Le réacteur de recherche Jules Horowitz est lancé

La construction du réacteur nucléaire de recherches Jules Horowitz (RJH), a été officiellement lancée le 19 mars au centre des Bouches-du-Rhône du Commissariat à l’énergie atomique, à Cadarache.

Le RJH a pour but de mettre au point et de tester de nouveaux combustibles et matériaux qui seront mis en œuvre dans les réacteurs électrogènes d’aujourd’hui et de demain, notamment pour préparer la 4ème génération. Au-delà de ces applications dans le domaine de l’énergie, le RJH assurera la production de 25% des besoins européens en radioéléments utilisés en médecine nucléaire et pourra contribuer à la production de silicium de haute performance pour les composants de l’industrie de l’électronique.

La mise en service du réacteur est prévue en 2014. François Loos a indiqué lors de son allocution que « le RJH est un projet majeur pour la région, qui en renforçant le pôle de Cadarache, aura des retombées économiques importantes qui se rajouteront à celles d’Iter. Ce sont ainsi plusieurs centaines d’emplois, directs et indirects, qui seront créés. Pour la construction du réacteur, ce sont près de deux tiers des dépenses du projet qui devraient revenir aux industries de la région ».

Il a par ailleurs souligné « la capacité du CEA à convaincre et à mobiliser les partenaires les plus prestigieux autour d’un projet structurant », qui contribuera à « développer des énergies non génératrices de gaz à effet de serre, conformément à la feuille de route du dernier Conseil européen prévoyant de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre en Europe à l’horizon 2020 ».

L’investissement du RJH correspond à 500 millions d’euros, financés à 50% par le CEA, à 20% par les partenaires internationaux, à 20% par EDF et à 10% par Areva.

Le dossier complet du projet en pdf

(src : CP – CEA)
Partagez l'article

 



Articles connexes

2
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
nucleophobe
Invité
nucleophobe

Le nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre mais il produit des poisons à durabilité autrement plus longue. La radioactivité induite peut tuer le vivant (tue et tuera) pendant des millénaires. La pollution est donc énorme, le risque est donc énorme. Et ces risques sont pris contre l’avis des populations qui le subissent. La disséminations de ces armes (car le moindre gramme et moins de matière radioactive produite peut servir d’arme, invisible, indolore, certaine. Les recherches sur le nucléaire empêchent de les faire sur les autres sources de transformation d’énergies, très probablement moins polluantes. Un scandale qui… Lire plus »

anonymous
Invité
anonymous

je trouve se projet ce projettres interessant… surtout qu’il entre dans le programme de reduction des emissions des gazs a effet serre…. moi, autant qu’un eleve de master 2 de recherche en energetique, j’aimerais bien participer a un tel projet comme un stagiaire puis le continuer durant ma these. merci