Enerzine

Les coûts de la filière électronucléaire dévoilés mardi

Partagez l'article

Le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud va rendre public demain en fin de matinée le rapport sur les coûts très attendus mais aussi très polémiques de la filière nucléaire, une demande émanant du 1er ministre.

Dans son rapport sur les coûts de la filière nucléaire, la Cour des comptes a examiné notamment :

1
. les différents coûts, passés, présents et futurs, à la charge des exploitants de la filière de production d’électricité d’origine nucléaire, sur le territoire national, appréciés aux
conditions économiques 2010 ;

2. les méthodes d’évaluation des charges futures liées au démantèlement des installations nucléaires et à la gestion à long terme des déchets radioactifs ainsi que la sensibilité du coût global de production à leur évolution ;

3. la gestion des actifs dédiés qui doivent financer les charges futures de démantèlement et de gestion des déchets ;

4. les conséquences de la prolongation de la durée de fonctionnement des réacteurs au-delà de quarante ans, notamment en termes d’investissements de maintenance ;

5. les dépenses de recherche et de développement faites depuis les années 50 dans le domaine du nucléaire civil ;

6. l’ensemble des dépenses financées sur fonds publics en 2010, soit principalement la recherche et la sécurité, la sureté et la transparence ;

7. le régime d’assurance pour responsabilité civile dans le domaine nucléaire.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    15 Commentaires sur "Les coûts de la filière électronucléaire dévoilés mardi"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Reivilo
    Invité

    Dans les coûts, il faudrait aussi prévoir la possibilité d’un accident du niveau de celui de Fukushima en France, ce qui n’est bien sûr pas exclu. Tepco a chiffré à 44 milliards d’euros les coûts d’indemnisation des personnes et entreprises touchées plus quelques milliards pour le démontage des réacteurs détruits… Ces coûts n’étant pas assurables il faut donc les provisionner.

    rouget
    Invité
    Les coûts passés cont connus, il suffira de copier-coller ce qui a été dans les précédents rapports, en particulier le dernier. L’incertitude est nulle ou presque. Pour les coûts futurs l’incertitude est bien plus grande. Comme les médias ne comprennent pas cette notion, on aura à faire comme d’ahbitude à une bataille rangée entre pro et anti nucléaire. Il faut se préparer à ce que la prudence prenne des gifles. Sinon le point de la Cour des Comptes semble être celui des charges imoutables au nucléaire, qu’en est-il des emplois et des relations avec les importations d’énergie et la balance… Lire plus »
    einstein30
    Invité
    pour information a Reivilo , l’accident majeur de reference est  » l’accident de Tchernobyl »(niveau 7 ) ou il y a eu la fonte du coeur du reacteur ;quant a Fukushima ,il n’y a pas eu de fonte de coeur puisque le refroidissement a ete retabli ;; donc ,faut pas faire d’amalgame ;pour infos ,le Japon a remis en service tous ses reacteurs dispononibles ;de plus ,la France ne possede pas ce type de reacteurs , n’a pas de risque de tsunami ni de tremblement de terre de cet amplitude qui sont la cause de l’accident de la centrale ; donc… Lire plus »
    Reivilo
    Invité

    Je n’ai rien contre la méditation mais pas sur des informations erronées. 1 Fukushima est bien un accident de niveau 7 sur l’échelle INES 2 Il y a bien fusion partielle du coeur dans 3 des réacteurs 3 A ce jour il ne reste plus que 4 réacteurs nucléaires japonais en fonctionnement (sur une cinquantaine) et à chaque arrêt pour rechargement les collectivités et les riverains obtiennent le non redémarrage, donc on pourrait être à court terme à zéro.

    Reivilo
    Invité

    Méditons sur cet arrêt du nucléaire qui c’est imposé en quelques mois aux japonais (sans les plonger dans l’obscurité ni stopper net l’économie du pays) et sur les effets apocalyptiques souvent évoqués ici, d’un arrêt programmé et préparé sur une vingtaine d’années en France. Les chiffres qui sortiront demain pourront nourrir notre méditation.

    Aphi
    Invité
    Concernant votre dernier commentaire j’aurais tendance à être un peu plus prudent que vous quant aux conséquences de l’arrêt de la quasi totalité des réacteurs japonais (que je confirme effectivement) : – « sans les plonger dans l’obscurité » => certes mais il s’agit là d’une économie convalescente donc pas à 100% de ses besoins ; par ailleurs des efforts d’économie leur ont été demandé, les japonais étant généralement relativement disciplinées celles-ci ont vraisemblablement aussi aidé à éviter la pénurie (quid d’une telle mesure basée sur le volontariat en France ?) – « effets apocalyptiques » : sans aller jusqu’à réserver sa tente au… Lire plus »
    zoziau
    Invité
    Aphi a raison et Reivilo n’a pas tort ! Oui les augmentations de gaz ont augmentés fortement au Japon pour compenser la perte de production du nucléaire, dans un pays ou ce mode de production ne produit pourtant que le tiers de l’électricité. On peut imaginer ce que ça pourrait donner chez nous si la grosse cata se produit. A part ça, il semble bien que les japonais ont fait la part des choses sur les avantages/risques du nucléaire dans leur pays. Ce n’est pas à mon avis le côté « discipliné » mais le bon sens et la peur salutaire qui… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Si Fukushima c’est 50milliards de $, cela reste pas cher a coté du PV. Selon le Spiegel (via Rouget) le surcoût atteindrait déjà 100 milliards d’€.

    Reivilo
    Invité

    Oui, après dépense on a d’un côté un outil de production d’électricité en état de marche (PV) et de l’autre un outil de production détruit et des milliers de gens évacués de chez eux pour des décennies. Quel est l’intéret de la comparaison en Dollars, en Euros ou en Doublezons pour ces deux opérations inverses ?

    Ar
    Invité
    Attention aux chiffres sur le PV. A coup de milliards, on risque d’aboutir de nouveau aux 750 milliards du Figaro (pour la sortie du nucléaire en France) ou aux 1700 (!) pour l’Allemagne, preuve de la fantaisie des journalistes (Reuters de nouveau) face à un argumentaire Siemens pourtant assez logique (voir article de l’Usine Nouvelle sur le sujet). Pour le PV, le chiffre de 100 milliards ne prend pas exclusivement en compte les coûts passés (contrairement à ce que laisse supposer le graphique), mais bel et bien les dépenses dues au rachat de l’électricité PV sur TOUTE la durée des… Lire plus »
    Nicias
    Invité
    Pour le PV, le chiffre de 100 milliards ne prend pas exclusivement en compte les coûts passés (contrairement à ce que laisse supposer le graphique)pr A non l’information est bien prèsente sur le graphique, c’est le but. C’est plutôt moi qui ai mal formulé ma phrase. et sans prendre en compte les bénéfices tirés de la vente de cette production sur le marché de gros, de l’effet merit order (baisse des prix de marché, pour la production en pic en particulier) Sur le graphique, on parle de prix de 2007. Donc si le prix de l’électricité baisse comme vous le… Lire plus »
    Georgio
    Invité

    Bonjour, Même si la fiabilité approche 99% ,la probabilité ne mesure que l’échelle des connaissances humaines sur la nature et ses probables conséquences. Georgio

    Steph
    Invité
    Il faut avoir la vue particulierement courte pour ignorer l’evolution du PV. Voila qu’en pariant sur le PV il y a 8 ans, les Allemands sont LA reference en la matiere, qu’ils exportent panneaux et centrales cles-en-main, nous ne pourrons JAMAIS en dire autant. Le PV coute cher en Allemagne ? Je ne referai pas la comparaison a vec le nuke, je repondrai juste ceci : combien de surcout represente VA representer le PV nouvellement pose en 2012 ? Element de reflexion : le tarif d’achat pour particulier y est de 21 c€ / kWh (-15%/2011) soit le prix de… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Il faut avoir la vue particulierement courte pour ignorer l’evolution du PV. » En effet : leur précieuse industrie PV est en train de se faire anéantir par la concurrence, tout comme la nôtre. Mais ce simple fait n’a pas l’air d’atteindre les hautes sphères de votre connaissance du monde de l’énergie. Un point assez synthétique sur la situation : Et une petite correction : « soit le prix de marche car en Allemagne, on paie le VRAI prix »… du gaz et du charbon utilisés pour fabriquer leur électricité.

    sand
    Invité
    le fait que Q-Cell et autres sont en train de se faire manger par les chinois n’a strictement rien a voir avec l’echec du PV. C’est un probleme purement d’économie de marché sauvage sans qu’on fasse payer aux Chinois les couts reels de leur PV (couts sociaux). un chiffre : 7.5 GW de PV installé l’an dernier en Allemagne ! Par contre faut etre réaliste, c’est clair qu’a terme globalement la convertion au panneau solaire fera de la perte d’emploi : il suffit de 4 technicien pour maintenir une centrale solaire de 200 MW ! Imaginons une centrale de 6GW… Lire plus »
    wpDiscuz