Enerzine

Les murs végétaux de Patrick Blanc : la 15ème cible

Partagez l'article

Patrick Blanc est devenu en 2 décennies le spécialiste des murs végétaux avec une liste impressionante de réalisations. On lui doit notamment la végétalisation du quay Branly, de la Fondation Cartier, de la Cité de l’Espace (Toulouse), des Halles d’Avignon, de Nausicaa (Boulogne sur mer), etc.

C’est l’inventeur du concept de murs végétaux tel que décrit ci dessous :

"Sur un mur porteur ou une structure porteuse est placée une ossature métallique qui soutient une plaque de PVC expansé de 10 mm d’épaisseur, sur laquelle sont agrafées deux couches de feutre de polyamide de 3 mm d’épaisseur chacune. Ces couches de feutre miment en quelque sorte les mousses qui se développent sur les parois rocheuses et qui servent de support aux racines de nombreuses plantes.

Un réseau de tuyaux commandés par des électrovannes apporte une solution nutritive contenant les éléments minéraux dissous nécessaires à la croissance des plantes. Le feutre s’imprègne par capillarité de cette solution nutritive, laquelle descend le long du mur par gravité. Les racines des plantes y prélèvent les éléments nutritifs dont elles ont besoin, et l’eau en excès est recueillie en bas du mur par une gouttière, avant d’être réinjectée dans le réseau de tuyaux : le système fonctionne en circuit fermé. Les plantes sont choisies pour leur capacité à croître sur ce type de milieu et en fonction de la lumière disponible."

Le botaniste donne quelques explications sur son site internet :

"Le Mur végétal a été conçu à partir d’observations en milieux naturels. Le Mur végétal est basé sur une nouvelle technique de culture qui permet de s’affranchir des problèmes de poids du substrat et, par conséquent, d’assurer la végétalisation des surfaces verticales, quelle que soit leur hauteur".

Les murs végétaux de Patrick Blanc : la 15ème cible

"Le Mur végétal peut être mis en oeuvre en extérieur comme en intérieur, sous toutes conditions climatiques; Le choix des espèces de plantes tient compte, en premier lieu, des conditions climatiques du site d’installation. En intérieur, un éclairage additionnel assure une croissance optimale. L’arrosage et la fertilisation sont automatisés".

Les murs végétaux de Patrick Blanc : la 15ème cible

En définitive, il apparaît que le Mur Végétal constitue une excellente isolation thermique et réduit d’une manière significative les besoins en climatisation l’été et en chauffage l’hiver. Il participe également aux effets dépolluant de l’air issu directement de la photosynthèse. De plus le végétal a la capacité d’absorber et de filtrer les eaux pluviales. Enfin, il contribue à la protection contre les nuisances sonores par ses propriétés phoniques.

Ce type de réalisation évoque les notions de génie écologique et de quinzième cible HQE, si ce n’est que cette dernière encourage l’utilisation d’espèces plus locales, en extérieur au moins.

** Patrick Blanc est botaniste, travaillant notamment au CNRS, où il est spécialiste des plantes de sous-bois tropicaux.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "Les murs végétaux de Patrick Blanc : la 15ème cible"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Cramelas
    Invité

    C’est quand même compliqué comme système, et ça fait largement appel à des produits pétroliers (PVC, polyamide). Un treillis en bois et du lierre, c’est un peu plus simple, non ?

    Faguo
    Invité

    La différence me semble t il est que dans cette solution, les plantes poussent sur le plan vertical alors que pour courrir le long de ma tonnelle, le lierre a ses racines dans le jardin.

    Virgullette
    Invité

    Voici un lien vers des formations de conception en mur végétal de qualité … Cordialement

    wpDiscuz