Les modules photovoltaïques bientôt capables d’autodiagnostic (CEA)

Grâce aux développements du Liten, institut de CEA Tech, les modules photovoltaïques seront à l’avenir dotés de fonctions d’autodiagnostic avancées : il sera possible de détecter et d’identifier un défaut en un temps record, sans interrompre la production.

Anticipant les normes européennes qui devraient bientôt imposer un système de coupure individuel au niveau de chaque module photovoltaïque, les chercheurs du Liten en ont profité pour développer de nouvelles fonctions d’autodiagnostic. Ils ont conçu une carte électronique permettant d’isoler chaque module du reste de la chaine de production, et de tracer sa « courbe IV* » en moins d’un millième de seconde. Cette dernière est ensuite analysée par des logiciels spécialement mis au point pour détecter les signatures électriques caractéristiques de différents types de défauts.

Ainsi, ce système permet non seulement de détecter une anomalie, mais aussi de diagnostiquer précisément le type de défaut et sa localisation dans la chaîne de production. En cas de problème, le module défectueux peut être mis hors tension sans nuire au reste du système et sans interrompre la fourniture d’énergie. En outre, il évite de devoir envoyer un technicien sur place pour tester chaque module avec un traceur de courbe IV portatif.

Enfin, le système électronique peut être intégré dès la conception du module, ou ajouté aux modules existants dans un boitier externe de quelques centimètres carrés. Breveté et testé sur plusieurs installations, ce système suscite déjà l’intérêt des équipementiers.

* courbe courant/tension caractéristique de chaque élément

( Src – fil Science et techno – CEA )

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz