Les tarifs d’électricité vont “exploser” selon l’UFC

Alors que le gouvernement vient de fixer à 42 euros le tarif de rachat du mégawatheure par les concurrents d’EDF, à compter du 1er janvier 2012, cette hausse "aura à n’en pas douter un impact important sur les factures d’électricité des usagers" selon UFC-Que Choisir.

Le grand gagnant de cette annonce reste EDF. Le prix de cession de l’électricité d’origine nucléaire produite par EDF à ses concurrents (GDF-Suez, Direct Energie, Poweo, etc.) sera finalement de 42 euros le mégawatheure (MWh) au 1er janvier 2012, après un bref passage à 40 euros dès le 1er juillet prochain.

La décision devait être prise avant le 30 avril pour une entrée en application de la loi Nome au 1er juillet prochain. Cette loi qui fixe la « nouvelle organisation du marché de l’énergie » vise à répondre aux exigences de Bruxelles afin d’accroître la concurrence entre fournisseurs d’énergie. Promulguée en décembre dernier, elle prévoit, entre autres, qu’EDF cède à ses concurrents le quart de sa production d’électricité d’origine nucléaire à un prix fixé par le gouvernement (l’Arenh, pour « accès régulé à l’électricité nucléaire historique »).

Suite aux recommandations de Paul Champsaur, initiateur de la loi Nome et auteur d’un rapport sur le marché de l’énergie, le prix arrêté mardi 19 avril par le gouvernement est nettement plus élevé que celui souhaité par les concurrents d’EDF. Tout au long des discussions, ceux-ci n’ont cessé de rappeler que les tarifs réglementés actuels sont calculés sur une base de 35 euros le mégawatheure. Mais, pour Henri Proglio, le patron d’EDF, il n’en était pas question. En dessous de 42 euros le mégawatheure, il s’agissait ni plus ni moins que de « pillage », disait-il, justifiant ses exigences de prix élevés par des investissements d’entretien et de renouvellement du parc nucléaire importants.

Hausse mécanique des tarifs !

Pour les consommateurs, c’est une mauvaise nouvelle. Comme le souligne l’UFC-Que Choisir, "la décision se traduira mécaniquement par une hausse des tarifs à plus ou moins long terme."

En effet, à l’horizon de 2015, la loi Nome prévoit la convergence entre le tarif réglementé et le prix de l’Arenh. À 39 euros le mégawatheure, le rapport Champsaur estimerait que la majoration des tarifs réglementés serait de l’ordre de 6,5 % par an. À 42 euros, ce sera davantage.

De son côté, la CRE (Commission de régulation de l’énergie) a calculé que, sur la base de 42 euros, les tarifs réglementés augmenteraient de 11,5 % en 2011, puis de 3,5 % par an, soit une hausse de 28 % entre 2011 et 2015.

Le gouvernement entend toutefois garder la main face à la grogne des consommateurs en annonçant que l’augmentation des prix de l’électricité sera limitée à 2,9 % en juillet prochain et qu’il n’y aura pas d’autres augmentations jusqu’au 1er juillet 2012.

Mercredi, le ministre de l’Energie a assuré que l’Etat garderait son contrôle sur les tarifs régulés d’électricité et cela jusqu’en 2015. A condition bien entendu que le gouvernement remporte les élections présidentielles prévues l’année prochaine !

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Les tarifs d’électricité vont “exploser” selon l’UFC"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
filvert
Invité

Une petite éolienne + quelques panneaux photovoltaïques + plus stockage batteries… l’amortissement va être de plus en plus rapide pour peu qu’on maîtrise toutes nos consommations électriques au minimum et plus de panne de réseau !

dede29
Invité

c’est le consommateur qui paiera le surcout artificiel obligatoire pour ramener vers 2015 le prix français dans la moyenne européenne :la concurrence pourra alors jouer en europe ! Mais soyons sur qu’alors les aides pour le renouvelable diminueront considérablement .

Confluence
Invité

Lorsque je vois le prix concédé aux opérateurs alternatifs, les prix de rachats de l’électricité que nous pourrions produire, je me demande où est le vrai prix. Une production “locale” diminue le coût du transport, puisqu’il y à moins de pertes par effet joule non? Alors, pourquoi ces moratoires? Il faut investir pour notre autonomie énergétique et d’autre part, on nous freine dans notre volonté de sécuriser le réseau en multipliant les points de fourniture locales… Ces décallages me perturbent. On est en comptabilité ou en gestion? C’est encore du bricolage, de la vision partisane, aucun plan stratégique…

Fred 13
Invité

L’augmentation de l’électricité a pour premier effet de pénaliser les foyers aux revenus modestes  et il y a là une réflexion a avoir pour mettre en place un mécanisme permettant de limiter la casse, par contre le deuxième effet est qu’il va falloir faire des économies et que c’est seul moyen pour une prise de conscience générale.Il faut repenser nos méthodes de batir, de se déplacer ,de consommer etc ….il y a du boulot….mais après tout pour parvenir a cet objectif faut peut être toucher au porte monnaie.

renewable
Invité

Nous allons simplement commencer à rattraper le temps perdu par la génération précédente qui a payé artificielmenet bas son électricité pour des raisons évidentes d’acceptation du nucléaire. On a repoussé et repoussé l’échéance, mais il est temps de disposer des ressources nécessaires à un nucléaire sûr et qui provisionne les sommes réelles pour son démantèlement définitif et la gestion de ses déchets.

traction0
Invité
L’électricité en qualité de moyen de chauffage fût au XX° siècle une des plus monumentales erreurs de ce siècle de folie, nous en payons les conséquences à ce jour, beaucoup ont oublié que cette “fée” n’est qu’un vecteur énergétique, un simple moyen de transport, sa production ne devait servir qu’à l’éclairage et quelques menues bricoles comme mon PC, rien d’autre et surtout que l’on ne vienne pas me parler d’automobiles à recharger sur le réseau, ce serait encore augmenter la charge, l’électricité n’a été bonne qu’a créer les fortunes colossales d’une très petite minorité, nous allons en payer les conséquences… Lire plus »
zelectron
Invité

Tout ce passe comme si la majorité actuelle (la droite la plus bête du monde) renforçait le monopole d’EDF ad vital aeternam pour qu’aucun de ses concurents potentiels ne puissent jamais produire quelqu’énergie que ce soit à tarif compétitif (au passage le comité d’entreprise fait des bonds de joie !)

Envircinq
Invité

Finalement l’augmentation des tarifs est peut être une bonne nouvelle, nous nous rapprocherons en France des prix réels de l’électricité, cela rendra les Enr plus rentables sans aide, cela incitera à faire des économies d’énergies que des choses vertueuses Dans le même registre, est ce bénéfique de subventionner la distribution d’eau ce qui rend “invendable” les économies (souvenir d’une tentative d’installation de compteurs d’eau individuels dans ma copropriété)

Fleurent
Invité
L’évolution du monde est telle que le coût del’énergie ne va faire qu’augmenter. Cesera certainement difficile pour les populations a faible revenu. La i faudra trouver une solution politique un autre partage des revenus L’augmentation du prix de l’élecricité comme celui d’autres énergies est une bonne nouvelle pour l’environement. Ilme parait essentiel de rappeler que EDF est une socité a vocation nationale. Il faut faire un choix EDF ou les sociétés privées.Je suis ainsi tres etonné de voir le nombre d’écolos qui – j’espère sans s’en rendre compte – poussent en vilipendant l’EDF à la liberalisation, et àla recherche du… Lire plus »
Reivilo
Invité
A Fleurent, pour mémoire EDF (issue du conseil national de la résistance en 1946) a exercé son rôle de service public jusqu’en 2004 en tant qu’EPIC. Depuis lors la société a été transformée en SA et son action est côtée au CAC 40. Donc la privatisation a eu lieu partiellement même si le principal actionnaire reste l’état. Ce nouveau statut peut expliquer une orientation assez différente de celle voulue par Marcel Paul à l’origine avec désormais une recherche non dissimulée du profit maximum à court terme. Il est donc un peu décalé ou dépassé de croire que les dirigeants de… Lire plus »
airsol
Invité

Il est evident que le cout de l’energie est le levier le plus rapide pour l’incitation à l’efficacité energétique Avec quel impact social? La mise en place de quota à faible cout par personne deviendra indispensable si l’on ne veux pas augmenter la précarité énergetique

Fleurent
Invité
Repondre a reivilo. Oui vous avez raison rprenons l’essentiel EDF est une société a majorité de capitaux public et probablement comme vous je ne puis que regretter cette privatisation partielle.Mais la Vie n’est pas blanche ou noire il faut tenir compte des realités et entre une société ou l’état est majoritaire et de l’autre coté des sociétés comme POWEO ou EON (champion des centrales a combustible fossile) il faut faire un choix.  Le cout de l’energie va augmenter dans le monde entier, c’est une realité à laquelle personne ne pourra echapper. Il faut se battre pour conserver un service public… Lire plus »
Eco
Invité

Bonjour Tant que les distributeurs d’énergie conseilleront sur les économies d’énergies, il n’y aura jamais d’économies d’énergies réellement réalisées. Ne pas confondre grosse pub et compétences.

Mariuss
Invité

Les prix ont beau être régulés ils ont déjà augmenté de 30% cumulés depuis 2007 : ils ont déjà explosés ! (1 kwh = moins de 10cts TTC à l’époque, 13 maintenant !! et en heure creuse c’est pire !!) Il semblerait que les différent patrons d’EDF en veuillent toujours plus, comme tous les autres patrons du cac 40 !!

wpDiscuz