Les centrales à charbon encore promises à un bel avenir ?

Les avantages de l’énergie des combustibles fossiles sur la société l’emportent de loin sur le coût social du carbone (CSC) de l’ordre de 50 à 500 fois d’après une étude dévoilée hier par l’ACCCE**,

"C’est un fait indiscutable que les communautés et les nations du monde entier tirent avantage de l’énergie issue des combustibles fossiles et que cette situation perdurera de par le monde pour plusieurs générations à venir", a déclaré le président et PDG de l’ACCCE, Mike Duncan. "L’énergie fossile a alimenté trois révolutions industrielles, y compris la révolution technologique actuelle. Elle a augmenté l’espérance de vie, amélioré la qualité et le niveau de vie dans de nombreuses communautés de par le monde. Je souhaite que les décideurs du monde entier comprennent cela et adoptent des politiques de soutien en faveur d’une utilisation responsable des combustibles fossiles, en particulier du charbon propre."

Selon l’étude*, au cours des 250 dernières années, l’espérance de vie mondiale a plus que doublé et les revenus ont été multiplié par 11, en grande partie grâce à l’augmentation de la production et de la livraison d’énergie, fossile pour la plus grande part. Et bien qu’un groupe de travail interagences du gouvernement des États-Unis ait estimé le coût social du carbone (CSC) à 36 dollars US par tonne, les avantages sociaux réels liés au carbone en tant que sous-produit de la production d’énergie se situent entre 50 et 500 fois au-dessus du coût perçu.

"Même les estimations les plus prudentes placent les avantages sociaux des combustibles à base de carbone 50 fois au-dessus de son coût social supposé" a précisé le Dr Roger Bezdek, l’auteur principal du rapport. "Et les avantages sont les faits réels, reposant sur plus de deux siècles de données empiriques, et non pas sur des résumés théoriques basés sur des hypothèses douteuses, des prévisions contestables et des modèles défectueux."

Le rapport poursuit en affirmant que le charbon est la source d’énergie connaissant la plus forte croissance dans le monde et qu’il représente presque autant que toutes les autres sources de combustible réunies. Cette croissance se poursuit principalement dans les économies émergentes, qui commencent tout juste à réaliser les avantages sociaux et économiques qu’une électricité fiable et abordable peut apporter. Selon les prévisions, le charbon restera en tête des matières premières pour la production d’électricité dans le monde entier pendant au moins les trente prochaines années. De plus, selon l’administration pour l’information énergétique (EIA), l’organe statistique du ministère américain de l’énergie, les énergies fossiles couvriront dans un avenir prévisible entre 75 et 80 % de la consommation mondiale d’énergie.

"Je suis optimiste sur ce fait, au point de prédire que, d’ici 2035, il ne restera presque plus de pays pauvres dans le monde" a récemment estimé Bill Gates en évoquant l’amplitude de l’ascension sociale qui était en train de se produire dans plusieurs pays à travers le monde.

"Les combustibles fossiles fournissent l’énergie permettant d’améliorer le rendement agricole, de stimuler l’industrie et le commerce, d’apporter de l’eau potable aux communautés, mais aussi d’alimenter des serveurs de données et même le nuage" a expliqué M. Duncan. "Nous souhaitons que les données probantes en faveur des combustibles fossiles, notamment du charbon propre, aideront à apporter du sens commun dans le processus réglementaire ici aux États-Unis et à l’étranger."

Selon l’ACCCE, l’industrie du charbon a investi 130 milliards de dollars dans des technologies de "charbon propre" qui ont déjà réduit les émissions de près de 90% sur les quarante dernières années.


** American Coalition for Clean Coal Electricity (ACCCE) ou Coalition américaine pour l’énergie du charbon propre.

* Rapport : Le coût social du carbone ? Non, les avantages sociaux du carbone (ici)

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Les centrales à charbon encore promises à un bel avenir ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Citron
Invité
Bonjour, Pressez moi, je veux me réveiller de ce rêve ! Non mais sérieusement, j’aimerais bien avoir des arguments pour appuyer cette “thèse”. Histoire de pouvoir lui décerner des dîplomes en sciences, enfin je sais pas, mais là… “Je suis optimiste sur ce fait, au point de prédire que, d’ici 2035, il ne restera presque plus de pays pauvres dans le monde” Effectivement, il n’y en aura plus. Mais pas car ils seront devenus riches. Tout simplement, car ils seront supprimés (et les gens avec). Notre société a été basée sur ce principe : Energie = Illimité. On se rend… Lire plus »
gaga42
Invité

Belle escroquerie que ce reportage: personne ne songerait à nier la fait que le charbon soit à l’origine de la première révolution industrielle, et qu’il a largement contribué au développement où nous sommes arrivés. Mais , si on regarde plutôt vers le futur, il est très probable que “l’avantage marginal” du charbon soit largement négatif, notamment à cause du changement climatique largement passé sous silence dans l’article. Cette confusion volontaire passé – futur est un peu comme si on nous disait que la locomotive à vapeur, du fait de sa grande utilité dans le passé, avait un grand avenir…

Pablo
Invité
j’aimerais enfin comprendre ce qu’est le charbon dit “propre” ? (il me semble que le captage/stockage est surtout de la com’…surtout sans coût stable et suffisament élevé du CO2, donc sans taxe CO2 pour le dire vite); ceci étant dit, je crains (pour l’environnement et la santé) que, comme l’indique cet article promotionnel, l’avenir du charbon soit plutôt florissant et continue sur sa “belle lancée”, vu ses avantages économiques et techniques indéniables. A moins que de vraies crises environnementales (type pics de pollution répétés dans des métropoles, cf derniers exemples en Chine, à Pékin et Shangaï, ou pluies acides…) n’obligent… Lire plus »
Pastilleverte
Invité
“Solution” qui a de vrais bons jours devant elle, pour des tas de raisons, dont l’économie, mais pas que. Pourquoi croyez-vous que ce soit la solution (“de transition énergétique” ?) choisie par l’Allemagne pour palier la fermeture des centrales nuke, quand ce pays est déjà (soit-disant) un “leader” dans l’utilisation du solaire PV et de l’éolien ? Le “charbon” ne sera jamais 100% “propre”, comme ne le sont aucune des énergies, enr comprises. La pollution (et le CO2 n’est PAS un polluant) est toujours là, mais pas au même endoit du cycle de vie “cradle to cradle”. Quant au CO2,… Lire plus »
Pecor
Invité

Quel est l’intérêt de devenir riche si cela met en péril l’avenir de l’homme sur terre ?

Luis
Invité

¤ Ce sont plutôt les progrès de l’hygiène (en premier) et ceux de la médecine (en second) qui ont permis d’augmenter l’espérance de vie. Principalement en réduisant fortement la mortalité périnatale (1ère semaine) et infantile (en particulier 1ère année). En France par exemple, l’espérance de vie à cinq ans (pas à la naissance) n’a évolué que dans de faibles proportions depuis 1850. En Russie, l’espérance de vie a diminué depuis 20 ans : paupérisation, vodka, moins de services d’hygiène et de santé.

gaga42
Invité

Certes, mais ces progrès n’ont pu se répandre que grace à la richesse et au travail, issus de la révolution industrielle et donc du charbon, d’ailleurs les pays les + pauvres de la planète ont une espérance de vie proche de la notre au début du XIXeme siècle. Mais comme je le disais + haut, c’est du passé, 2 ou 3 autres révolutions industrielles sont passées et le charbon constitue désormais une des plus grandes menaces environnementales.

meneux
Invité

je connais le deni de grossesse (50 ans de médecine derrière moi) maintenant je connais le deni de pollution, le deni de réchauffement climatique l’homme est demens et sapiens !

moise44
Invité
“La pollution (et le CO2 n’est PAS un polluant) est toujours là, mais pas au même endoit du cycle de vie “cradle to cradle”.” Si si, le CO2 est un polluant : Le Co2 est un polluant (Par Dan1) Par ailleurs, il n’est pas banal de lire un commentaire déniant que le CO2 est un polluant sous un pseudo qui porte la marque des écolo-piliticiens Français et Parisiens, qui avaient mis en place la pastille verte pour limiter les emissions de POLLUTIONS dans un capitale dont les monuments se couvraient d’une couche noirâtre issus des pots d’échappements. Le charbon ne… Lire plus »
moise44
Invité
Pour en rajouter une couche sur le charbon : Manicore – Comment s’exploite le charbon ? EXTRAIT : Extraire du charbon vapeur ou à coke Extraire, c’est creuser puis laver. Creuser, cela se comprend facilement. Dans les mines artisanales, qui restent très répandues dans certains pays comme la Chine, les ouvriers travaillent toujours avec des pelles et des pioches ou pas loin. Par contre, dans les pays occidentaux la mécanisation est forte. De ce fait, la productivité d’un ouvrier dans une mine de charbon varie de quelques centaines de tonnes par an (soit un peu plus d’une tonne par jour)… Lire plus »
moise44
Invité

Un autre Truc qui va sans doute émerger dés que le monde se sera aperçu qu’il passé le pic des hydrocarbues liquides conventuionnels (depuis 2006 déja !) et NON-CONVENTIONNELS (dits de schistes mais en fait de roche mère) : Manicore – Quel potentiel à la “liquéfaction du charbon” ? Bonne lectures 🙂

climax1891
Invité

Avec un rendement de 30%, la consommation est de 480 grammes de charbon par kWh Avec un rendement de 46%, la cpnsommation descend à 313 grammes de charbon pae kWh.

Dan1
Invité
A moise44. Je vous remercie de me citer, c’est fait pour cela. Comme votre lien ne fonctionne pas, je redonne l’origine : Il me paraissait important de revenir sur la définition du mot, car le contenu d’un mot ne vaut que par sa définition qui peut d’ailleurs changer. Voici donc une définition : “Polluant désigne un agent physique, chimique ou biologique qui provoque une gêne ou une nuisance dans le milieu liquide ou gazeux. Polluants désignent des facteurs physiques, chimiques ou biologiques, d’origine naturelle ou non, susceptibles d’avoir des effets délétères sur les organismes vivants. Au sens large, le terme… Lire plus »
Luis
Invité
¤ En s’inspirant du titre d’un très beau film sorti en 1996 : Y aura-t-il de la neige à Noël ? (César de la meilleure première œuvre en 1997 et Prix Louis-Delluc) on pourrait se demande : Y aura-t-il du charbon en 2050 ? La production de charbon ne peut pas augmenter indéfiniment. Son abondance en réserves prouvées et exploitables est toute relative et personne n’ira creuser dans un filon de 60 cm d’épaisseur à 2.000 m de profondeur. Alors qu’on parlait de réserves pour 227 ans en 1999, ce n’était plus que 144 ans en 2005. Et ailleurs :… Lire plus »
wpDiscuz