Les fenêtres feront bientôt office d’écrans d’affichage

Du 20 au 24 avril 2009, des scientifiques de la société Fraunhofer présenteront, à l’occasion du forum d’Hanovre (Hannover Messe), des plaques transparentes conductrices qui sont un support à la fabrication d’écrans d’affichage transparents.

Les chercheurs des instituts Fraunhofer IST, ISE, ISC, IWM et IPMS réunissent leurs compétences afin de réaliser ces plaques transparentes conductrices à coût réduit puisque, actuellement, elles ne sont pas assez rentables car produites en petites séries.

Par ailleurs, ce groupement de chercheurs a l’ambition de devenir l’interlocuteur privilégié sur ce sujet et poursuit ses projets de recherche dans deux directions différentes.

La première consiste à imprimer directement les structures conductrices. Jusqu’à maintenant, ces couches étaient déposées par lithographie, procédé technique extrêmement coûteux. Certes, il existe un procédé spécifique, nommé Sol-Gel, avec lequel il est aisé d’imprimer de telles couches à un prix plus abordable mais le problème est le suivant : la conductivité de ces couches n’est pas suffisante pour des écrans transparents. "Grâce à nos travaux, nous avons d’ores et déjà pu multiplier par cinq la conductivité des couches imprimées. Elles peuvent ainsi être utilisées pour des écrans transparents et nous pensons que ce facteur pourra encore être augmenté à l’avenir", explique le directeur du projet, le Dr. Peer Löbmann de l’ISC.

La seconde orientation de recherche que les chercheurs suivent consiste à développer de nouveaux types de couches qui conduisent le courant d’une manière complètement différente de celle des couches traditionnelles. D’ordinaire, les couches transparentes sont des conducteurs de type n, c’est-à-dire que le courant est défini par le mouvement des électrons.

Les chercheurs développent donc à l’opposé des couches transparentes de type p. Ici, c’est le mouvement des trous (manque d’électrons) qui définit le courant. Ces matériaux conduisent certes moins bien le courant que les semi-conducteurs de type n et ne sont pas aussi transparents, mais, en les combinant avec des semi-conducteurs de type p, il est possible de réaliser des diodes transparentes, transistors et cellules solaires.

 

BE Allemagne numéro 433 (22/04/2009) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58751.htm

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz