L’énergie des rats au service des new-yorkais

Lasse de mener une lutte sans fin contre les nuisibles qui peuplent ses stations de métro, la municipalité de New York a décidé de changer de stratégie : plutôt que les combattre, elle compte bien mettre à contribution les quelques 60 millions de rats new yorkais pour le bien-être de tous et la lutte contre le réchauffement climatique.

"A cause des dégâts dont ils sont la cause, les rats ont leur part de responsabilité dans le réchauffement climatique, justifie Rody Beckstein, l’ingénieur à l’origine du projet ‘Rat Run’. "Et eux aussi profitent du chauffage collectif en hiver, ajoute-t-il. Il n’est pas trop demander qu’ils fassent un petit effort supplémentaire."

Quel effort ? Courir : aux endroits où circulent habituellement des colonies entières de rongeurs, Rody Beckstein a eu l’idée d’installer une série de tapis roulants miniatures. En courant, le rat actionne le tapis, qui génère de l’électricité. Appliqués sur des centaines de mètres, ils forment un véritable réseau à travers les canalisations et les couloirs du métro.

Rody Beckstein espère ainsi générer suffisamment d’électricité pour réduire les dépenses de chauffage des stations de métro de 15%. "Ce serait une belle preuve de la possibilité des hommes et des animaux de vivre ensemble", souligne-il en réponse aux détracteurs du projet.

Car pour certains écologistes, ce projet s’inscrit dans une tendance inquiétante qui consiste à utiliser les animaux comme source d’énergie et d’effort. "Ce serait une retour en arrière, au lieu de constituer un projet", accuse l’association ‘Rodent’s Protect’. Plus inquiétant : "Ce que la mairie n’a pas pris en compte, c’est qu’en obligeant les rats à produire d’avantage d’efforts, on risque de créer des générations de rats de plus en plus musclés, et donc plus rapides, plus résistants et plus dangereux."

Malgré ces critiques, la ville de New York a décidé de poursuivre ses essais. Si les résultats sont concluants, elle envisage de se tourner ensuite vers les pigeons. Les volatiles pourraient facilement faire tourner des séries de mini-éoliennes judicieusement placées dans le plafond des gares, rêve Beckstein.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "L’énergie des rats au service des new-yorkais"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan
Invité

Pour cet article, une fois n’est pas coutume, il faut commencer à le lire par la fin. C’est donc en Avril, le 1er du mois, que la solution arrive ! certes ce n’est pas l’animal habituel, mais enfin. J’ai toujours pensé que nous manquions d’idées pour sauver la planête, pauvre victime de la pensée unique et du dogme de la production centralisée à base d’énergies fossiles. Voilà enfin un beau débat pour l’écologie. En revanche, je crains, qu’une fois de plus, les lobbies du pétrole et du nucléaire ne fassent capoter l’affaire !!!

Pedro manolo
Invité

Certes, et les hydroliennes miniatures accrochées à la queue de dauphins d’amazonie sont en cours d’expérimentation. ^-^

R17777
Invité

arffffff!!!!  je me suis fait avoir  comme un bleu !  😉  ….  mais avec tout de suite une irrésistible envie de vérifié la date de l’article …. donc à moitié eu seulement ! 

Enerzine
Invité

Pour tous ceux et celles qui sont encore SCEPTIQUES sur la véracité de cette information, nous vous invitons à consulter la source de notre article -> cliquer sur le lien internet situé en haut et à droite de l’article (juste en dessous du titre)C’est sans ambiguïté ! La direction Philippe & Thomas

Dan
Invité

Attention tout de même au rat musclé beaucoup plus dangereux, semble-t-il, que le rat musqué !

wpDiscuz