Enerzine

L’EPR, une technologie nucléaire 3G qui inquiète

Partagez l'article

Le Réseau « Sortir du nucléaire » a révèlé le week-end dernier des documents jugés confidentiels et divulgués par une source anonyme interne à EDF mettant en garde contre un risque d’accident nucléaire de l’EPR.

Selon "Sortir du nucléaire", ces documents démontrent que la conception de l’EPR implique un sérieux risque d’accident majeur – risque pris en conscience par EDF pour des raisons de calcul économique. "Potentiellement sujet à un emballement dont les conséquences seraient incontrôlables, l’EPR s’avère donc extrêmement dangereux".

L’organisation indique même que la conception de l’EPR "accroît le risque d’un accident de type Tchernobyl, qui entraînerait la destruction de l’enceinte de confinement et la dispersion massive de radionucléides dans l’atmosphère".

Le scénario accidentel en détail :

Selon les calculs d’EDF et d’Areva, le pilotage du réacteur en mode RIP (retour instantané en puissance) et la disposition des grappes de commande du réacteur peuvent provoquer un accident d’éjection des grappes de commande à faible puissance et entraîner la rupture de l’enveloppe du mécanisme de commande de la grappe (i). Cette rupture provoquerait le passage du réfrigérant en-dehors de la cuve du réacteur nucléaire. La perte de réfrigérant (un type d’accident nucléaire très grave) entraînerait la rupture d’un nombre important de crayons par échauffement du combustible et des gaines (ii) et donc le relâchement de vapeur extrêmement radioactive dans l’enceinte de confinement. Il y a alors un risque important d’excursion critique qui résulterait en une explosion (iii), la puissance du réacteur EPR étant démultipliée de façon extrêmement brutale. Suite aux éjections des grappes de commande à faible puissance (EDG), le réacteur EPR pourrait ne pas se mettre en arrêt automatique (iv). Quelle que soit la configuration des grappes de commande, l’accident d’éjection de grappe de commande entraîne un taux important de rupture du combustible (NCE) et donc un risque élevé d’excursion critique (v).

Voici les liens des documents confidentiels hébergés sur le site internet "Sortir du nucléaire" :

1 – Synthèse – Une technologie explosive : l’EPR (non daté non signé) 

2 – Bilan de la phase préliminaire de l’étude d’EDG FA3 et perspectives (EDF SEPTEN 05.05.2009) 

3 – EPR – Gestion combustible – Lot 1 – Revue de conception du schéma de grappes FA3 du 25/10/2007

4 – EPR FA3 Synthèse de l’étude de faisabilité de l’accident d’éjection de grappe (EDF SEPTEN 09.02.07) 

5 – EPR FA3 Synthèse des voies de sortie de la problématique éjection de grappe (EDF SEPTEN 07.05.07)

6 – Note d’étude : Présentation synthétique de l’EPR (EDF SEPTEN 04.05.04) 

7 – Note de présentation de la deuxième revue de projet radioprotection EPR (EDF, printemps 2004)
8 – Marges disponibles pour les activités d’exploitation du REP par rapport aux risques de criticité(Hourtoulle Francis. Le 7 décembre 1999)



Notes
:

i cf. paragraphe 6.1.6 du document n°4
ii cf. tableau 3, document n°4
iii cf. document n°4, document n°5 partie 2, Rapport Préliminaire de Sûreté EPR 15.2.4.e
iv cf. document n°2, note 9
v cf. document n°2, note 8.2.1


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    25 Commentaires sur "L’EPR, une technologie nucléaire 3G qui inquiète"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    zelectron
    Invité

    J’ai « travaillé » sur un composant d' »extracteur » de barreau, il y a 5 ans…je dois avouer que je reste à ce jour encore perplexe au niveau à la fois du cahier des charges (contradictoire) et des solutions envisagées (la sécurité de la sécurité de la sécurité…). Je peux me tromper, mais il m’a semblé que les commanditaires de l’étude* (EDF) n’y connaissaient pas grand chose…mais ce que j’en dis… *Ils auraient dû demander au CEA ou à AREVA qui eux savent… NB Je reste paradoxalement partisan du nucléaire

    Pastilleverte
    Invité

    c’est bien connu des grosses boites comme EDF ne cherchant que le profit à court terme, font tout pour que leur nouvel outil de production et vitrine technique et commerciale, puisse péter et envoyer des cochonneries dans l’atmosphère (mais, Dieu merci pas de CO2, ouf !)pour contaminer toute la France, mais rien que la France (le nuage radioactif de Flamanville s’arrêtant aux frontières comme son aïeul de Tchernobyl, mais dans l’aure sens) Comme aurait dit Roger Gicquel : « La France a peur »

    andre
    Invité

    J’ai déjà lu cette information hier sur le Journal de l’Eenvironnement. Mais il y avait en plus les points de vue de l’IRSN (institut de recherche et de Sûreté nucléaire) et d’EDF qui montrent qu’il s’agit une fois de plus de vieux documents de travail qui ne sont plus d’actualité. Mais le but est atteint car le jour où une manifestation international a lieu en France SDN ne peut pas rester muet ! Et malheureusement tout communiqué de Sortirb du Nucléaire est amplement diffusé et trop souvent sans en vérifier la pertinence.

    michel123
    Invité
    je viens de jetter un oeil sur les documents et bien que mon niveau de compétence ne soit pas au niveau poue en apprécier la valididé je note tout de même que les dates annoncées des documents sont fausses . Le premier est non daté non signé Le deuxieme daté de 2009 date en fait de 1999 Le troisième daté de 2007 est fait de documents datant de 1999 à 2003 Le quatrième idem Il y a peut être des éléments à étudier de plus prés dans ces rapports mais quand on commence à se moquer du monde avec de… Lire plus »
    christian
    Invité
    EDF, Areva et l’ASN (autorité de sûreté), l’IRSN passent leur temps à envisager des situations (le RIP cité ci-dessus), à en extrapoler des situations accidentelles (l’EDG, NCE etc…), à leur donner des noms un peu savant, des abréviations jusqu’à la caricature… JUSTE POUR LE PLAISIR !? Mais non, évidement… Il s’agit bien d’études, de scénarios, pour savoir comment cela pourrait arriver, comment l’éviter, et -faut de mieux- maîtriser les conséquences. Pour ceux qui ont le courage (et le temps) de le lire, une porte d’entrée vers ces pseudo-révélations est le rapport préliminaire de sûreté PUBLIC sur l’EPR : (cadre mauve en haut… Lire plus »
    einstein30
    Invité

    « documents juges confidentiels et divulgues par une source « ANONYME » interne a edf . en fait ,la reponse est dans le titre ; source anonyme revient a dire que les declarations sont fantaisistes et non verifiees; encore faudrait-il que l’auteur de cet article soit capable de facon scientifique de confirmer ces declarations et j’esperes qu’il n’utilise pas de l’electricite d’origine « nucleaire »,ce serait un comble

    dede29
    Invité
    A titre d’exemple ,le document 2 ,celui daté de 2009 au lieu de 1999,concerne les REP ( l’existant) et non l’EPR .Il traite des accidents de criticité lors de la manutention du combustible réacteur à l’arret ,du stockage de combustible neuf et du suivi de la réactivité et du zénon lors des redémarrages.C’est un document sur le « retour d’expérience  » et l’analyse de l’évolution des marges lors de modifications prévues sur l’enrichissement de combustible ;ce genre d’études est classique et montre le sérieux des analyses lors de modifications . Cest une arnaque intellectuelle que d’accrocher cela à l’EPR ,mais cette… Lire plus »
    christophe1007
    Invité

    Ce torchon ne balance qu’un tissus de contre-vérités et de mensonges. A quand des sanctions pour tromperies volontaires ?  Par exemple, affirmer qu’une excursion de puissance est « probable » après une vaporisation d’eau est grossièrement une intox:  un REP de ce type a un coefficient de vide positif, et la réaction en chaine s’éteint en cas de perte de réfrigérant.  Il y a à chaque phrase des expressions pour « faire peur »: « Il y a alors un risque important d’excursion critique qui résulterait en une explosion » : 4 mots pour effrayer ! Et aucun chiffrage bien sur.

    christian
    Invité
    Oui Christophe1007, SDN fait peur pour exister. Est-ce que tout cela n’est que de l’intox, des documents faux ? Certainement non ! SDN est trop malin pour tomber sous le coup des accusations pénales de l’article 27 de la loi de 1881  sur les nouvelles « fabriquées » et la publication de faux. Ce n’est même pas de la diffamation. Seulement voilà : si je lis l’étiquette d’une bouteille d’alcool à 90°C, je vois que c’est toxique, inflammable. Si je n’étais pas chimiste (ou si ma mère ne me l’avait pas montré), je n’oserai jamais en mettre sur ma peau ! Pour toute technologie… Lire plus »
    Maurice.arnaud
    Invité
    Christian;vous expliquez des choses très importantes: 1:l’EPR est fait pour faire du suivi de charges. 2:Donc il suivra le réseau plus souplement que n’importe quelle centrale à gaz. C’est bien pour l’insertion des énergies renouvelables intermittentes dans le réseau. Non, il ne le fera pas dans la première campagne de chargement de combustible (c’est balot pour le bénéfice d’EDF), sauf si l’ASN finit par autoriser le « mode T », et si les solutions proposées sont acceptables. Dès que l’on sera dans la deuxième campagne (si j’ai bien lu) le problème des limites d’insertions disparaît car on a alors du combustible partiellement… Lire plus »
    Bullion
    Invité

    L’accident d’éjection de grappe est étudié dans le rapport préliminaire de sureté de flamanville 3 (chapitre 15.2.4.e page 1289), disponible sur  depuis fort longtemps. Pourquoi ce communiqué farfelu maintenant ?  

    bmd
    Invité
    Les réactions à ce canard de SDN sur ce post éclairent bien la réalité. Il était possible aux journalistes de faire la part des choses. Aucun ne l’a fait et Enerzine encore moins que les autres.Quelle confiance peut on faire dans ces conditions aux » informations » données par Enerzine, sur ce sujet comme sur bien d’autres? La rédaction d’Enerzine peut-elle ici expliquer pourquoi elle a ainsi failli à son devoir d’information objective? SDN a son utilité. C’est un aiguillon pour l’industrie nucléaire. Mais de là a pratiquer les méthodes de voyou qui sont devenues les siennes, il y a une marge.… Lire plus »
    1000 mille
    Invité

    chez EDF qui enfin nous informe par le biais d’associations que le nucléaire n’est qu’une solution a très haut potentiel de dangerosité(et ce pendant des millénaires) et bien dépassée(20ème siècle) – 40 ans pour la mettre en place et surement 30 pour la remplacer. vive une planète propre pour nous et nos enfants et les suivants…

    Maurice.arnaud
    Invité

    Le collectif des antinucléaires chez EDF se recrute chez des membres de la c.f.d.t(la « source anonyme ») qui sont depuis les années 70 le cheval de Troie des associations antinucléaires à l’interieur d’EDF.C’est bien connu!Leur crédibilité est nulle et ça m’étonne pas qu’ils travaillent main dans la main avec SDN .Cela fait plus de 30 ans qu’ils sont le cheval de Troie des assocs antinucléaires à l’interieur d’EDF:honte à eux et à leur malhonnêteté.

    Maurice.arnaud
    Invité

    Je le sais parceque j’en ai connu plusieurs,personnellement pendant de nombreuses années, et qu’ils étaient très fiers de leur travail de sape(pourtant inutile)à EDF.Alors ça m’étonne pas qu’ils continuent de nos jours leur sinistre besogne avec SDN .

    Dupremont
    Invité

    Si AREVA & EDF communiquaient un peu plus sur les études de danger , la validité des solutions apportées ( sous le controle d’un organisme tiers , ASN ou autres …) il circulerait moins d’infos incontrolables …

    Jean martin
    Invité
    Le Réseau sortir du nucléaire pourrait avoir commis ce communiqué bancal et baclé pour détourner l’attention de la crise interne grave qu’il traverse. Voir les documents de préparation de l’AG de SDN et son compte rendu. et Un militant emblématique qui n’est pas bénévole mais employé par le réseau dont une  partie du conseil cherche à le licencier, licenciement exigé par ses collègues ! Une AG houleuse, des militants déboussolés qui découvrent de sombres affaires en dernière minute. L’association est en déficit, 500 adhérents seulement sont à jour de leur cotisation sur environ 870. Des pratiques particulières pour une association… Lire plus »
    dede29
    Invité

    Quelques documents sur les accidents potentiels nucléaires

    1000 mille
    Invité

    en fait qu’il n’y ait pas d’aiguillons analogues dans d’autres secteurs de l’énergie. il n’y a pas de solution unique ou universelle.(point final) chacun de nous trouve sa vérité ou conforte ses convictions la plupart du temps dans des ornières énnoncées par des pseudo- élites

    bmd
    Invité

    Enerzine veut bien exciter les foules avec des communiqués de SDN, mais refuse d’expliquer pourquoi elle a produit un article aussi tendancieux et déséquilibré. Pourquoi?

    Maurice.arnaud
    Invité

    Bonne question de BMD !

    1000 mille
    Invité

    au modérateur de ne pas répondre aux provocateurs du tout-nucléaire.

    bmd
    Invité

    Enerzine diffuse les tracts de SDN, mais refuse d’expliquer pourquoi

    Dan1
    Invité

    Un débat étant fait d’opinions variées plus ou moins bien étayées, à propos du pilotage en suivi de charge de l’EPR et des problèmes éventuels d’éjection des grappes de contrôle, il est utile de lire Dominique VIGNON : Je ne suis pas sûr que ce soit la contribution la moins étayée. M’enfin les spécialistes atomistes nous diront.

    Maurice.arnaud
    Invité

    Très bien votre lien « sauvonsleclimat.org/… »avec le texte de Dominique Vignon.

    wpDiscuz