L’EERA présente ses premiers résultats à Bruxelles

Les membres de 70 instituts de recherche européens dans le domaine de l’énergie se réunissent les 11 et 12 avril, à Bruxelles, au premier congrès de l’Alliance européenne de la recherche énergétique (EERA), au cours duquel les premiers résultats y sont présentés.

1 000 chercheurs européens contribuent aux programmes conjoints de recherche de l’Alliance européenne de la recherche énergétique (EERA). Ces programmes organisent la recherche finalisée sur les technologies de l’énergie alimentant en aval la recherche partenariale avec les industriels.

A ce jour, sept programmes conjoints ont été lancés dans les domaines des réseaux intelligents, des énergies géothermique, photovoltaïque et éolienne, de la capture et du stockage du CO2, des matériaux pour le nucléaire et des bioénergies. D’autres programmes en préparation s’y ajouteront : solaire à concentration, énergie marine, villes intelligentes, matériaux et processus avancés pour des applications dans le domaine de l’énergie et du stockage de l’énergie.

Démarrée en 2008, cette coopération sans précédent en Europe permet d’accélérer le développement des technologies énergétiques. L’EERA est l’un des instruments définis par l’Union européenne dans le cadre du Plan stratégique européen pour les technologies énergétiques (Plan SET mis en place par la Commission européenne pour atteindre les objectifs « 20-20-20 » en matière d’énergie et de climat).

Les programmes conjoints de l’EERA sont ouverts à de nouveaux participants. Afin de faciliter leur participation, les universités européennes se sont organisées dans la Plateforme européenne des universités engagées dans la recherche énergétique (EPUE), lancée par l’Association européenne des universités (EUA).

Le CEA est l’un des quinze membres du comité exécutif de l’EERA. Il est impliqué dans les programmes conjoints de l’EERA aux côtés de l’INRA, du BRGM, de l’IFREMER, du CNRS et de l’IFP Energies Nouvelles.

** Fondée par dix instituts de recherche européen, l’EERA a pour principal objectif d’accélérer le développement des nouvelles technologies énergétiques en concevant et en mettant en œuvre des programmes de recherche communs pour soutenir le plan stratégique européen pour les technologies énergétiques (Strategic Energy Technology (SET) plan), en rassemblant et en intégrant les activités et les ressources, en combinant les sources de financement nationales et communautaires et en développant au maximum les complémentarités et les synergies.

Le comité exécutif de l’EERA est actuellement composé de 15 des principales organisations publiques de recherche qui traitent les questions d’énergie en Europe : “Austrian Institute of Technology”, AIT (AT), the “Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives”, CEA (FR), the “Centro de Investigaciones Energéticas, Medioambientales y Tecnológicas2, CIEMAT (ES), the “Centre for Renewable Resources”, CRES (GR), the “Centrum vyzkumu Rez”, CVRez (CZ), the “Energy Research Centre of the Netherlands”, ECN (NL), the “Italian National Agency for New Technologies, Energy and Sustainable Economic Development”, ENEA (IT), the “Helmholtz Association”, (GE), the “Institute of Power Engineering”, IEN (PL), the “Laboratorio Nacional de Energia e Geologia”, LNEG (PT), the “Paul Scherrer Institute”, PSI (CH), the “National Laboratory for Sustainable Energy”, Risø-DTU (DK), the “Foundation for Scientific and Industrial Research”, SINTEF (NO), the “UK Energy Research Centre”, UKERC (UK) and the “Technical Research Centre of Finland”, VTT (FI). The EERA Executive includes two European organisations as observers – the European University Association (EUA) and the European Heads of Research Councils (EUROHORCs).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz