Enerzine

Le transport à la voile : l’alternative au pétrole

Partagez l'article

Comment amorcer la transition énergétique des échanges maritimes  ? Les océans redeviendront-ils infranchissables ? Le transport à la voile semble être la seule alternative durable et respectueuse de l’environnement.

La société de transport à la voile TransOceanic Wind Transport – TOWT, propose une solution permettant une réduction drastique des émissions polluantes.

C’est à bord de « Notre Dame De Rumengol », le plus gros bateau de charge traditionnel en activité de France, que TOWT – Transport à la voile s’apprête à effectuer à nouveau un transport autour de la Bretagne du 19 juin au 13 juillet 2014.

En fonction d’un cahier des charges précis, quelque 700 milles (soit 1.126 kms) seront parcourus, en une quinzaine d’escales, pour livrer 150 références de produits locaux bretons à des partenaires distributeurs, de la Vendée au Trégor. Les derniers kilomètres des livraisons seront effectués avec un utilitaire électrique.

Brest, Camaret, Audierne, Concarneau, Lorient, Belle-Île, Yeu, Pornic, Noirmoutier, Nantes, le Crouesty, Lorient, Concarneau, Roscoff, Morlaix, l’Aber Wrac’h, Camaret, Brest, Plougastel et Landerneau, autant d’escales où seront chargées et livrées plus d’une vingtaine de tonnes de produits tels que des vins, du sel, des produits de la ferme, des conserves de légumes, de poissons de fruits de mer, ou de porc, des cidres, du safran, du miel, des tisanes, des confitures, des algues, des bières, des pâtes ou des pommes de terre.

Il sera possible d’embarquer dans cette « expérience bretonne », pour une ou plusieurs escales, pour vivre, en compagnie du capitaine et de son équipage, entre chargements et déchargements, des moments de navigation exceptionnels.

Ce transport en cabotage permettra de réduire l’impact carbone d’une bouteille livrée dans le Finistère par 5 environ. L’ensemble de la navigation, en fonction des commandes et des conditions météorologiques, devrait permettre d’économiser en tout une à deux tonnes d’émissions de CO2.

Tous les produits livrés seront labellisés « Transporté à la voile – dans le respect de l’environnement », labels qui comporteront un code-suivi qui contiendra l’ensemble des informations afférentes au transport, afin que le consommateur final puisse s’informer sur la logistique du transport organisé par TOWT.

TOWT, la propulsion vélique pour le futur

L’objectif de TOWT – Transport à la voile est de multiplier les transports de marchandises à la voile en anticipant la transition énergétique, de prouver leur viabilité et de développer un label de transport maritime propre, afin de permettre la construction de cargos modernes à voiles à court terme.

Transportant du temps de son activité de gabare : bois, oignons, fraises, sel et vin, Notre Dame de Rumengol, ce travailleur de la mer, est un témoin de sa mission première au 21ème siècle.

Propriété de l’association An Test, le bateau transmet une culture, un patrimoine. Une souscription spéciale, pour la restauration du bateau est lancée auprès du grand public et des entreprises.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    16 Commentaires sur "Le transport à la voile : l’alternative au pétrole"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    dede29
    Invité

    Enfin, on expérimente enfin quelque chose d’intelligent . Voici presque 20 ans que j’incite mes amis pecheurs de Guilvinec à rajouter la traction à voile à celle de leur moteur dont l’alimentation leur coute si cher .

    climax1891
    Invité

    Le SS Savannah est le premier bateau hydride, fonctionnant avec des voiles et un moteur.

    Nature
    Invité

    On voit ici, à la différence avec les éoliennes démesurées , que l’énergie du vent peut aussi avoir d’excellentes solutions à proposer. Le rendement économique s’associe à l’élégance des formes, Le véritable progrès ne passe pas par la violence faite aux éléments naturels ou au décor de notre vie .

    Stephsea
    Invité
    Ce texte est une pub, une simple copie du site Internet de TOWT. Une pub par définition ne dit pas la vérité, une partie seulement, au mieux. Encore une fois, je trouve vraiment dommage que Enerzine ne fasse pas de discrimination entre les communications subjectives à but lucratif émanant de sociétés privées, et les communiqués journalistique ou sicientifique censés être objectifs. Encore une fois, je me demande si ce flou « artistique » n’est pas savament entretenu histoire de tout niveler, de tout mettre sur un seule horizon mercantile, histoire de nous gaver comme les cochons. Je déplore ces faux semblants. Quant… Lire plus »
    trimtab
    Invité

    « …….Mais les cargos à voile ne sont pas encore nés…. » …….Et pourtant certains y travaille depuis un moment ce n’est pas du petit beurre, et eux ne sont pas non plus de petit rigolos…..: trimtab

    climax1891
    Invité
    Nicias
    Invité

    Faut combien d’homme d’équipage pour piloter ces trucs et les entretenir ? Et bien sur, conmbien ça coute ?

    Bachoubouzouc
    Invité

    Le transport à voile est toujours une solution à étudier, surtout avec les progrès que l’automatisation peut permettre. Mais il ne faut pas se leurrer : Il restera encore très longtemps comme un moyen de transport de niche, réservé à des produits haut-de-gamme d' »écolos bobos ». Ca n’est en effet que grâce à l’arrivée des machines à vapeur que le commerce mondial a pu vraiment commencer à se développer, au 19ième siècle. Il faudra plus compter sur des navires plus grands et plus lents, ou fonctionnant au GNL, pour réduire progressivement l’empreinte carbone du commerce mondial.

    Stephsea
    Invité
    Quand je dis « pas né », c’est un raccourci pour dire « non viable sur le plan commercial et donc industriel ». J’y travaille pourtant… Le problème principal est que le carburant fossile n’est pas encore assez cher. Il est pour ainsi dire donné – par rapport à ses cout cachés, à la pollution générée et à sa non renouvelabilité. Tant que le pétrole aussi peu cher et déconnecté du cout réel de l’énergie, les cargos à éenrgie renouvelables retseront au mieux confidentiels, et proabblement faiblement opérationnels. Il faudrai en effet un investissement massif pour fournir sous quelques années un modèle de cargo… Lire plus »
    climax1891
    Invité
    La consommation de pétrole n’a baissé d’une seul fois, sur une longue période, entre 1979 et 1984. La consommation mondiale est passée de 64 millions de barils par jour en 1979 à 59 millions de barils en 1984. Soit une baisse d’environ 8%. Cette baisse a contribué à faire baisser les prix du pétrole, qui sont passés, en dollar corrigé de l’inflation, de $100 à $64. Tout en réduisant le poids des pays du Moyen Orient. Au final, Malheureusement, après 1985 et une nouvelle baisse des prix du pétrole causée par l’Arabie Saoudite, la consommation de pétrole est repartie en… Lire plus »
    trimtab
    Invité

    « ……Il faudrai en effet un investissement massif pour fournir sous quelques années un modèle de cargo acceptable et adapté au transport de gros volumes. Un transporteur de boites géant de 300m n’est donc même pas imaginable…… » Je veux bien accepter que ‘orcelle’ n’est qu’un ‘concept ship’ et de propulsion ‘multi hybrid’, mais ses concepteurs (une TRES gros armateur, toute même !) le voit à 250m de long pouvant transporter 10,000 voitures….! Donc ce n’est pas un . »…..petit bateau de liaison, pour des colis et marchandises à haute valeur ajoutée sur des parcours limités…… » Chez Wallenius…ils ont de la vision…? Trimtab

    Stephsea
    Invité
    Je corrige… un cargo -partiellement- à voile, c’est imaginable, comme le prouve W&W, mais seulement imaginable. Imaginable s’entend ici dans sons sens le plus restrictif, et s’oppose donc à « bientôt réalisable ». C’est que je voulais dire : le grand cargo à voile n’est pas un projet, et de loin, même si de grandes compagnies « respectables » ressentent la necessité de communiquer sur ce thème. Car ce n’est que de la com’ à la fin. () Je ne dis pas que toutes les idées exposées sont bidons ou individuellement grotesques (quoique…), mais que l’ensemble de la présentation et des arguments ne respirent… Lire plus »
    Did 02
    Invité
    Cette idée de bateau à voile revisité vient s’ajouter à tout ce déferlement d’idées et de concepts qui sont imaginés dans les pays consommateurs ayant perdus presque toutes leurs industries (délocalisées dans les pays immergents à bas coût et à très faible considérations environnementales). Nos pays veulent créer de l’emploi ou essayer de le préserver en plongeant dans la Recherche et le Développement. Le  »concepteur » remplaçant l’ouvrier.Et puis il doit y avoir des avantages à créer un dept. recherche dans une entreprise ( credit d’impots ou autre ) On pense pouvoir sauver les meubles ou empecher que le navire ne… Lire plus »
    plouc73
    Invité
    Etant « voileux » je rève à un vent constant, (15 à 25 noeuds), toujours dans la même direction (travers ou grand largue par rapport à la route du bateau) et bien sûr, quelque soit cette route. Le problème c’est qu’Eole est pour le moins fantaisiste et qu’entre attendre une météo acceptable ou bien tirer des bords à ne plus en finir, il faut avoir de la marge et du temps pour soi. Pour les loisirs, rien de grave; mais pour passer des contrats fermes et précis avec des clients (sauf quelques bobos bcbg ayant leur villa de famille à Beg Meil… Lire plus »
    Stephsea
    Invité
    @did02 (et indirectement plouc73) La vision globale est en effet necessaire et souvent nous remet la tête à l’endroit. Encore faut il être outillé pour la pratiquer. Sans contact réel avec « l’ailleurs » et « l’autrement », la vision globale est une pure vue de l’esprit, sans rapport solide avec la réalité. Le fait est que la voile est un moyen de transport quasi universel, simple et maitrisé dans tous les endroits ou l’énergie fossile et les machines sont trop chères ou inaccessibles. C’est pourquoi nous pouvons penser que la voile comme réponse à la disette énergétique est probante et adaptée. La voile… Lire plus »
    plouc73
    Invité

    Bonjour, Votre pseudo laisserait penser que vous vous intéressez aux problèmes maritimes. Si c’est le cas, le respect des horaires pour Belle-Ile dépende vraiment d’où vous partez. Mais de Lorient, avec une bonne brise SO comme il en existe souvent, vous pouvez vous entraîner au virement de bord. Bon vent !

    wpDiscuz