Les parcs éoliens auraient un impact sur les températures au sol !

Les éoliennes pourraient affecter le climat, par une augmentation de la température au sol durant la nuit ; C’est ce que vient de démontrer des chercheurs sur une période de plus de 9 années en étudiant une région du Texas qui compte 4 parcs éoliens parmi les plus importants au monde.

"La température au sol mesurée autour des parcs éoliens du centre-ouest du Texas a montré un réchauffement de +0,72°C sur la dernière décennie par rapport aux régions voisines, sans parcs éoliens, un effet très probablement causé par la turbulence des pâles des éoliennes qui agissent la nuit comme des ventilateurs attirant l’air chaud des hautes altitudes vers le bas", a déclaré le professeur Somnath Baidya Roy de l’Université de l’Illinois, Urbana-Champaign, et co-auteur de l’étude.

Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Climat Change du 29 avril. Le professeur Zhou et ses collègues ont étudié les données terrestres de températures au sol s’étalant de 2003 à 2011, à partir d’instruments d’observation scientifique (MODIS – spectromètre pour imagerie de résolution moyenne) couplés à un système embarqué satellitaire de la NASA : Terra et Aqua.

Sur de vastes superficies, la température au sol dépend étroitement du type de couverture terrestre et de la nature même de la surface. Dans certains endroits, la température au sol varie considérablement le jour et la nuit alors que la température de l’air le fait dans une proportion plus réduite.

Le réchauffement observé par MODIS a eu lieu principalement la nuit. Dans la région étudiée au Texas, la température au sol après le coucher du soleil refroidit généralement plus rapidement que la température de l’air. Mais, comme les éoliennes continuent de tourner, le mouvement apporte de l’air plus chaud au sol et créé ainsi un effet de réchauffement par rapport aux régions agricoles non pourvues d’éoliennes. Les chercheurs s’attendaient à voir l’effet inverse au cours de la journée – un léger effet de refroidissement – mais les données ont montré au contraire un léger réchauffement, ou un effet infime le jour.

"L’estimation du réchauffement s’applique spécifiquement à cette région, et couvre une période où les parcs éoliens étaient en pleine expansion", a indiqué l’auteur principal de l’étude, Liming Zhou de l’Université d’Albany. "L’estimation ne doit pas être considérée comme directement applicable à d’autres régions et paysages, elle ne devrait pas non plus être extrapolée sur une période de temps plus longue, où le réchauffement atteindrait probablement un plateau au lieu de continuer à augmenter surtout si aucune nouvelle éolienne n’était ajoutée. Le réchauffement est également considéré comme un effet local, et n’affecterait pas le climat à une plus grande échelle..."

"Il s’agit d’une première étape dans l’exploration du potentiel des données satellitaires pour quantifier les impacts possibles des grands parcs éoliens sur les conditions météorologiques et le climat", a déclaré Chris Thorncroft, co-auteur de l’étude et Président du département des sciences atmosphériques et de l’environnement à l’Université d’Albany. "Nous élargissons maintenant cette approche avec d’autres parcs éoliens et nous concevons des modèles pour tenter de comprendre les processus physiques et les mécanismes menant à des interactions entre les éoliennes et la couche atmosphérique située près du sol."

A fin 2011, l’industrie éolienne américaine a installé une capacité éolienne globale proche des 47.000 mégawatts, ce qui représente plus de 20% de la puissance installée mondiale et environ 2,9% de toute la puissance électrique des États-Unis. Et rien que dans les 4 dernières années, la capacité éolienne installée a augmenté de plus de 35%, toujours selon les chiffres fournis par l’association américaine de l’énergie éolienne et du ministère de l’énergie.

"L’énergie éolienne sera une partie de la solution au changement climatique, à la pollution de l’air et aux problèmes de sécurité énergétique", a déclaré le Pr. Somnath Baidya Roy. "Comprendre les impacts des parcs éoliens sont essentiels au développement d’une adaptation efficace et à la gestion stratégique pour assurer la viabilité à long terme de l’énergie éolienne."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Les parcs éoliens auraient un impact sur les températures au sol !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jerome92
Invité

c’est chaud… Franchement est ce que les chercheurs ne peuvent-ils pas chercher, et accessoirement trouver, sur des sujets UTILES…

gaga42
Invité

Je ne suis pas fan des éoliennes, mais là faut pas pousser, on n’est pas le 1er avril! Tout d’abord, statistiquement, leur étude basée sur une seule région n’a aucun sens, la variation de température aurait peut-être eu lieu sans les éoliennes. Ensuite, il est prouvé que toute infrastructure humaine a une action sur le climat local (villes, agriculture, barrages, tours réfrigérantes des centrales etc…) Je suppose qu’ils sont candidats pour les Ig Nobel 2012?

Gennaio
Invité

Ridicule… Ils ne savent plus quoi inventer pour critiquer l’éolien.

Tassin
Invité

Les conclusions de l’étude ne sont pas celles présentées dans cet article. Je ne sais pas qui est à l’origine de la manipulation mais elle a bel et bien été démontrée ici : et là :

Zig22
Invité

Et quelle est l’augmentation de température au sol provoquée par le recouvrement des prairies par du bitume ? En plein soleil, qui préfère être allongé sur le parking d’un supermarché plutôt que sur l’herbe ? Ah mais pardon, c’est indispensable au nom du progrès !

bruno
Invité

Et lorsqu’il fait très froid, les gros mâts en métal des éoliennes refroidissent bien plus que troncs d’arbres puisque le métal est un super-conducteur thermique, ce qui amplifie sûrement le froid de 0.5 à 0.8°C au niveau local. Bref si un champ d’éoliennes en zone plane amplifie localement la température du moment, quelle influence cela peut-il avoir à l’échelle globale ? Encore une question qui restera sans réponse certaine, et qui servira aussi bien les partisans que les adversaires des éoliennes comme ça tout le monde est content …

chelya
Invité

C’est déjà mieux comme titre que celui habituellement vu sur cette histoire mais ce n’est toujours pas bon : comme l’indique le monde ce sont les températures DU sol qui sont affecté par la température au sol.

Mamouth
Invité

Je voudrais bien savoir suite à quoi ils ont lancé une telle étude … ça sent la commande.

claudio
Invité

On marche sur la tête. Comme si les éoliennes étaient des “ventialateurs”. Cette approche me rappelle celle de certains opposants manifestant en réunion publique leur crainte de voir leus piscines envahies de feuilles mortes à cause des éoliennes. Non, franchement. Avec des tels opposants nous sommes sûrs de mourir en ridicules.

Dugenou
Invité

C’est sûrement un problème sérieux puisque même notre nouveau président utilise une maquette pour vérifier tout ça… (furtivement visible à gauche sur son bureau)

gaga42
Invité

Bah non! c’est un ventilateur, il y a un micro-climat tropical à Tulle, c’est pourtant connu!

Reivilo
Invité

Une petite éolienne, sur le bureau d’un président c’est quand même plus sympa qu’un gros zeupéhère et ça laisse plus de place pour écrire !

Nicias
Invité

Du sol ou au sol, peu importe… Ce qui modifie la température du sol, c’est bien l’air de surface. Si non que de critiques contre un article qui montre qu’avec des éoliennes, on obtient un réchauffement identique, 0,8° C, à celui constaté pour tout le 20ème siècle. Comme quoi c’est pas grand chose.

Reivilo
Invité

Même si vous avez la naïveté de croire aux thèses hautement fantaisistes de cette étude, le réchauffement moyen de l’atmosphère d’une planète de 510 millions de kilomètres carrés, soit plusieurs dizaines de milliards de kilomètres cubes d’air reste assez peu comparable au réchauffement relatif du sol la nuit au pied de 4 parcs éoliens (de quelques dizaines d’hectares ? sur 10 centimètres ?)

Manekineko
Invité
J’avoue ne rien y comprendre : à lire cet article on pourrait en déduire que ce sont les éoliennes qui mettent en mouvement les masses d’air. Et moi qui ait toujours cru que c’était les masses d’air en mouvement qui faisaient tourner les éoliennes… Si le vent n’a pas d’éolienne sur son chemin, il continue sur sa lancée, non ? Donc s’il rencontre une éolienne, au pire il ralentit un peu localement, puis il continue sa course. A l’inverse, s’il n’y a pas de vent, les éoliennes ne tournent pas. Comment est-ce que les éoliennes peuvent “attirer l’air chaud” ?… Lire plus »
Atomicboy44
Invité

La source originale : Donc pour un cannular, j’en doute, amoins que la revue Nature veuille écorcher sa crédibilité …

Reivilo
Invité

Pour les amateurs :

papi12
Invité
Le principe est bien connu en agriculture pour lutter contre le gel des espèces fruitières, sauf que là on utlise des moteurs thermiques pour entraîner des “tours à vent” beaucoup plus modestes que les éoliennes (mat d’une dizaine de mètres). Le “réchauffement observé” est la résultante du brassage dans la couche limite de surface entre les couches les plus froides au sol et l’air plus chaud au dessus. C’est toujours mieux que d’utiliser des grosses bougies de parafine ou des pots remplis de fioul ou des lignes de brûleurs GPL mais peut ête moins bien que l’aspersion. Quelques exemples de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

L’université de l’Illinois aurait donc inventé un fil à couper le beurre utilisé depuis longtemps notamment dans les vignes bordelaises?

Lionel_fr
Invité
Nous avons établi avec certitude que faire pipi contre un arbre change l’humidité du sol alentour. Plus sérieusement, on a établi une non-nouvelle. Refaites la même expérience à proximité des cultures pour voir si ça a le commencement d’un impact mesurable sur l’activité. Si l’impact reste, instable et infinitésimal comme dans le cas de cette étude, on brasse du vent (!) Par contre les derniers commentaires, donnent une exploitation possible du phénomène pour empècher les culture de souffrir du gel à la mi-saison. Pourrait-on expoiter les éoliennes à cette fin puisque elles sont plus hautes et qu’elles remuent plus d’air… Lire plus »
Ducon
Invité

le probléme est surtout dans cette technologie qui utilise comme source d’énergie le vent …trés léger d’où cette immensité et tailles démesurées . le plus mauvais rapport espace utilisé / KWH rendu !!! ces machines dénaturent l’environent , déprecier la qualité de vie , paysages et valeur immobilière contre un rendement faible , aléatoire et pervers . attention ne pas confoncre puissance et production !

Lionel_fr
Invité
Dénature l’environnement : la ligue de protection des oiseaux a dit non, seules les chauves-souris sont génées à cause de leur sonar, poutine a dit que les vibrations font sortir les vers de la terre mais c’est bizarre, il semble être le seul à le savoir Sur les paysages et valeurs immobilières : Il m’arrive souvent de traverser la France sur autoroute et d’y voir partout le même genre de paysage : pas de maisons, des champs à perte de vue. A chaque fois , je réalise à quel point l’autoroute détruit le paysage, le biosystème des animaux qui ne… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Chouette schema ! On voit un genre d’entonnoir inversé où le flux a été propulsé hors du champ des pâles par un retour de pression exercée sur elles. Cela informe bien sur la frontière qui sépare l’air “normal” de la turbulence induite. C’est sûrement à l’intérieur de cet entonnoir qu’on va constater les effets les plus prégnants sur les cultures mais la chaleur étant capable de se propager par rayonnement infra-rouge va probablement dépasser cette limite quand la t° est voisine de zero L’autre point est ; que se passe-t-il s’il n’y a pas de vent ? Si on compte… Lire plus »
trimtab
Invité
En effet, 25 messages pour un ‘info’ tellement ‘à la marge’ des vrais questions de fond dans le domaine ‘énergie’, qu’on peut presque désésperer ! Alors messieurs, mesdames (car on ne sait TOUJOURS pas qui se cache derrière nos pseudos ! – dévoiler vous un peu pour qu’on sache sur ‘quel pied vous danser !), un peu de débats de fond, les vraies questions, de la vision, loin des chipottages habituelles de toutes sortes. Cela me fait penser au ‘déferlement’ médiatique sur la viande HALAL lors d’un recent campagne électoral dans un grand pays démocratique européen ! Tellement loin des… Lire plus »
Nicias
Invité
J’ai de gros doutes sur votre source. Je cite: “La nuit, une perte de température rapide par radiation se produit au niveau du sol. Par ailleurs, les couches d’air situées plus en hauteur conservent une grande partie de l’énergie thermique accumulée dans la journée.” Quand je voie le mot radiation, je sors mon révolver… Je ne suis pas physicien, mais il me semble que la quantité de rayonnement émise est fonction de la température d’un corps et de rien d’autre (loi de Stefan-Boltzmann). La terre iradie donc pas plus que l’air… sauf si elle est plus chaude que l’air. D’autre… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Je ne pense pas que la question de l’abattement rituel halal soit complètement hors de propos dans une campagne présidentielle, ayant travaillé pour la protection animale dans mes jeunes années. En revanche elle l’est un peu sur enerzine. D’autant que le battage médiatique l’a transformé en un débat de cultures alors que c’est aussi une question agronomique, de moeurs et de sécurité alimentaire. On a quand même vu un anti-éolien écrire dans ce forum pour nous expliquer comment fonctionne le bourrage de crâne chez “vent de colère”, Chelya nous a mis un chouette shema avec visualisation des fluides par transparence… Lire plus »
Nicias
Invité

Lionelfr: “cette nouvelle sous entend qu’il y aurait une pollution thermique qui me semble dérisoire” Le terme pollution sous entend généralement un impact négatif. Ce n’est pas le cas ici puisque les éoliennes refroidissent le jour et rechauffent la nuit, bref tempèrent les extrèmes. La nature ne peut donc que s’en porter mieux. Que certains ici aient pu croire que cet article est une attaque contre les éoliennes est complètement dingue.

wpDiscuz