Enerzine

L’énergie propre est meilleure pour la santé

Partagez l'article

Investir dans une énergie domestique plus propre est avantageux sur le plan de la sante et de l’économie.

Tous les jours au cours des 10 prochaines années, 485 000 personnes de plus devraient avoir accès à des combustibles plus propres si l’on veut réduire de moitié d’ici 2015 la population qui a recours à des combustibles solides. Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) intitulé Du combustible pour la vie: énergie à usage domestique et santé, démontre qu’investir dans de l’énergie domestique plus propre peut permettre de multiplier par sept les bénéfices économiques en matière de santé et de gain de productivité.

Cuisiner au bois, à la bouse de vache, au charbon et à d’autres combustibles solides sur des feux ouverts ou des fourneaux rudimentaires constitue la réalité quotidienne de plus de la moitié de la population mondiale. Il en résulte des niveaux élevés de pollution de l’air à l’intérieur des habitations, ce qui fait courir un risque majeur de pneumonie aux enfants et de maladies respiratoires aux adultes. Sur le plan mondial, la pneumonie reste la maladie qui tue le plus grand nombre d’enfants en faisant deux millions de morts par an.

Chaque année, la pollution tueuse des cuisines est responsable de la mort de 1.5 million de personnes. L’Afrique sub-saharienne et l’Asie du Sud Est sont particulièrement affectées, avec respectivement 396 000 et 483 000 décès annuels. La pollution de l’air à l’intérieur des habitations touche également de manière disproportionnée les femmes et les enfants. En 2002, la cuisine aux combustibles solides a tué près de 800 000 enfants et plus de 500 000 femmes.

Heureusement, des solutions efficaces existent. Le gaz de pétrole liquéfié, le biogaz et d’autres combustibles plus propres constituent l’alternative la plus saine. Passer d’un fourneau traditionnel à un fourneau amélioré permet de réduire considérablement la fumée à l’intérieur des habitations.

En moyenne, 100 millions de foyers supplémentaires utilisant du gaz de pétrole liquéfié, du biogaz ou des combustibles modernes pour faire la cuisine éviteraient à 473 millions de plus de femmes, d’enfants et d’hommes d’être exposés aux effets nocifs de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations et réduirait de 282 mille par an les décès dus aux maladies respiratoires.

Le rapport Du combustible pour la vie: énergie à usage domestique et santé sera lancé lors d’une conférence de presse qui aura lieu simultanément à la Commission du développement durable des Nations Unies, au Centre de presse des Nations Unies à New York, ainsi qu’à Genève, au siège européen des Nations Unies

(Dossier presse : OMS)

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz