Les producteurs d’hydroélectricité locales se sentent menacés

Implantées sur toute la France, les 2 000 centrales hydrauliques locales couvrant les besoins de plusieurs centaines de milliers de français, sont "menacées de cesser leur activité", selon la Fédération EAF qui regroupe des producteurs autonomes d’électricité.

"Qui les producteurs d’hydroélectricité locale gênent­ ils ? Faut­-il accepter la déstabilisation voire la disparition de la production locale de la première énergie renouvelable ?" s’interroge la Fédération EAF.

En effet, une remise en cause et le risque "important" de rupture des conditions de renouvellement des contrats d’obligation d’achat négociés avec EDF en 1997 en serait le déclencheur. Ces contrats assurent à long terme un prix stable et bon marché pour l’achat, par l’opérateur national, de l’électricité produite localement explique l’EAF. De plus, cet engagement permet une gestion industrielle et sociale durable par les producteurs, la planification d’investissements et travaux de protection de la faune et de la flore.

« Les solutions proposées pour le possible renouvellement des contrats risquent d’imposer des investissements injustifiés ou la vente de notre électricité sur le marché boursier. Ces investissements concernant les dispositifs énergétiques, mécaniques et environnementaux pourraient représenter un coût financier insoutenable. La vente de notre production électrique sur le marché boursier n’est pas accessible aux artisans de la production énergique locale » a déclaré Daniel Soreau, président de la Fédération EAF, première fédération de producteurs autonomes d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable.

La Fédération EAF met en avant des données pourtant flatteuses sur l’hydroélectricité locale :

  • 2 000 centrales à travers la France,
  • 12 % de l’énergie renouvelable,
  • Première source d’énergie verte en France,
  • Plus de 2.000 MW installés, soit 1 tranche nucléaire,
  • Une filière industrielle d’excellence qui exporte son savoir-faire à travers le monde,
  • Une énergie 100% renouvelable et respectueuse de l’environnement,
  • L’énergie renouvelable la plus économique,
  • Une énergie qui s’inscrit dans le Grenelle de l’environnement.

Par ailleurs, 46% des centrales hydrauliques ont une puissance installée de moins de 300 kW, 33% une puissance à 1000 kW et 21% une puissance supérieure à 1000kW.

Alors, déplore t-il : « pourquoi cette attitude de la part des acteurs institutionnels, pourquoi un long blocage des discussions, pourquoi cet affaiblissement d’une source énergique locale, respectueuse de l’environnement qui a le soutien de plus de 200 parlementaires, de nombreuses associations d’élus et d’organisations territoriales ».


** La Fédération EAF regroupe les producteurs autonomes d’électricité produite à partir de sources renouvelables : petite hydraulique en majorité, éolien et solaire photovoltaïque. Elle comprend 700 membres et plus de 600 MW installés. La Fédération est particulièrement présente dans les massifs montagneux : Massif central (135 producteurs), Alpes (120), Pyrénées (90), Vosges (50), Franche-Comté (40).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Les producteurs d’hydroélectricité locales se sentent menacés"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Flobeb
Invité

Mais qui peut bien être intéressé à ce que ces petites installations? Elles sont en tout point vertueuses, efficacité, la durée de vie, origine occidentale des moyens techniques mis en oeuvre, expertise et jusqu’à l’absence d’intermittence ? Les majors, emmenées par notre champion national veulent encore faire un bel hold up suivant les beaux adages “Big is beautiful” et “liberalisme à tout crin = interet du consommateur”. Messieurs les parlementaires, ces systèmes ne ruineront pas la CSPE, ils existent depuis avant la CSPE, Sauvez les!

Steph
Invité
1/ Les microcentrales hydro sont tres souvent issues de moulin pluri-centenaires donc l’impact sur l’environnement a ete digere de belle lurette. 2/ L’impact actuel sur l’environnement est regulierement optimise : 1 voire 2 passes a poisson, passe a anguille (!!), debit reserve, gestion du flux de sediments sont les axes d’amelioration du moment (les condensateurs et transfo au PCB ont ete tous retires, selon la loi). 3/ la part CSPE de la micro-hydro c’est … 0 € 4/ Reconstruire une centrale c’est acheter des composant a 95% europeens voire francais, la main d’oeuvre elle, peut rarement venir de Roumanie ou… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Oui, en effet on peut s’interroger ! Qui a intérêt à empêcher ça? Pour m’y être plongé et confronté un peu dans le 67 et le 72, ce n’est pas que l’Opérateur national (ErDF), -même si le NUC pourrait y voir des intérêts de garder à petit feu, voire étrangler gentiment-, mais c’est AUSSI, et avec l’aval et la pression et règlementation de l’UE, tout ce qui est Police de l’eau et des rivières, ONEMA, VNF, …lobby PÊCHE, etc…. L’Imposition de technologie de turbines ichtyophiles (càd fish-friendly, càd qui ne tuent pas le poisson qui passe!) peut être (très) contraignante… Lire plus »
richelieu
Invité

la création d’une turbine était déjà un vrais parcours du combattant, à présent on veux les faire crever, pauvre planete !

ecoenergie
Invité

On subventionne a grand frais l’énergie photovoltaique qui cree beaucoup d’emplois a l’étranger mais que des emplois de montage et commerciaux en France tout cela pour produire un peu plus d’un millième de notre energie electrique. Et on l’oublie trop souvent le soleil est aux abonnés absents en hiver, au moment ou on a le plus besoin d’energie. On oublie l’énergie hydraulique qui apporte beaucoup plus . En poussant le lobby des importateurs de materiel photovoltaique certains defenseurs de l’environement se sont complètement trompé d’objectifs et on delaisse l’hydreulique et d’autres source methanisation recuperation de dec hats et geothermie

enr100pc
Invité

Je ne crois pas qu’en opposant les filières EnR les unes aux autres, vous ferez avancer la cause… Je suis un fervent partisan de l’hydro-électricité mais il faut comprendre qu’actuellement ce sont TOUTES les filières EnR électriques qui sont attaquées : éolien (recours contre le tarif), solaire (moratoire + AO réservé aux acteurs historiques), hydro (tout ce qui vient d’être dit). Il faut donc se regrouper et défendre les EnR car sinon tout le tissu industriel va y passer. Cdlt et EnRement

Rice
Invité

Mais qui donc aurait intérêt à faire cesser ces petites productions renouvelables locales ? Oui, qui donc ? D’autant que le kWh est (seulement) racheté entre 6 et 8 centimes d’euros !!!!

Fabsolar
Invité
Dans notre pays, un grave problème vient des écologistes eux-mêmes qui à tenir un discours purement anti nucléaire, ont largement éloigné les français de la préocupation environnementale. Stéphane Lhomme, est une caricature du genre. A lui seul, il a fait plus de mal à notre planète que l’ensemble des pro-nucléaires. Son discours totalement incohérent et anti-tout, sert beaucoup plus EDF nucléaire que les producteurs autonomes d’électricité renouvelables. Les verts ont élu EVa Joly pour représenter le parti parce qu’elle était plus “dans le moule historique” que Hulot, mais alors qu’elle promettait un score à deux chiffres, on se rend bien… Lire plus »
Electronlibre
Invité
Les petits producteurs hydro sont essentiels au système électrique. Il serait idiot de se priver de leur apport. Mais ils ont bénéficié pendant des années de tarifs d’achat très avantageux alors que leurs installations sont amorties. Or, les tarifs d’achat sont des instrument pour aider des filières émergentes non encore rentables sur le marché. La petite hydro peut largement s’en passer et s’agréger pour aller valioriser son énergie sur le marché. Tout activité économique ne peut dépendre indéfiniment de l’aide publique ! Le risque de reconduire ad vitam les tarifs d’achat est de gonfler encore les charges de la CPSE,… Lire plus »
Fabsolar
Invité
La petite hydro doit aller sur le ma Pour aller vendre de l’électricité sur le marché, il faut des moyens considérable pour faire les prévisions de production, gérer l’interface avec les fournisseurs, gérer le périmètre d’équilibre, … dire que les petits producteurs doivent faire cela, veut dire que l’on ne veut plus de petits producteurs. Le tarif de rachat, permet de mutualiser les outils de l’opérateur historique pour la gestion de producteurs indépendants (c’est EDF qui devient le gestionnaire d’équilibre, et s’occupe ainsi de gérer l’injection d’énergie sur le réseau. Il fait cela à un coût practiquement nul parce qu’il… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Je n’ai pas d’actions chez EDF, donc je réitère mon post de 8:51 ce matin qui relate du vécu, et que visiblement les forumeurs ci-dessus n’ont pas lu, pour dire: ”PAS QUE EDF !” Rendons à César…..un peu de justice, qd même, même si co-responsable ! Pas que ! ! ! ! Oui, en effet on peut s’interroger ! Qui a intérêt à empêcher ça? Pour m’y être plongé et confronté un peu dans le 67 et le 72, ce n’est pas que l’Opérateur national (ErDF), -même si le NUC pourrait y voir des intérêts de garder à petit feu,… Lire plus »
Samivel51
Invité

Selon La Tribune, le tarif de rachat de l’eolien terrestre serait egalement menace par une action en justice de “Vent de colere”, et tous les projets en cours seraient bloques a cause de cette incertitude juridique. C’est vrai cette histoire?

Stephsea
Invité
Plusieurs moulins HISTORIQUES anciens sont très gravement menacés par cette démarche de soit disant rétablissement de la cp,tinuité des cours d’eau. Détruire un barrage pluricentenaire… C’est une farce? Mias non pas du tout! Le préfet à signé, tout comme dans l’environnement du Mont St Michel ou se concentre bizarrement une destrcution méthodique des toutes les ENR sous des prétexte complètement paradoxaux de préservation du patrimoine classé UNESCO. QUelle fumisterie : en fait il s’agit surtout de préserver le business ultra local du tourisme qui appartient visiblement à quelques familles omnipotentes. Donc, là on détruit le patrimoine pour un retour à… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

la sécheresse, assurèment la plus grande menace pour ces “mini” centrales hydrauliques ! (la faute à EDF, sans doute, à cause des émissions trop importantes de CO2 des centrales nucléaires …)

Seb123
Invité

monopoliser toutes ressources aux profits de quelques uns

wpDiscuz