Les ultrasons améliorent la production de l’éthanol

Un jour, le chercheur David Grewell, renversa un commutateur et une machine à ultrason dans son laboratoire d’université de l’Etat de l’Iowa (Etats-Unis), générant des vagues de son à haute fréquence. Ces vagues de 20 kilohertz étaient trop hautes pour l’audition humaine. Mais mises en interaction dans un seau d’eau en métal, vous obtiendrez alors un liquide bouillonnant avec un fort sifflement.

Si vous ajoutez une feuille de papier d’aluminium dans le seau et observez la puissance de cavitation — la formation et l’effondrement des bulles — vous obtenez des marques sur le métal ressemblants à des fossettes minuscules qui commence à s’y détacher.

Maintenant, imaginez ce que les ultrasons peuvent provoquer sur des grains de maïs. Ses expériences en laboratoire ont montré qu’un prétraitement du maïs avec des ultrasons de fréquence 20 kHz augmentait le taux de conversion de l’amidon en sucres simples de presque 30%.

D’après D. Grewell, ce procédé permet de libérer plus d’énergie du maïs, plus rapidement et en consommant moins d’énergie. Appliqué à la production d’éthanol, il pourrait s’avérer très profitable en optimisant l’utilisation de la matière première. Ces travaux de recherche sont financés par le fond de développement économique de l’Etat d’Iowa (Grow Iowa Values Fund), le premier état producteur d’éthanol.

Cette découverte a été brevetée, et devrait conduire à des expérimentations à plus grande échelle très prochainement. L’équipe de D. Grewell a aussi prévu d’étudier l’effet des ultrasons sur les éléments fibreux du maïs.

(src : Iowa State University)
Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz