L’entrée de l’Inde à l’IRENA, un signal fort

Le Ministre fédéral allemand de l’environnement, Sigmar Gabriel, a salué l’entrée de l’Inde dans la nouvelle Agence Internationale sur les énergies renouvelables (IRENA) comme un signal fort pour l’implantation d’un approvisionnement en énergie respectueux de l’environnement.

Il estime qu’ "avec ce pas réalisé par l’Inde, c’est un nouvel élan pour les énergies renouvelables. L’Inde pourra également exploiter les chances que lui offrent les énergies renouvelables dans la lutte contre le changement climatique, la sûreté d’approvisionnement ainsi que le développement économique et de l’emploi. En tant que pays émergent en forte croissance économique, l’Inde peut également, par son entrée à l’IRENA, faire office d’exemple pour d’autres pays."

L’Inde a signé, le 17 mars 2009, le statut de l’IRENA à Berlin, en tant que 77ème membre fondateur. En parallèle, l’Inde a confirmé son intention de contribuer au budget de l’organisation à hauteur de plus de 110.000 dollars américains pour le deuxième semestre 2009. Grâce à cette signature, l’Inde devient, comme tous les autres Etats signataires, membre de la commission de préparation pour l’implantation de l’organisation. Cette commission se prononcera en juin prochain sur la nomination du directeur de fondation de l’IRENA ainsi que sur la localisation du siège de l’agence.

L’IRENA a été fondée le 26 janvier 2009 à Bonn par 75 pays signataires initiaux. L’Allemagne faisait partie des premiers signataires ; le processus de fondation de l’IRENA a été accéléré par le Ministère fédéral de l’environnement et par le Ministère fédéral du développement en étroite coopération avec le Ministère des affaires étrangères.

La nouvelle agence est la première organisation internationale qui se consacre exclusivement aux énergies renouvelables. L’IRENA aura pour objectif de faire avancer l’exploitation des énergies renouvelables à l’échelle mondiale. L’objectif consiste à combler l’espace entre le potentiel considérable des énergies renouvelables et leur part de marché – encore relativement faible – en ce qui concerne la consommation d’énergie. L’accent sera mis sur la consultation des états membres afin de créer les conditions cadres adaptées, de rassembler des compétences et d’améliorer le financement et le transfert de technologie et de savoir pour les énergies renouvelables.

BE Allemagne numéro 429 (25/03/2009) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58325.htm

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar