Le solaire à concentration se développe à grande échelle

Selon un nouveau rapport, les technologies de concentration solaire pourraient répondre à 7% de la demande énergétique mondiale en 2030, et 25% en 2050.

Rédigé par Greenpeace, the European Solar Thermal Electricity Association (ESTELA), et SolarPaces, organisme de l’IEA, le rapport table sur 2 milliards de dollars d’investissements dans les technologies de concentration solaires (CSP) en 2009, soit le double du montant estimé en 2008.

"Au cours des 5 dernières années, l’industrie s’est développée rapidement, passant d’une technologie de pointe à une solution de production d’énergie de masse, conventionnelle."

Les installations CSP représentaient à la fin 2008 une puissance installée de 436 MW dans le monde, nous apprend le rapport. Les projets en construction (…), espagnols pour la plupart, ajouteront au moins 1 000 MW supplémentaires d’ici  2011. Aux Etats-Unis, 7 000 Mw sont en phase de projet et de développement.

A partir d’un scénario de développement industriel avancé, avec un haut niveau d’efficacité énergétique, l’étude estime que les centrales CSP pourraient répondre à 7% des besoins énergétiques mondiaux en 2030, et un quart des besoins en 2050, soit 1 500 GW. A condition de consacrer annuellement 21 milliards d’euros d’ici 2015, et 174 milliards d’euros d’ici 2050.

Même avec une hypothèse modérée de développement du marché, le monde pourrait combiner des capacités solaires de plus de 830 GW en 2050, avec un déploiement annuel de 41 GW. Cela représenterait entre 3 et 3,6% de la demande mondiale en 2030 et 8,5 à 11,8% en 2050.

Le rapport est consultable sur le site international de Greenpeace (PDF)

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Le solaire à concentration se développe à grande échelle"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Furfur
Invité

Quelqu’un sait comment fonctionne cette technologie ? Ce sont des miroirs qui renvoient l’énergie solaire sur une tour ? Est-ce que ça utilise du silicium ? Vous savez à quel point les informations de greenpeace sont fiables ? Je demande parce qu’ils ont un point de vue assez orienté… Merci

enrewable
Invité

En fait, la tour réfléchie les rayons du soleil sur les miroirs qui eux concentrent ces rayons sur un tube contenant un liquide circulant à très haute température. En réchauffant constamment ce fluide qui fait tourner une turbine à vapeur en bout de chaîne produit de l’électricité … voilou ++

Bouly
Invité

Non, tu n’as pas tout compris au fonctionnement des centrales a tour ! En fait se sont les mirroirs (Héliostats) qui suivent le trajet du soleil en étant focalisés tous sur le même point qui est le haut de la tour. Là, un echangeur thermique à gaz ou eau permet de recupérer l’energie thermique afin de faire fonctionner une turbine. (cf le seul projet francais “Pégase”  )

christian
Invité
1- Dans la configuration “tour”, les miroirs (qui couvrent une surface importante) réfléchissent la lumière vers la tour, et la chaudière située au foyer est ainsi chauffée. On n’est pas obligé de faire de l’électricité : on peut décomposer de l’eau et faire de l’hydrogène… 2- Dans le cas où l’on veut faire de l’électricité, il faut un important stockage de chaleur, pour éventuellement continuer à produire la nuit. Jusqu’à présent, seules des centrales en configuration “tour” ont pu atteindre des stockages suffisants. 3- Dans la configuration “cylindro-parabolique” (miroir semi-enveloppant des tubes dans lesquels circulent un fluide caloporteur), on a… Lire plus »
enrewable
Invité

Je pense que la techno CSP pourra coûter moins cher à l’avenir, de nouveau matériaux, nouvelles technologies apparaîtront (au niveau du rendement des chaudière par expl). Mais je reste d’accords sur le faite qu’aujourd’hui l’ensemble des matériaux utilisés est largement répandu et ne répondant pas d’une innovation technologie très coûteuse à produire.

Moussaoui
Invité
Aujourd’hui la concentration solaire peut être atteinte on utilisant plusieurs type de technologie (parabolique, miroir, disch, Fresnel) les premières sont bien développés. La parabole reçoit des rayons solaires qui sont réfléchie vers un tube contenant un fluide caloporteur qui peut atteindre les 400 °c. Ce dernier circule dans un circuit qui entour tout le champ des paraboles pour se diriger vers une usine ou il y a lieu un échange entre l’eau qui se transforme en vapeur pour faire fonctionner des turbines à vapeur. N’oubliant pas qu’une autre technologie de concentration, mais cette fois-ci Photovoltaïque et pas thermo-solaire, est aussi bien… Lire plus »
marcob12
Invité
Sans lire le rapport on peut voir qu’il est un ton en dessous du “solar grand plan” qui prévoyait 70% de l’électricité US et 35% de leur consommation énergétique assuré par le soleil en 2050, pour un coût estimé de 5 cents/kwh. Avec un réseau accueillant et les moyens de stockage, plus l’étalement du coût des investissements sur de longues séries, je ne vois pas où serait l’obstacle à une diminution des coûts importante. Le marché est réellement mondial, tous les pays et à toute échelle et le combustible est par nature gratuit et illimité, ce qui limite les risques… Lire plus »
lion
Invité

Mais qui donc attend une publication scientifique de Greenpeace? Ce type de publication est le faux nez habituel de cette “organisation”. Elle est tellement claire que plusieurs post ont dû expliquer aux autres lecteurs le ba ba du fonctionnement de ce type d’installation. Au passage, la France avait fait Thémis qui a été abandonné car il fallait dépenser autant d’électricité la nuit pour maintenir en température le fluide caloporteur que la centrale en produisait le jour! Christian a parfaitement démonté l’article en qq phrases. Ce n’est pas avec ce type de dispositif que la consommation de charbon va chanceler!

christian
Invité
Ce que vous dites tous les deux est juste : Thémis n’était pas mûre. Toutefois, vous sur-interprétez ce que je dis ! Pour Lion : on peut augmenter la masse de caloporteur pour atteindre l’inertie thermique suffisante pour tourner jour et nuit. Pour Pamina : le fluide caloporteur peut fort bien être changé, et par exemple Thémis aujourd’hui va resservir pour tester un cycle hybride à air et gaz ! Depuis Thémis, il y a eu de nombreux progrès en terme de matériaux, en terme d’électronique et d’informatique de commande qui résolvent nombre de difficultés… En outre, le classement Seveso… Lire plus »
christian
Invité
Je ne dis pas que c’est un brouillon. C’est une très jolie plaquette marketing… Il y a deux ou trois tableaux de trois lignes… Je n’appelle pas ça des modèles ou des projections ! Pour moi, dont on exige (pas ici, mais dans mon boulot) à longueur de temps des équations pour justifier ce que je dis, ça me paraît… léger. C’est de la bonne com. Ce n’est en rien une prévision scientifique digne de paraître, par exemple dans “Energy Policy”… En particulier, ce qui me semble trop légèrement justifié, c’est l’évolution du coût au W… D’ailleurs est-ce au W… Lire plus »
Denlaf
Invité

Évidemment que le solaire va devenir, s’il ne l’est pas déjà, l’énergie de l’avenir. Cependant, il ne faudrait pas extrapoler sans plus d’info. ,il faudrait se soucier de la possibilité que le solaire évolue de façon spectaculaire, et que par la suite les autres mesures d’économies d’énergie deviennent plus rentables. Quoiqu’il en soit, il faut se méfier des avancées spectaculaires annoncées quotidiennement. Allons-y pour la norme. Voir pour des articles concernant les énergies renouvelables, les économies d’énergie, le climat, le réchauffement climatique et plus sur   over-blog.com   précédé de   denis-laforme.  et plus.

wpDiscuz