Enerzine

Les émissions de CO2 devraient croître de 43% d’ici 2035

Les émissions de dioxyde de carbone imputées aux énergies fossiles devraient augmenter de 43 % d’ici 2035 par rapport à 2007 si leur réduction ne fait pas l’objet d’un accord international, prédit l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Les émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation de charbon, de pétrole ou de gaz naturel passeraient de 29,7 milliards de tonnes en 2007 à 42,4 milliards de tonnes en 2035, écrit l’EIA dans son document annuel de prévisions à long terme.

L’essentiel de ces émissions proviendra des pays à forte croissance économique, comme la Chine et l’Inde, où la demande d’électricité devrait exploser. "Compte tenu de la forte croissance économique attendue et des politiques actuelles avec une dépendance toujours élevée aux énergies fossiles dans les pays non membres (de l’OCDE), l’essentiel de l’augmentation viendra" de ces pays, dit le rapport de l’EIA.

L’agence fédérale américaine souligne que ce risque est lié à l’absence de politiques nationales ou de traité international contraignant sur la lutte contre les changements climatiques. Les puissances industrialisées et les pays en développement peinent à s’accorder sur des mesures visant à réduire les émissions de CO2 et prévenir les sécheresses, vagues de chaleur ou inondations dues aux changements climatiques.

Le Congrès américain n’a toujours pas adopté le projet de loi sur le climat et l’énergie, susceptible de donner un nouvel élan aux discussions internationales. L’avenir du texte reste incertain en raison de l’opposition des élus d’Etats producteurs de pétrole ou de gaz. L’Union européenne entend pour sa part s’en tenir à ses engagements actuels et ne pas les revoir dans l’immédiat à la hausse.



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "Les émissions de CO2 devraient croître de 43% d’ici 2035"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Max
    Invité

    l’espèce humaine croît (200.000 de plus chaque jour), ses besoins également, une aberration dans un monde fini où les espaces et les ressources sont limitées ! donc à terme, destruction encore plus de la planète et inflation car demande toujours plus importante que l’offre, loi du marché, la décroissance se fera de gré ou de force car inévitable !

    Guydegif(91)
    Invité

     »…Congrès américain n’a toujours pas adopté le projet de loi sur le climat et l’énergie,… » USA pas un bon exemple dans ce domaine, qq peu hypocrite ! …pour donner des leçons aux Chinois et Indiens, faudrait déjà que les  »vieux états » donnent l’exemple ! Barack, Yes, your boys & girls can ! YA+KA ! A+ Salutations Guydegif(91)

    marcob12
    Invité
    Donc l’EIA semble considérer que le ralentissement économique durable d’une large partie du monde développé n’aura pas plus d’effet que l’arrivée du « peak-oil » (essentiellement la prise de conscience qu’on ne peut augmenter la production de pétrole conventionnelle avant de la voir diminuer). Donc un pétrole à 200 $/baril serait sans effet sur les émissions ? On peut en douter sachant qu’on à sur 25 ans des projets de développement significatif du véhicule électrique (60% du pétrole brûlé dans les transports) et des renouvelables et que le rythme de déploiement des deux pourrait s’accélérer grandement en cas de nécessité impérative. Le… Lire plus »
    wpDiscuz