L’énergie photovoltaïque et la facture d’électricité (II)

Une grande partie de l’argumentation sur laquelle se fonde le rapport de l’IGF (mission dirigée par M. Jean-Michel Chapin) repose sur une affirmation simple : l’explosion du photovoltaïque en France fait peser sur le portefeuille des Français un risque majeur.

Le rapport n’explique pas pour quelle raison ce risque n’a pas été identifié ni par l’Allemagne (avec son marché photovoltaïque 40 fois plus développé), ni par l’Espagne (12 fois plus développé), ni par le Japon, (10 fois plus développé), ni par les Etats-Unis (6 fois plus développé), ni par l’Italie (4 fois plus développé), ni par la République Tchèque (2 fois plus développé), ni par la Belgique (1,5 fois plus développé).

Il convient donc de remettre un peu en perspective cette assertion et d’en étudier plus précisément les tenants et les aboutissants.

Il existe en fait 3 approches différentes d’évaluer l’éventuel surcoût de l’énergie photovoltaïque en France, surcoût affecté à la CSPE(1) payée par tous les consommateurs d’électricité en France :

Un calcul basique de hausse de cette CSPE en fonction des scénarios retenus, à comparer avec les hausses de tarifs imposées par les autres énergies (en particulier le nucléaire),

Un calcul réaliste qui repose sur les mêmes hypothèses, mais dans un environnement de hausse annuelle du prix de l’énergie, fixée par la loi,

Un calcul analytique du surcoût du photovoltaïque en évaluant de manière plus précise le coût de référence à retenir.

Et ces 3 méthodes de calcul aboutissent à la même conclusion : non seulement l’enjeu de la filière photovoltaïque dans l’augmentation de la facture d’électricité des français est minime (de 0,4 à 1,2% par an selon les scénarios), mais elle est surtout dérisoire par rapport aux augmentations du tarif qui sont demandées chaque année par EDF de façon à financer les surcoûts exorbitants de la filière nucléaire sans diminuer sa rentabilité boursière.

2. Calcul réaliste : le prix de l’énergie devrait augmenter sur les 10 prochaines années en moyenne de 4%, cette hausse devant servir à financer d’une part la CSPE et d’autre part à accroître le chiffre d’affaires d’EDF

L’approche basique, qui a l’avantage de la simplicité, présente un inconvénient majeur : elle ne correspond pas à la réalité de la politique de gestion des prix de l’énergie en France et ne prend pas en compte l’ensemble des autres mouvements qui affectent ce marché. Il semble en effet plus réaliste de partir du postulat selon lequel le prix de l’électricité devrait croître en moyenne de 4% sur les 10 prochaines années.

Ce chiffre de 4%, qui est d’ailleurs une des hypothèses avancées par Jean-Michel Charpin en page 18 de son rapport, semble être le maximum acceptable par les consommateurs français sur le long terme, et correspondre à une évolution similaire dans tous les pays occidentaux.

Sur la base de ces hypothèses, on obtient les graphiques suivants 5 :

[ Cliquer sur les graphiques pour zoomer ]

L'énergie photovoltaïque et la facture d'électricité (II)

Scénario du Grenelle de l’Environnement – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 5,4 GWc en 2020

 

L'énergie photovoltaïque et la facture d'électricité (II)

Proposition de l’Association Hespul – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 11 GWc en 2020

 

L'énergie photovoltaïque et la facture d'électricité (II)
 
Scénario « catastrophe » du rapport Charpin – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 5,4 GWc en 2011 et 17 GWc Wc en 2020

Puisque l’on est parti du principe que l’augmentation de la facture d’électricité ne devait pas dépasser un seuil inacceptable (fixée à 4%/an), par définition ces scénarios sont tous neutres pour la facture des Français. Seule la répartition du montant entre la CSPE et le chiffre d’affaires d’EDF (et de ses filiales) change :

Dans le scénario le plus limité pour le développement de l’énergie photovoltaïque, 94% du montant d’une facture d’électricité est versée à la filière traditionnelle (EDF et ses filiales), tandis que seulement 2% de cette facture est dédiée au photovoltaïque,

Dans le scénario jugé le plus « dangereux » par Jean-Michel Charpin, EDF doit se contenter de 90% du montant de la facture, tandis que le photovoltaïque bénéficie de la différence.

Entre les deux hypothèses extrêmes, le manque à gagner pour EDF est de l’ordre de 338 euros par foyer sur toute la période, soit une trentaine d’euros par an et par foyer. L’augmentation du chiffre d’affaires d’EDF ne serait alors que de 3% par an contre 3,8% dans le cas où le photovoltaïque serait plafonné.

En tout état de cause, il ne s’agit pas là d’une question de protection du portefeuille des Français, mais de savoir si ces 338 euros versés inéluctablement par les Français au cours des 10 prochaines années doivent être utilisés pour augmenter la rentabilité d’EDF ou pour financer le développement du photovoltaïque.

En conclusion, avec une approche « réaliste » du calcul du surcoût de l’électricité photovoltaïque, on découvre que le développement de la filière photovoltaïque ne peut pas avoir d’impact sur la facture d’électricité des Français, seulement sur la marge opérationnelle d’EDF qui verrait en effet une partie des hausses du tarif de l’électricité de ces 10 prochaines années lui échapper.

 

Auteur :

David Guinard, Directeur Général de Photosol

 

Notes :

5 Hypothèses : facture moyenne d’électricité hors chauffage de 500 € (Rapport Charpin), hausse de 4% des factures d’électricité chaque année entre 2010 et 2020, hausse de la CSPE hors photovoltaïque de 5% chaque année, montant de la CSPE pour 2010, 2,4 milliards d’Euros

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

38 Commentaires sur "L’énergie photovoltaïque et la facture d’électricité (II)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jean-michel
Invité
“Le rapport n’explique pas pour quelle raison ce risque n’a pas été identifié ni par l’Allemagne , ni par l’Espagne” Ecrire cela, c’est soit faire preuve d’une mauvaise foi incroyable, soit être au mieux ignorant au pire incompétent sur la situation de ces pays. Le “Spiegel”  (plus important magazine d’actualité allemand) titrait encore la semaine dernière sur ce sujet. L’équivalent de la CSPE allemande passe cette année de 20 à 35 €/MWh. Quant à l’Espagne, elle a aujourd’hui totalement (=0 MW) arrêté son développement PV. Cette situation est identique dans l’ensemble des pays européens et parfaitement bien identifiée. Ensuite, écrire… Lire plus »
Steph
Invité
L’Espagne a reduit et non pas arrete son developpement PV car il etait trop favorable, incontrole et mal gere par le gouvernement, semblable a la France d’ailleurs. Rappelons – mais ca Jean-Michel le sait puisque’il est tres bien document – qu’en Espagne, c’est le contribuable qui paie et non pas le consommateur d’eletricite d’ou grosse facture dans le budget national mal en point, voila pourquoi le tarif a ete brutalement reduit. On rappelera aussi que cette mesure brutale et non concertee a jete au chomage plusieurs dizaine de milliers d’emplois, c’est negligeable bien sur. Quant a l’Allemagne, Un particulier achete… Lire plus »
Rice
Invité

Ca cause, ca cause et pendant ce temps là, nos amis allemands qui ont eu une véritable politique en la matière, ont créé une filière industrielle (fabrication, installation, SAV…) de plus de 200.000 emplois directs et induits, et qui génère plus de 5 M€ d’exportation. (au fait combien a couté au contribuable le “développement” du nucléaire en France ? et combien va lui coûter le “démantèlement” ?).

Pv
Invité

Votre nom de famille ne serait pas Charpin par hasard ? J’ai cru reconnaître dans vos arguments le même parti pris et la même mauvaise foi…

Robin
Invité
Le ton ironique ne semble pas plaire à JM qui part sur un ton condescendent… dommage qu’en plus sa conclusion soit encore plus radicale que les autres remarques qui étaient équilibrantes. Ce qui reste sur c’est que le budget de subvention de ces autres pays est 2 à 10 fois plus élevé que la France en ce qui concerne le passé. Pour ce qui est du futur, ils l’ont ralenti (sauf Italie!) mais la France avait prévu la même chose pour 1 Jan 2012. Encore une fois, ces pays ont des tarifs elect plus élevé car ils n’ont pas de… Lire plus »
Dan1
Invité
Quel que soit le coût de la mise en place du système nucléaire français et de son démantèlement, le coût final doit être apprécié par rapport à ce qu’il a rapporté à tous, sinon on oublie une facette : on ne voit que le verre à moitié vide. Notre système de 58 réacteurs va produire au moins 20 000 TWh ou 20 000 milliards de kWh (sûrement plus) durant sa vie. C’est colossal (1 année d’électricité pour la planète). Il aura permis de vendre à l’exportation entre 700 et 1000 TWh en 40 ans et d’alléger considérablement la facture énergétique.… Lire plus »
Lorenzo
Invité

On entend dire dans certains forums que M. Charpin serait administrateur d’EDF. ça semble tellement gros … Info ou intox ?

Rice
Invité

A Dan1 Merci pour votre réponse mais ce n’était pas ma question… Savez-vous OUI ou NON ce qu’a coûté le “développement” et ce que va coûter le “démantelement” du nucléaire ? (vous êtes autorisé à +/- 10 % d’euro du MWh nucléaire).

Rice
Invité

Pas administrateur d’EDF mais de ERDF (grosse différence, non ?)

michel123
Invité
les américains vous démantellent leurs centrales pour 300 millions de dollards , mais ils ont de la place pour entasser les matériaux de structure en attendant la baisse spontannée de la radioactivité des éléments à vie courte . En france il faudra compter 500 millions d’euro soit 650 millions de dollards pour une centrale soit 15% du prix de la centrale neuve (3 MILLIARDS d’euro la tranche de 1000 MW ). Il serait temps de connaitre enfin ces chiffres au lieu de reposer toujours les mêmes questions . Les producteurs d’électricité ont trouvé plus rentable de prolonger de 20 ans… Lire plus »
C.barnier
Invité
Ce sont Lionnel Jospin et Dominique Voynet en 1998,qui ont mis fin à Super Phoenix.Fabius n’a rien à voir la dedans. Le sodium liquide est suffisament “transparent” aux neutrons pour refroidir le coeur d’un RNR-Na.Cela ne serait pas le cas avec un caloporteur à base de sels fondus(non transparent aux neutrons) qui empêcherait les neutrons du RNR de faire leur travail de fission et fertilisation.Par contre le caloporteur à base de sels fondus pourrait être utilisé dans le circuit caloporteur secondaire,qui sert à chauffer l’eau pour la vapeur qui souffle sur les turbines pour le générateur électrique.Pour ceux qui craignent… Lire plus »
C.barnier
Invité

Dans les années 2050,il n’y aura plus d’uranium bon marché,mais il sera possible d’en avoir du très cher pour démarrer des surgénérateurs de l’époque.Mais la France les démarrera,en fait, avec son stock stratégique de 250 tonnes(ou 276 tonnes) de Pu239,réservé spécialement à cet effet selon le CEA.Donc pas d’inquiétude pour démarrer nos futurs surgénérateurs.

michel123
Invité

Daniel Jospin n’était pas encore premier ministre , cela c’est produit avec le duo laurent fabius et Dominique voynet. Il y a des études en cours sur les sels fondus y compris en circuits primaires et même sur le plomb fondu , effectivement le plomb fondu parait absorber les neutrons mais c’est ce que j’ai lu il y a peu .

C.barnier
Invité

Chirac avait dissous l’assemblée et perdu les législatives,alors Lionel Jospin est devenu premier ministre et avait pris Dominique Voynet à l’environement.En 1998,Lionel Jospin décide de sacrifier super phénix à l’alliance avec les verts.Maintenant,il y a peut être eu une entente préalable PS-Verts, avant les législatives entre Fabius et Voynet;que par la suite Jospin a matérialisée en 1998,en décrétant la fin de super phénix.

michel123
Invité

Le ps et fabius premier ministre étaient en pourparler avec les écologistes avant les élections , il a sacrifié le réacteur pour gagner les élections. Et le premier ministre suivant (jospin ) a liquidé 40 ans de travaux Je viens de revoir les différents projets avec différents caloporteurs sodium fondu helium plomb/bismuth sels fondus (un sel de sodium je suppose ) Ce qui est sûr c’est que cette filière se développera à l’étranger . En france une nouvelle alliance de circonstance torpillera sûrement le nouveau projet .

Etienne solar
Invité
… Il y a ceux qui restent englués dans leurs sas de décontamination … il y a ceux qui ont pris de la hauteur et manipulent les chiffres en oubliant les gains d’un secteur économique qui ne demande qu’à s’étendre à l’export … de toute façon le solaire en général et le PV en particulier ont pris leur envol, ça a commencé dans le spatial et s’étendra jusqu’aux régions les plus déshérités. Les pays qui ont compris cela en aurons les retombées et les autres continurons de faire prendre les champignons vénéneux pour des archanges venus sauver l’humanité. C’est ainsi… Lire plus »
Dan1
Invité

Lisez l’excellent rapport d’enquête n° 1018 sur Superphénix : Je penche pour Lionel le 02 février 1998, voir chronologie :

Dan1
Invité

Pour Rice : J’ai suffisamment écrit sur le coût du nucléaire sur Enerzine, donc faites l’effort de chercher : Taper : “coût nucléaire” dans recherche. Bonne lecture. tapez aussi démantèlement + cour des comptes.

Visite
Invité

lisez ceci c’est instructif sur les couts cachés si nous prenons tous les couts cachés du nucléaire ou du pétrole il n’y aurait aucune hésitation pour le développement des Enr. Le risque à un cout mais lequel?

Rice
Invité

A Dan1 Merci pour votre nouvelle réponse mais ce n’était toujours pas ma question… Je vous demande juste un chiffre (2 en vérité) : ce qu’a coûté le “développement” et ce que va coûter le “démantelement” du nucléaire ? (et devant vos atermoiements je passe la tolérance de +/- 10 à +/- 20 % d’euro du MWh nucléaire).

Sejour
Invité

Quand on appuit sur le lien qu’a donné le troll “visite”.On constate qu’il insulte indirectement mais très surement et volontairement,certains lecteurs(dont dan1,entre autres…)cliquez sur son lien vous verrez!!. Ce troll(qui est revenu encore) s’appellait aussi 1000mille et mamie nova. Merci de supprimer ses messages pour le sanctionner et éventuellement de le bannir définitivement car c’est un multirécidiviste(et qui a l’intention de revenir encore). Ceci fait,vous pourrez aussi supprimer mon message devenu par la suite inutile…

Balladeur
Invité
Comme l’avait rappellé michel 123 : Le cout du démantellement est connu depuis longtemps. les américains vous démantellent leurs centrales pour 300 millions de dollards , mais ils ont de la place pour entasser les matériaux de structure en attendant la baisse spontannée de la radioactivité des éléments à vie courte . En france il faudra compter 500 millions d’euro soit 650 millions de dollards pour une centrale soit 15% du prix de la centrale neuve (3 MILLIARDS d’euro la tranche de 1000 MWe ). Il serait temps de connaitre enfin ces chiffres au lieu de reposer toujours ces mêmes… Lire plus »
Medant
Invité

Bien moins cher que ce que va couter le dévellopement des filières éoliennes et solaires dans le monde en ce 21ème siècle.

Pps
Invité

“Et pourtant le démantèlement « exemplaire » de la centrale de Brennilis en Bretagne, qui dure depuis 25 ans aurait coûté la bagatelle de 600 M€, ce qui fait frémir et nous donne une petite mesure de ce qui attend EDF dans les années à venir pour la vingtaine de réacteurs qui doivent être fermés. ” Qu’en pensez vous? 

Pps
Invité

Et pourtant le démantèlement « exemplaire » de la centrale de Brennilis en Bretagne, qui dure depuis 25 ans aurait coûté la bagatelle de 600 M€, ce qui fait frémir et nous donne une petite mesure de ce qui attend EDF dans les années à venir pour la vingtaine de réacteurs qui doivent être fermés.” Qu’en pensez vous

Promeneur
Invité

fini,pour un toute petite machine. EDF va en fermer beaucoup plus qu’une vingtaine. 58,bonjour les dépassements de budget qui ne sont pas encore connus(“normal dans les gros chantiers nuclèaires”) ou alors très bien dissimulés

M.arnaud
Invité
Les assocs antinucléaires comme SDN, croient qu’il est intelligent,sous pretexte de sécurité des populations,de mettre tout en oeuvre pour empêcher systèmatiquement le démantellement de la centrale de Brennilis,pour pouvoir dire que si l’on peut pas démanteler la petite centrale de Brennilis(hormis éventuellement à un coût très exorbitant,créé artificielement par les entraves artificielles voulues des assocs antinucléaires,qui ont même réussies à intoxiquer psychologiquement le ou les magistrat(s) responsable(s) dans la prise de décision de l’autorisation des travaux de démantellement),on ne pourra,encore moins démanteller les grosses et très grosses centrales nucléaires dans le futur et que donc il faut absolument sortir,le plus… Lire plus »
Rice
Invité

A M.Arnaud – ayatollah atomique … en matière de sectarisme vous semblez en connaître un rayon. Autant de fiel en si peu de lignes, il fallait le faire.

M.arnaud
Invité

A Rice-ayatollah anti-atomique . … en matière de sectarisme,fiel et amertume,il suffit de prendre exemple sur des gens comme vous,les anti-atomiques.Y a toujours à apprendre de vous dans ce domaine…

Balladeur
Invité
Si les raffineries pétrolières actuellement sur le sol Français(et les centrales au fioul)devaient connaitre autant d’obstacles artificiels que ce que connait Brennilis,pour empêcher systèmatiquement leurs démantellements,afin de les rendre financièrement inacceptables(comme Brennilis);alors nul doute que les opposants au pétrole(du genre “Sortir du Pétrole” si ça avait existé) diraient: “vous voyez,l’énergie pétrolière a un tel cout que l’on aurait jamais du entrer dans le pétrole.Et que le cout de l’énergie pétrolière sera à jamais déficitaire,qu’il faut sortir du pétrole,et qu’on ne s’y retrouvera jamais”.Bref,on se retrouverait avec l’impossibilité,à jamais, de démonter nos installations industrielles relevant de l’énergie pétrolière sous peine d’être… Lire plus »
Promeneur
Invité

pétrole” soit plus facile que de “sortir du nucléaire” surtout dans un mix éclairé et sans transports. Actuellement c’est assez clair. Qui cherchera trouvera ou qui vivra verra ?

Balladeur
Invité

Non ici,on est vraiment plusieurs,en colloc,et sur la même bécane.Est ce que tout les autres (et lesquelles d’ailleurs-tirage au sort?)doivent se chercher des cybercafés ou des cyberbases(et pas les m^mes en plus)?? Cela serait vraiment pas pratique . Attention , pas de confusion .

Balladeur
Invité

Attention pas de maladresse de votre part.On est d’ailleurs bien plus que ça,à se servir de cette même bécane.Vous pénaliseriez encore plus de monde,que ceux déjà cité .Cela serait facheux et injuste.Et vous perdriez plusieurs lecteurs d’énerzine.Alors pas de malentendu…Désolé que vos statuts n’aient pas prévu ce cas de figure.Mais nous n’y sommes pour rien!

enerZ
Invité

@Balladeur Seule solution possible : 1- vous choisissez entre tous un seul et même pseudo 2- vous signez à la fin du message de votre pseudo unique Le modérateur Ps : ce n’est pas la première fois que vous êtres rappelez à l’ordre il me semble.

Du collectif
Invité

Très bonne idée de votre part,on va faire comme ça.Nous choisissons le pseudo: “Du collectif” et chacun signera en bas.Ainsi,il n’y aura plus de malentendu. Comme moi,à cet instant même: Balladeur. Et merci à vous(EnerZ) pour avoir solutionné notre facheux problème. Balladeur(au nom des autres,qui sont pas là en ce moment(à part deux qui ont approuvé) mais que je vais mettre au courant au fur et à mesure). Balladeur

Dan1
Invité
Je cite : “Combien ça coûte ?!!!!!!!!!!! A Dan1 Merci pour votre nouvelle réponse mais ce n’était toujours pas ma question… Je vous demande juste un chiffre (2 en vérité) : ce qu’a coûté le “développement” et ce que va coûter le “démantelement” du nucléaire ? (et devant vos atermoiements je passe la tolérance de +/- 10 à +/- 20 % d’euro du MWh nucléaire).” Oui mais moi, ma réponse est : j’ai déjà répondu des dizaines de fois sur Enerzine… alors cherchez ! Il n’y a donc pas d’atermoiements, quand vous aurez rédigé autant de contributions chiffrées et argumentées… Lire plus »
Promeneur
Invité

la méthode est cryptée mais sans le code ! je ne vous donne qu’une piste et ce n’est pas la “mienne”…juste un clic sans chercher les arguties d’un ergoteur

Dan1
Invité
Dans la partie 2, Photosol nous propose un “calcul réaliste” dont la conclusion s’avère irréaliste : Je cite : “Dans le scénario le plus limité pour le développement de l’énergie photovoltaïque, 94% du montant d’une facture d’électricité est versée à la filière traditionnelle (EDF et ses filiales), tandis que seulement 2% de cette facture est dédiée au photovoltaïque”. C’est mal connaître la composition d’une facture d’électricité et confondre le producteur d’électricité avec le fournisseur. En effet, dans tous les cas, 100 % du montant de la facture ira au fournisseur qui devra ensuite reverser une bonne partie au producteur, au… Lire plus »
wpDiscuz