Enerzine

Le service en libre-service, Autolib’, se propage en banlieue

Partagez l'article

Alors qu’Autolib’ l’équivalent du Vélib’ pour les voitures – électriques – a été lancé officiellement en début de semaine dans la Capitale, les communes de la banlieue proche commencent elles aussi à en profiter en mettant progressivement en service des stations d’accueil.

Par exemple, la première des seize stations Autolib’ prévues dans la ville de Levallois (92) est désormais opérationnelle, dans le parking de l’Hôtel de Ville. Moyennement un abonnement, les utilisateurs pourront emprunter pour quelques heures ces véhicules propres, 100 % électriques. En raison de l’exiguïté des rues, le Maire de Levallois a souhaité que les 16 stations soient installées par étapes, non sur la voie mais dans les parkings publics de la Ville. Le maillage complet est prévu le 31 mai 2012.

D’autres villes périphériques de Paris possèdent déjà des stations opérationnelles comme Boulogne Billancourt, Issy les Moulineaux, Malakoff, Clamart, Bagneux, ou Châtenay Malabry.

Le système Autolib’ s’étendra sur Paris et 44 villes de la région parisienne, soit environ 1 100 stations et 3 000 véhicules fournis par le Groupe Bolloré, qui a remporté l’appel d’offres lancé par le Syndicat mixte Autolib. A l’instar de l’implantation des Vélib’, ce dispositif n’occasionne aucun coût financier pour la Ville, tout en répondant aux besoins de nombreux citadins.

Comment ça marche ?

Moyennement un abonnement annuel (12 euros par mois), ou une formule de courte durée (15 euros pour 7 jours ou 10 euros pour 24 h), l’usager paiera un prix forfaitaire pour la location, à partir de 5 euros la demi-heure, en fonction du type d’abonnement. Il n’est pas obligé de rendre le véhicule à la station de départ, mais peut la déposer à une autre station.

La réservation du véhicule est possible, mais pas indispensable.

Ces voitures, appelées Bluecar, sont 100 % électriques, se rechargent en huit heures et disposent d’une autonomie de 250 kilomètres. Ces petites cylindrées de quatre places embarquent notamment un GPS et un autoradio avec port USB. Le volume du coffre est de 350 litres, mais sa capacité peut être augmentée en rabattant les sièges arrière.

A qui s’adresse Autolib’ ?

A celles et ceux qui ne disposent pas d’une voiture mais peuvent en avoir un besoin ponctuel (sorties nocturnes, transport d’objets volumineux…), aux ménages qui ne souhaitent pas investir dans l’achat d’un second véhicule ou encore à ceux qui souhaitent rouler "propre".

Cette solution peut aussi amener certains automobilistes roulant très peu à se séparer de leur voiture personnelle. Pour louer une Autolib’, il suffit de posséder le permis B.

[ Initiative ] – Autolib! ça roule à Issy

[ Lien ] – partager cette vidéo dai.ly/RiZGvl


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Le service en libre-service, Autolib’, se propage en banlieue"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    rouget
    Invité

    ErDF va lancer avec AUtolib’ un programme pour utiliser le parc de Bluecar pour réaliser des possibles écrétage de pointes électriques avec environ 30 MW de batteries connectées au maximum. A suivre.

    wpDiscuz