Les premières éoliennes ECO 110 d’Alstom équipent un parc breton

Le parc éolien terrestre des Landes de Couesmé (Morbihan) mis en service en septembre 2012 et inauguré le 23 novembre dernier est le premier du genre a être équipé d’une turbine éolienne de type ECO 110 d’Alstom, d’une puissance nominale de 3 MW.

L’installation qui comprend 11 éoliennes, développe une puissance cumulée de 33 MW et permettra de produire la consommation électrique annuelle équivalente à plus de 37.500 foyers.

D’une hauteur de 145 mètres – en bout de pales – et avec un diamètre de rotor de 110 mètres, l’éolienne ECO 110 offre selon Alstom, "un haut rendement pour les vents moyens (de classe II)". Cette éolienne est particulièrement adaptée aux zones densément peuplées, où la surface disponible est une contrainte forte. D’un rendement énergétique supérieur aux modèles précédents, l’ECO 110 permet de limiter l’impact environnemental avec, pour ce projet et à production d’électricité équivalente, 5 éoliennes de moins comparé à un parc d’éoliennes de 2 MW.

L’ECO 110 est dotée de la technologie Alstom Pure Torque qui protège la ligne de transmission des forces indésirables du vent en les redirigeant vers le mât de l’éolienne. Exclusivement développée par Alstom et déployée sur l’ensemble de sa gamme d’éoliennes, cette technologie accroît la fiabilité et la durée de vie de la turbine. Par ailleurs, la conception spécifique de la nacelle en trois éléments indépendants de grandes dimensions facilite les opérations de maintenance en toute sécurité à l’intérieur de la machine.

Eole Generation, filiale du Groupe GDF Suez et propriétaire du parc, avait confié à Alstom en mars 2011 l’assemblage, la livraison et l’installation de 11 éoliennes ECO 110. Alstom assurera également l’exploitation et la maintenance du parc pendant 5 ans.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "Les premières éoliennes ECO 110 d’Alstom équipent un parc breton"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

mieux vaut tard que jamais! Voir 2 poids lourds français de l’énergie installer de l’éolien “français”, il aura fallu attendre 2012 pour voir ça… En même temps, le faire dans le Morbihan avec des éoliennes made in Espagne, dans une zone où la filière composite et aéronautique est de niveau mondial, c’est juste un peu ralant. M’enfin…

Ambiel
Invité

Et 10 anées de polémiques qui auraient pu être évitées si nos grands groupes du CAC40 omnubilés par le caractère mono-énergie de la France avaient souhaité accompagner la nécessaire mutation de notre mix électrique vers plus d’énergies renouvelables et moins de nucléaire… L’étape décisive viendra le jour ou Alstom y croira vraiement en France pour la partie on shore et ouvrira une usine dédiée à l’éolien terrestre en France. Là on peut attendre longtemps au vu de l’extreme complexité que représente le développement éolien terrestre en France.

Bachoubouzouc
Invité

On peut aussi voir cette news de la manière suivante : En démarrant dix ans plus tard dans l’éolien, Alstom a rattrapé rapidement son retard technologique sur Vestas ou Siemens tout en restant en bien meilleure santé économique.

Ambiel
Invité
Mouais, c’est quand même un peu râlant de voir qu’on avait raison de dire qu’il y a 10ans il fallait conserver Jeumont et amplifier les invest, rachetter Repower pour les 3 sous que l’entreprise valait à l’éoque, et miser sur une filière industrielle nationale. Les grands groupes n’ont pas voulu y aller car la France est et était considérée comme la chasse gardée du nucléaire te les ENR ne devaient pas y a voir autre chose qu’une place marginale. Ils avaient tort, ils ont tort et on a perdu beaucoup de temps, beaucoup de marchés pour une filière nucléaire qui… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Mouais, c’est quand même un peu râlant de voir qu’on avait raison de dire qu’il y a 10ans il fallait conserver Jeumont et amplifier les invest, rachetter Repower pour les 3 sous que l’entreprise valait à l’éoque, et miser sur une filière industrielle nationale.” On peut toujours essayer de refaire l’histoire, mais c’est un exercice risqué. Ainsi peut être aurions nous perdu autant d’argent et aurions accumulé autant de surcapacités que par exemple Siemens ou Vestas aujourd’hui. Et quant à Repower, on ne sait jamais ce que réserve l’avenir : “beaucoup de marchés pour une filière nucléaire qui perd en… Lire plus »
Velka
Invité
L’efficacité énergétique s’applique aussi aux sources de production. Ah ! on va enfin pouvoir « débloquer » le marché de l’Eolien en France. Quoi que, les intégristes du tout nucléaire sont très actifs et risquent encore d’entraver la concurrence. Il y a la facture du démantèlement et de la gestion des déchets à payer et il faut continuer à faire croire au miracle technologique. A voir les médias du jour, avec le rapport sur la compétitivité énergétique et la “sécurité d’approvisionnement de l’électricité nucléaire”. Le Japon en sait quelque chose… Encore un effort dans le solaire et la France va… Lire plus »
meneux
Invité

les éoliennes tripales dans le meilleur des mondes (?) tournent a 20% du temps soit sur une année elle fournissent de l’electricité pendant 73 jours;que fait-on pendant les 292 jours restants ? les éoliennes susdecrites fourniraient selon cet article l’electricite de 37500 foyers pendant un an , mais plutot,en verité à 187500 foyers pendant au mieux 73 jours, le reste de l’année, rideau et feu de bois; tout ceci reste mediocre

b api
Invité
D’après ce que je sais, le vent souffle pas mal en Bretagne au risque d’arracher les coiffes bigoudènes. Alors, même à 20%, bravo pour y mettre des éoliennes et même tardivement. Il reste qu’économiquement l’équation éolienne s’en sorte pas mal, probablement à 7 ou 8 cent/kWh, à moins que ce contrat soit encore dans les anciens barêmes ? Devrait même pas avoir besoin de contribution financière ! Des éoliennes où çà souffle, du photovoltaïque où il y a du soleil, et des gaz où il y a fermentation. En Bretagne, il y a le vent, pas assez de soleil, et… Lire plus »
fredo
Invité

je vous cite: Des éoliennes où çà souffle, du photovoltaïque où il y a du soleil, et des gaz où il y a fermentation. vous pouvez appliquer ça n’importe où ! un petit digestif?

Dan1
Invité

Pour b api. L’éolien en Bretagne coule de source. Comme je l’ai déjà plusieurs fois exposé, je ne vois ce qui pourrait s’opposer à l’explosion de l’éolien dans cette région :

Ambiel
Invité
Export : l’éolien s’en sors pas mal du tout avec à peine 6 mois consécutufs de soutien public sur les 10 dernières années contre 50ans pour le nucléaire…. Vos dernières ventes? 2007….. Ils sont ou les 10 réacteurs promis d’ici à 2016 (et pas en 2016) sur de sur par Oursel? Les 2 américains sont oubliés, le tchèque veut pas de nous, le polonais est reporté de 10ans, la moitié du projet UK est abandonné et l’autre moitié coté EDF n’est pas assurée, l’afrique du sud n’a pas le réseau pour un EPR, les Jordaniens ont une révolution qui couve… Lire plus »
Ambiel
Invité

Et Repower valait 10 fois moins quand Areva a finalement refusé de l’acheter en entier il y a presque 10 ans. AREVA a cédé ses parts (21,1%) dans Repower en 2007, visionnaire comme toujours…

Bachoubouzouc
Invité
Pourtant les chiffres sont là, et on en a déjà discuté avec Ambiel : En France, la filière éolienne aurait un solde exportateur nul là où Areva seul exporte pour un peu moins de 6 milliards (soit en gros le chiffre d’affaire total de par exemple Vestas). Par ailleurs, en parlant de puissance installé vous oubliez qu’on n’exporte pas seulement des centrales. On exporte aussi du combustible, des services et des matériels. Encore une fois, les chiffres sont là, et pour l’industrie française sont clairs. Pour les ventes d’EPR, la période n’est certainement pas joyeuse mais les perspectives le sont… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Pour la vente des 21%, cela se comprend parfaitement : L’Etat leur a refusé le rachat de Repower, donc à partir de là cela ne leur servait à rien de conserver une participation minoritaire dans cette entreprise ! Sérieux, cessez donc de critiquer systématiquement et à tort et à travers.

Ambiel
Invité
Le numéro 1 mondial du nucléaire (qui vend surtout du combustible) a un CA équivalent au n°1 mondial (hors chine) de l’éolien… super! Et c’est quoi les contraintes environnementales pour les EPR en Chine ou en Arabie Saoudite ou en Inde? (hormis les risques environnementaux, j eparle ici des contraintes reglementaires) @Bachoubouzouk Pour Repower c’est bien là le drame, qu’on n’ai pas laissé l’achat se faire. Pourquoi un tel veto? “Parce que la France, monsieur, c’est le nucléaire! pas ces tupides moulins à vents qui n’ont aucun avenir!” Mais surtout c’est bien avant cela, en 2003-2004 ou Areva pouvait achetter… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Le numéro 1 mondial du nucléaire (qui vend surtout du combustible) a un CA équivalent au n°1 mondial (hors chine) de l’éolien… super!” Non, non. J’ai bien dit : Le numéro 1 mondial du nucléaire a un CA export équivalent au CA total du n°1 mondial de l’éolien. Et ce en période de crise sur le nucléaire. “Mais surtout c’est bien avant cela, en 2003-2004 ou Areva pouvait achetter 100% pour pas cher et ne l’a pas fait.” Encore une fois : Ne recherchons pas à refaire l’histoire, il y a de bonnes raisons à tout.

Ambiel
Invité

Ben oui mais le n°1 mondial exporte 99% de son CA 🙂 donc c’est pareil 🙂 Et en période de crise pour l’éolien ! Eh oui il y a de bonnes raisons à tout. Garder le pré carré français au seul nucléaire et éviter de faire émerger une alternative dans l’opinion. c’est une très bonne raison. Plus il y a d’ouvriers, d’employés, de cadres dans l’éolien dans des grandes boites, plus ça devient un lobby important et plus ça menance l’hégémonie du nucléaire.

Bachoubouzouc
Invité

“Plus il y a d’ouvriers, d’employés, de cadres dans l’éolien dans des grandes boites, plus ça devient un lobby important et plus ça menance l’hégémonie du nucléaire.” Il faudrait vraiment se calmer sur les théories du complot…

Bachoubouzouc
Invité

Oui, et il y a aussi les business unit : – Mines, 1,3G€ de CA – Amont, 2,2G€ de CA – Aval, 1,6G€ de CA – ENR, 0,3G€ de CA Vous voulez prouver quoi ?

Bachoubouzouc
Invité

… ou bien cela prouve que c’est un business régulier qui ne se casse pas la gueule une fois que tout le monde est équipé. Comme vous le dites, on n’a pas mis en service de tranche depuis 20 ans et pourtant Areva fait 8,3G€ de CA sur le nucléaire chaque année. Attendons de voir ce que donnera l’industrie éolienne une fois son marché saturé…

Bachoubouzouc
Invité

Et il faudrait se décider : Entre Ambiel qui nous dit que c’est aussi la crise dans l’éolien et Chelya qui claironne les 200G€ d’investissement par an…

Dan1
Invité
A Ambiel. “@Dan1 toujours aussi anti-éolien n’est-ce pas?” Comme vous y allez fort…. je me propose d’installer plus de 4 000 éoliennes en Bretagne et je me fais taxer d’antiéolien ! Bon je vais modérer ma proposition en installant des éoliennes de 3 MW. Reprenons : “J’installe 2 892 éoliennes de 3 MW pour une puissance installée de 8 700 MW. Sachant que la Bretagne est actuellement à 697 MW (selon l’ADEME) ce qui représente 8% d’l’objectif à atteindre pour être indépendant. On les installe sur les 2 730 kms de linéaire côtier. Sachant que l’on peut installer au moins… Lire plus »
Ambiel
Invité

C’est la crise dans les ENR, on est passé de croissances à 2 ou 3 chiffres à une croissance à 1 ou 2 chiffres. Mais ça provoque de la surchauffe partout et du coup des surcapacités. Donc oui c’est la crise, surtout qu’en plus il y a un vrai problème de financement dans la plupart des pays. Pour le nucléaire, c’est même plus de crise qu’il faut parler, mais d’hiver nucléaire… Sauf dans une belle dictature, et encore..

wpDiscuz