neutron lui transmet un peu de son énergie cinétique. Dans certains cas le noyau est alors excité et se débarrassera de cette… Lire plus »
    Rice
    Invité

    Décidemment le nucléaire à le vent en poupe dans les grandes « démocraties »… Enfin, heureusement que ces pays sont là pour alimenter la propagande du GGP parce qu’ailleurs (dans les pays où la population a le droit de donner son avis…), c’est nettement plus compliqué d’installer ces véritables bombes.

    einstein30
    Invité

    pour repondre a Bachoubouzouc , la probalilite de collision d’un neutron avec un noyau d’uranium s »appelle la  » section efficace  » ; ton expose est clair et net mais il manquait juste le terme pre-cite ;

    Solaar
    Invité

    Merci pour cet éclairage, et quels sont les inconvénients/risques de cette génération? As-t-on une idée du coût d’un réacteur de 1000MW de ce type?

    Dan1
    Invité

    Pour Rice; Tout se déplace à la vitesse grand V dans notre société, y compris le centre du monde nucléaire. Il va falloir aller manifester en Chine et ça va pas être facile. Vous avez un plan ? Est-ce qu’un pilote Allemand de paramoteur a déjà étudié une intrusion aérienne sur une centrale nucléaire chinoise ? Sans se faire mal évidemment !

    Monju
    Invité

    Le réacteur à neutrons rapides de Monju, au Japon, n’a pas fait mieux que Superphénix. Pourtant, le Japon, c’est la technologie, la science … Construit entre 1985 et 1991, mMis en service en 1994, arrêté en 1995 à cause d’une fuite de sodium provoquant un important incendie, le réacteur n’a été remis en marche au ralenti qu’en mai 2010. Mais nouveaux problèmes après 3 mois et le réacteur est de nouveau arrêté. Maintenant, il est question d’arrêter les frais et de démanteler cette installation inutile, coûteuse et dangereuse.

    gaga42
    Invité
    Pour compléter, puisque personne ne l’a fait (et bien que je ne sois pas spécialiste), les réacteur à neutrons rapides constituent la principale filière étudiée dans le cadre des centrales dites « de génération IV » (génération II étant par exemple les PWR actuelles, EPR serait une III, en fait II+). Les premiers protos seraient prévus après 2020, le déploiement 2030-40 (?). la plupart des pays nucléarisés (sauf la Chine…) font partie du »Forum International Génération IV » et mènent en commun (?) d’importantes recherches sur le sujet. la France notamment a choisi plutôt la filère RNR-sodium à cause de l’expérience acquise avec superphénix… Lire plus »
    Heuu?
    Invité

    Pkoi on utilise forcément du sodium??? il y a pas autre chose que ce truc qui s’enflamme au contact de l’O2??

    gaga42
    Invité

    Vous allez « rire », le sodium s’enflamme aussi en présence d’eau… Sinon, pourquoi le sodium? (pas spécialiste, merci de compléter…) – L’eau est un modérateur des neutrons rapides (qui ne sont alors plus rapides…) – L’objectif des Géné IV est aussi d’augmenter le rendement de la « machine thermique de Carnot » en augmentant la température (320°C: 33% -> 500 à 800°C: >40%) Les fluides caloporteurs étudiés sont le sodium (pas très sympa…), les sels fondus, l’hélium et même le plomb.

    Dan1
    Invité

    L’énergie c’est un peu compliqué et il faut bien distinguer le sodium noir du du sodium vert : Sinon, pour quoi le sodium ? Est-ce une lubie d’ingénieur des Mines ? Le fait est que c’est un excellent caloporteur qui présente la particularité d’avoir une grande inertie thermique et un point d’ébullition très haut (nettement supérieur à la température de fonctionnement du réacteur). en plus on peut l’utiliser à la pression atmosphérique. L’ennui, c’est qu’il est opaque et qu’il peut s’enflammer.

    Bachoubouzouc
    Invité
    « quels sont les inconvénients/risques de cette génération? As-t-on une idée du coût d’un réacteur de 1000MW de ce type? » Je ne suis vraiment pas spécialiste sur ce sujet, mais de ce que je sais les inconvénients sont principalement un fluide caloporteur plus délicat que l’eau (sodium, plomb, etc) et donc plus complexe à gérer d’un point de vue technique (et médiatique !), mais aussi une installation plus chère pour la centrale comme pour la production de combustible. Pour les coûts, pareil c’est à prendre avec des pincettes car seules des installations expérimentales ont été construites. Mais on parle couramment de… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « pour repondre a Bachoubouzouc , la probalilite de collision d’un neutron avec un noyau d’uranium s »appelle la  » section efficace «  » Effectivement ! Ceux qui veulent en apprendre un peu plus peuvent trouver les courbes section efficace / énergie du neutron sur internet pour différents atomes. Sinon il parait qu’on trouve à la vente des manuels de neutronique très bien faits.

    Solaar
    Invité

    Merci! Si l’on compare ceci au prix d’une centrale nucléaire actuellement en fonctionnement : 1,5Mrds EUR ça fait dans les 10 fois plus cher. Il faut donc que les énergies fossiles voient leur prix serieusement augmenter pour rendre cette génération IV rentable. Si elles sont prévues pour 2040/2050, la « parité » avec les énergies fossiles sera sans doute atteinte, surtout si l’on fixe une vraie taxe carbone.

    Bachoubouzouc
    Invité

    « Si l’on compare ceci au prix d’une centrale nucléaire actuellement en fonctionnement : 1,5Mrds EUR ça fait dans les 10 fois plus cher. » Bien sûr ! Mais attention à comparer le prix d’un réacteur totalement expérimental avec celui de réacteurs construits par séries de 30 !

    Bachoubouzouc
    Invité

    « L’énergie c’est un peu compliqué et il faut bien distinguer le sodium noir du du sodium vert » Effectivement ! De même on imagine déjà les problèmes de doctrine de la foi écologiste avec les premières centrales solaires à concentration utilisant ça…

    irisyak
    Invité
    Je ne comprends pas votre questionnement .. Tout nous laisse penser que l’énergie solaire sera compétitive d’ici moins de 5 ans en Europe. La question du stockage sera résolue .. Le PDG de Renault investit dans la voiture électrique pour cette raison. La voiture électrique sera connectée au rseau quand elle sera au garage et donc elle pourra vendre son énergie stockée à prix élevé .. Les nouveaux réseaux n’ont donc rien à craindre .. Le nucléaire sera trop cher à cette époque. Avec un rendement de plus de 30% les panneaux solaires fourniront plus de 6000 kw.h pour 20… Lire plus »
    irisyak
    Invité

    Je ne comprends pas pourquoi on n’utilise pas la technique par irradiation qui offre la sécurité de s’éteindre dès que le courant est coupé. Il est connu que le rendement thermique est inférieur aux filières actuelles mais la sécurité n’a pas de prix. Du moment que les énergies nouvelles restent non compétitives .. seulement eles deviennent compétitives les bougresses ..!

    Marshall
    Invité
    irisyak, penses tu que tout est aussi simple avec le stockage ? Combien de véhicules électriques il y a en france en ce moment (10 000 d’après adème) Le taux de pénétration de véhicules électriques est estimé par RTE à au max 5% sur les nouveaux véhicules mis en service par an (150 000/qn * 5% = +7500 VE/an) Donc dans 5 ans (voir dans 10 ans) on se retrouve, dans un cas optimiste, avec 100 000 VE. Une batterie électrique a une puissance de l’ordre de 10kW et une autonomie de, supposons, 5h. Ton parc de véhicules représente donc… Lire plus »
    michel123
    Invité

    Alors que plusieurs options semblent viables pour les réacteurs à neutron rapides les français se sont engagés stupidement dans la voie du sodium. Les russes ont exploré le plomb , ont été explorés avec succés des mélanges à base de sel et différents métaux liquides non explosifs , et plus récemment les gaz comme l’hélium à trés haut rendement. Alors que même la seule station solaire à calopoteur sodium liquide a brulé il est complètement inconscient de continuer cette filière sodium alors que d’autre caloporteurs sont possibles.

    Bachoubouzouc
    Invité
    « Alors que plusieurs options semblent viables pour les réacteurs à neutron rapides les français se sont engagés stupidement dans la voie du sodium. » Si des gens à priori intelligents sont partis sur cette solution, c’est qu’il doit bien y avoir une raison… Et même si un truc parait dangereux à première vue, cela ne veut pas dire pour autant qu’il soit impossible de l’exploiter en toute sûreté. Ainsi par exemple poser ses fesses sur 80 litres d’essence bien explosive a l’air dangereux à première vue, pourtant on le fait tous les jours dans nos voitures parfois pourries sans qu’il nous… Lire plus »
    irisyak
    Invité

    Au brésil on embauche pour Fukushima …

    gaga42
    Invité

    « Tout nous laisse penser que l’énergie solaire sera compétitive d’ici moins de 5 ans en Europe. La question du stockage sera résolue .. » Probablement vrai pour le début, mais… Archi faux pour la fin: on ne voit pas le début du commencement d’une solution de stckage viable à très grande échelle: problèmes de rendement, de cout, de durée de vie et surtout de rareté des matériaux (ex: le lithium) Et même si miraculeusement la rupture technologique en stockage électrique que nous attendons tous arrivait, il faudrait largement plus de 5 ans pour la généraliser.

    Dan1
    Invité

    Je viens de retrouver un document qui synthétise bien le projet ASTRID :

    Dan1
    Invité

    Pour ceux qui rêve du stockage facile dans cinq ans : A irisyak : Pouvez-vous nous dire comment vous stockez 1 TWh avec une constante de temps de stockage et de restitution adaptable à la demande ?

    Bachoubouzouc
    Invité
    Amusant l’article que vous mettez en lien. Il parle d’un fait divers et ne cite pour seule source… qu’un site qui n’en parle pas (site qui, dans le genre ragots infondés et manipulations diverses, semble contenir quelques perles). En tout cas un article très bien écrit, qui réussit en à peine 10 lignes à délivrer une impression anxiogène à souhait, avec forces passages entre guillemets pour bien nous montrer quel milieu sombre et diabolique est le nucléaire. Petite mention spéciale pour le « viande à rem », expression apparemment bien connue dans le milieu mais que pourtant je ne connaissais pas. Peut… Lire plus »
    Devoirdereserve
    Invité
    Avantage principal du sodium : c’est un excellent caloporteur. Il est nécessaire car la densité de puissance thermique d’un RNR est élevée. Le choix se restreint aux métaux liquides, et éventuellement aux gaz. Mais les gaz (He, CO2) posent d’autres problèmes, en particulier au niveau de la difficulté à faire des échangeurs de chaleur intermédiaires efficaces. Personne ne sait faire un IHX efficace en He, sauf à faire un échange He-He… et construire une turbine à He que personne ne sait faire ! (et puis il doit bien y avoir des captures neutroniques par He, je vous raconte pas la… Lire plus »
    Deut
    Invité
    Simplement parce que le sodium est « transparant » au neutron, il n’y a pas de diffusion comme sur l’Hydrogène. Dès lors le neutron né rapide, ne passe pas dans le domaine thermique ou épithermique, et meurt rapide en ayant créé une fission. Le sodium, est dangereux, au cotact de l’oxygène ou de l’eau, mais il ne faut pas oublier qu’il cré en s’enflammant une couche de « passivation » qui le protège, de la même sorte que l’aluminium cré de l’alumine pour se protéger. La réaction est exactement du au même phénomène, sauf que cette oxydation est rapide sur le sodium et lente… Lire plus »
    Deut
    Invité
    Simplement parce que le sodium est « transparant » au neutron, il n’y a pas de diffusion comme sur l’Hydrogène. Dès lors le neutron né rapide, ne passe pas dans le domaine thermique ou épithermique, et meurt rapide en ayant créé une fission. Le sodium, est dangereux, au cotact de l’oxygène ou de l’eau, mais il ne faut pas oublier qu’il cré en s’enflammant une couche de « passivation » qui le protège, de la même sorte que l’aluminium cré de l’alumine pour se protéger. La réaction est exactement du au même phénomène, sauf que cette oxydation est rapide sur le sodium et lente… Lire plus »
    Devoirdereserve
    Invité
    Cher Deut, Je vais pinailler un peu. Je ne suis pas d’accord pour l’argument de l’absence de besoin d’enrichissement. Certes, les premières piles avaient comme avantage de tourner à l’uranium naturel. Mais c’est un argument des années 50… Aujourd’hui, partout dans le monde, les pays déjà nucléaires qui veulent développer des RNR-sodium ont déjà accès à de l’U enrichi en 235. Tous ont déjà un stock de Pu. Tous feraient tourner les RNR-Na avec UOX/MOX. C’est un tantinet plus compliqué. L’argument de la simplicité est trompeur, je trouve… Même si ce que vous dites sur la marge de protection des… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Encore un document intéressant qui montre notamment que nous aurons peut être des échangeurs sodium-gaz en remplacement des sodium-eau :

    Bachoubouzouc
    Invité

    Bah voilà : on a nos spécialistes. 😀 En tout cas, Michel123, vous voyez que c’est pas si simple que ça. La question ne se résume pas à « le sodium c’est bête, ça brûle ».

    Bachoubouzouc
    Invité
    Merci pour votre explication très complète. « Concernant Astrid, le CEA a réussi à définir des configurations géométriques du coeur qui garantissent des coefficients de rétroaction négatifs. » Vous savez comment ils s’y prennent ? Pour info pour les non familiers du domaine, le coeff de rétroaction négatif décrit un phénomène bien pratique et recherché dans un réacteur : Plus il y a de réactions de fission dans votre coeur, plus il y a de neutrons émis et plus cela va entrainer de nouvelles fissions. Si on ne contrôle pas cela, la réaction en chaine s’emballe. Or sur les réacteurs à neutrons… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Début de réponse ici :

    Bachoubouzouc
    Invité

    Comme d’habitude, Dan1 nous trouve les documents qui vont bien. De ce que j’ai compris, la géométrie du coeur favorise la fuite des neutrons vers le haut en cas de fuite du caloporteur, et ainsi diminue la réactivité. C’est en gros ça ? En tout cas pour ce concept de coeur là, ils ont été chercher loin…

    michel123
    Invité

    le choix du sodium a bien sûr une cause connue : bon caloporteur faible ralentissement des neutrons . Il n’en demeure pas moins que le sodium reste trés dangereux à manipuler et trés corrosif . Dans la mesure ou existent d’autres solutions dont une bien avancée et de meilleur rendement énergétique (hélium haute température ) il est idiot de vouloir continuer une filière qui a connu tant de problèmes. Il faut parfois savoir prendre un virage technologique et dire stop , nous nous sommes trompés , faisons autrement au lieu de s’entêter .

    De passage
    Invité
    ce sont ceux qui avouent ne rien y connaître du tout qui critiquent le plus fort..! Un conseil d’ami aux inconditionnels du PV et éolien: Enregistrez vos tonitruantes déclarations dans un disque dur et relisez-les dans 15ans: rire garanti pour vos amis, mais pas vous. Sotez du cocon ecolo-français et ouvrez les yeux sur l’étranger qui contient 99% de la population mondiale. Le nucléaire pousse de partout depuis que le pétrole a bondi en 2006 ainsi que le charbon. On accuse le sodium? il brûle cent fois moins vite que l’essence et dégage 3 fois moins de chaleur qu’elle tout… Lire plus »
    jmdesp
    Invité
    Il faut relire l’histoire de superphénix, le gouvernement n’a pas sauté au plafond suite aux problème, Jospin a appliqué de manière mécanique son accord avec les verts, et a fermé sans qu’il y ait d’enquéte sur ce choix (les verts qui avait passé des années à dénoncer le manque d’enquète avant de l’ouvrir ont bien entendu totalement approuvé cela). Vu qu’on venait de recharger du combustible, vu que cela nous obligeait à payer de lourdes indemnités à nos partenaires, indemnités qui arrivaient à leur fin quelques années après, c’était complètement absurde par rapport au fait de continuer le cycle en… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Au pourfendeur du sodium. Comme je le soulignais, il faut distinguer le sodium noir (celui du nucléaire) et le sodium vert (celui des batteries géantes régulant les EnR). Le sodium noir est très corrosif, inflammable, explosif…. alors que le sodium vert est beaucoup plus vertueux et ne pose aucun problème aux écovigilants arpentant les forums. Pour ma part, comme tous les jours depuis des dizaines d’année, ce midi, j’ai mangé du sodium (avec un peu de chlore). Je vais peut être rouiller ou m’enflammer. Advienne que pourra !

    Sicetaitsimple
    Invité

    qui n’a rien à voir avec le sujet, mais je pense que vous avez été absent (ou du moins pas intervenant) sur Enerzine ces derniers jours. Vous m’aviez posé une question, à laquelle j’avais un peu tardé à répondre, à propos des prix de marché. J’avais tenté une explication, je ne sais pas si vous l’avez vue. Si non, c’est ici: C’est le 2/06 à 12h07 puis le post qui suit.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Malheureusement le sodium vert ( les batteris Na-S) semblent avoir connu et connaitre quelques problèmes: Ceci dit, je n’ai aucune explication, comparaison ou enseignement à tirer vis-à-vis d’un RNR, car je n’y connais (presque) rien. Je ne vais pas devenir Ministre des RNR….( trop compliqué à expliquer pour ceux qui ne font que passer).

    Rice
    Invité

    Que de science ! Je suis vraiment impressionné par tous ces commentaires intelligents, documentés, savants… bref tout ce que nous les bobos verts on ne peut pas comprendre, comme la très grande majorité des populations concernées. Résultat : Tepco et Fukushima…. Décidémment, il ne faut absolument pas confier des choses aussi dangereuses à des gens aussi cupides (et je ne parle que des bombes installées dans de « vraies » démocraties…). Bref, j’enregistre tout et dans 15 ans on en rigole avec mes amis bobos-verts devant des champs d’éoliennes….

    Dan1
    Invité

    Voilà des exemples pas vraiment lié au nucléaire :

    Dan1
    Invité
    Rice
    Invité

    … pendant ce temps, en Allemagne au moi sde mai….on produit 10 % de l’électricité à partir de photovoltaïque. cqfd : quand on veut, on peut…. 🙂

    Rickobotics
    Invité

    vous évoquez 100 000 VE pour 1GWh de stokage. Ok avec vous. Mais là où vous vous trompez c’est sur vos 100 000 ds 10ans ! Sans conccurence ni aucun vrai VE sorti, on frole les 1% de part de marché et les 7500 sont déjà atteint cette année (2012). Avec 37 millions de vehicules en circulation en france, ne prenez donc que 1%, ca nous donne déjà 370k VE, soit 3.7GWh ce qui sera à mon avis le chiffre ds 5ans, alors dans 10ans, on approchera des 10GWh … toujours aussi insignifiant ??

    wpDiscuz