Les USA ont pris la mesure de l’importance des changements climatiques

Les dernières annonces du Président Obama sur la réduction des émissions des centrales électriques américaines montrent que les Etats-Unis ont pris la mesure de l’importance de lutter contre les changements climatiques.

Ces annonces s’ajoutent aux dernières avancées obtenues au Mexique et en Chine sur l’augmentation d’approvisionnement en énergies renouvelables. Cette action du Président Obama s’inscrit en amont d’une date butoir fixée par la communauté internationale pour déposer de nouveaux engagements de réduction de gaz à effet de serre, dans la perspective de la Conférence des Nations unies sur le climat à Paris en 2015 (COP21).

D’après Lou Loenoard, Vice-Président sur les changements climatiques au WWF US, « La dernière évaluation réalisée par l’administration Obama sur le climat montre que les dérèglements climatiques causés par les activités humaines touchent dès à présent les Etats-Unis tous les jours. On ne parle pas d’un futur lointain, c’est déjà notre réalité. Il est ainsi parfaitement fondé que l’administration Obama utilise tous les instruments disponibles pour protéger notre pays contre une menace réelle et actuelle. La production d’électricité est la source la plus grande de pollution industrielle en carbone aux Etats unis; elle menace aussi bien la santé de nos enfants que le monde naturel. Pour s’attaquer aux pollutions des centrales électriques américaines les plus polluantes les normes proposées aujourd’hui s’appuient sur l’une des lois américaines les plus populaire et efficace, la Loi sur la qualité de l’air – « Clean Air Act ». Des normes ambitieuses auront des retombées bénéfiques, à la fois pour la société, la nature, mais aussi pour les générations d’américains qui arrivent. »

Les normes d’émissions des centrales électriques proposées par l’administration Obama devraient être renforcées et finalisées, permettant ainsi aux Etats-Unis de tenir leurs objectifs actuels et futurs de transition vers un mix énergétique centré sur les énergies renouvelables.

Pour Philippe Germa, Directeur général du WWF France, « Aujourd’hui, le Président Obama démontre qu’un grand pays émetteur peut avancer dans la lutte contre les changements climatiques, pour le bien des peuples et de la Planète. Il s’agit d’une première bonne nouvelle dans la perspective de la Conférence des Nations unies sur le climat à Paris en 2015 (COP21). »

Selon Pierre CANNET, Responsable du Programme Climat et Energie au WWF France, « Les Etats-Unis ouvrent aujourd’hui le bal des annonces nationales sur le climat et l’énergie. Un pas de plus pour le climat. Mais pour réussir à limiter la hausse moyenne des températures à 2°C, il reste encore un grand chemin à parcourir d’ici à la Conférence des Nations Unies sur le climat qui se tiendra à Paris en 2015 (COP21). L’articulation entre ces annonces nationales et un nouvel accord international sur le climat ne sera pas simple à obtenir. Ce sera tout l’objet des prochaines négociations sur le climat à Bonn cette semaine, puis à Lima en décembre 2014. »

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Les USA ont pris la mesure de l’importance des changements climatiques"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité
Alors, on ne sait plus comment il faut nommer la “bête” ? Changements, changementS, dérèglement, et pourquoi pas chaos (copyright M Fabius) ? Moi je veux bien qu’une centrale électrique brûlant du charbon et mal “réglée” émettent effectrivement des polluants, à savoir suie, particules, oxydes d’azote ou de soufre, mais le CO2 = “polluant”, quelle blague. Tu m’en diras tant d’un polluant qui est in dis pen sable aux plantes et donc à tout l’écosystème ! Le CO2 n’a jamais rendu quelqu’un de malade, sauf exposition à des taux 100 fois plus élevés que ceux présents dans l’atmosphère, mais où… Lire plus »
Temb
Invité

Les ENR sont déjà la première source de production en Europe avec 28%, devant le charbon et le nucléaire (rapport Enerdata).

O.rage
Invité
Vous restez volontairement flou sur la nature des “renouvelables” parce que celles que vous supportez sont marginales par rapport à celles qui comptent comme le bois pour ceux qui ont des forêts – et celles des autres -, et l’hydro pour ceux qui ont des montagnes – et des gens qui tolèrent des vallées inondées – ? Production d’énergie renouvelable dans le monde par nature, en 2012, en millions de tonnes équivalent pétrole (la consommation mondiale vaut environ 13000 avec cette unité ; src : Manicore) En même temps je vous comprends, après une trentaine d’années de développement et des… Lire plus »
sunny
Invité

Bambou Un peu démago, votre façon de présenter les choses. Comparer des filières ENR 100 % électrique à des filères ENR thermiques et électriques. Pour l’hydro, le pompage est inclu? Sinon faite attention, le petit bambou de l’éolien est très vigoureux, celui du solaire l’est encore plus. La terre est très fertile en Chine et dans pas mal d’autre régions du monde. Il va falloir actualiser votre histo très régulièrement.

O.rage
Invité

En effet, tellement vigoureux qu’en énergie produite, ceux ci n’ont toujours pas dépassé la progression du nucléaire à ses débuts… pourtant ce n’est pas les capitaux, les ressources et l’énergie qui manquait pour les fabriquer. La croissance serait infinie seulement pour les ressources des énergies “nouvelles” renouvelables, même en période de décroissance et de post-pics? Donc, au lieu, de nous parler de votre bambou, sortez vous donc d’abord les doigts pour chercher la définition de la démagogie. Et pendant que vous y êtes, faites un détour par l’effet Dunning-Krueger, l’ignorance n’est pas un succédané de la connaissance.

Dan1
Invité
A O.rage Je me permets de développer l’effet Dunning-Krueger selon Wikipédia : « l’ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance » Voyons voir si cela pourrait s’appliquer à certains sur Enerzine ? Après il est dit : En observant une compétence présente en chacun à des degrés divers : 1) la personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence, 2) la personne incompétente ne parvient pas à reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent véritablement, 3) la personne incompétente ne parvient pas à se rendre compte de son degré d’incompétence, 4)… Lire plus »
O.rage
Invité

Et oui, bonne chance alors ! et à tous ceux qui feront évoluer leurs compétences, en toute connaissance de cause des biais cognitifs que nous héritons de millions d’années d’évolution. Comme le dit Jancovici, “Toucher à l’énergie, c’est toucher à tout” et nous voilà en train de parler sociologie comportementale, climatologie, évolution, philosophie des sciences… Au fait sur un autre sujet – quoique -, vous trouverez d’autres infographies intéressantes sur lenergieenquestions.fr ainsi que sur , plutôt salutaires en ce qui concerne de rappeler les bases en énergétique et en climatologie

sunny
Invité
Bizarre Bizarre quand même qu’une énergie aussi miraculeuse que le nucléaire ne parvient pas à s’imposer au niveau mondial. C’est bizarrement la seul énergie “électrique” qui a vu son niveau de production diminuer sur les dix dernières années. Etrange, les productions solaire et éolienne ont augmenté de maniéres spectaculaires et leur part dans le mix mondial est en constante augmentation. Bizarre quand on regarde les stats d’installations au niveau mondial on atteint des records d’installtions pour le PV et l’éolien et une croissance quasi nulle pour le nucléaire. C’est malin aussi, vous avez effrayé les investisseurs avec Flamanville et Olkiluoto!… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
“Quant au stockage c’est loin d’être une priorité. La croissance des ENR pour les 15 prochaines années n’est pas lié au stockage.” nous dit Sunny. C’est peut-être un effet Dunning-Krueger, car je ne me lasse pas de le répéter. Sunny nous disait le 30/03/2014, c’est pas si vieux: Comme pour la production nucléaire (qui coutera elle 110 Euros du MWh voir plus pendant 60 ans) qui n’est pas consommée pdt une large partie de la journée, on va la stocker. On va la stocker dans les STEP (plus de nucléaire pour les remplir), on va la stocker dans le réseau… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Oui, je confirme, on en a déjà parle, ici: Vous avez d’ailleurs une question en attente: “Et puis s’il vous plait comment on fait un 16/02 à 17h00 avec moins de 5000MW d’éolien et moins de 1000MW de solaire en Europe? Répondez au moins à cette question…..sinon on est juste dans l’incantation…”

sunny
Invité

Je peux juste dire qu’il n’y a pas de solutions miracles, et que tout changement se fera de manière progressive et devra pendre en compte la trajectoire énergétique de chaque pays. Le raser gratis ENR de court terme n’est évidemment pas possible. Mais pas après pas, point de pourcentage après point de pourcentage, on sera capable de décarbonnée la production énergétique. Si on regarde la situation en 2000 et celle de 2014, on peut voir qu’il y a eu une prise de conscience collective mondial des problèmes énergétiques et environnementaux.

Sicetaitsimple
Invité

“Je peux juste dire qu’il n’y a pas de solutions miracles, et que tout changement se fera de manière progressive et devra pendre en compte la trajectoire énergétique de chaque pays.” Je peux signer ça sans aucun problème, notamment du fait de la fin de la phrase qui introduit bien le fait qu’une solution peut être adaptée à un pays et pas à un autre, ou qu’elle peut être adaptée dans les deux cas mais pas forcément au même moment.

O.rage
Invité

“Bizarre quand on regarde les stats d’installations au niveau mondial on atteint des records d’installations pour le PV et l’éolien et une croissance quasi nulle pour le nucléaire.” Pour quelqu’un qui, soit-disant, voit vers l’avenir vous avez tendance mettre de sacré grosses oeillères, le nucléaire c’est 72 réacteurs en construction dans le monde soit près de +500 TWh/an dans les dix ans à venir, et je ne parle pas de ceux en projet et envisagés…

Luis
Invité
¤ C’est beaucoup plus impressionnant de mettre le graphique des réacteurs en arrêt définitif que ceux en construction. Maintenant, le nombre de réacteurs en construction n’est qu’une très relative indication. Ce qui compte, c’est le nombre de ceux terminés et mis en service. Enfin, certains seront contents, le réacteur Atucha-2 en Argentine (692 MW), déjà inauguré en septembre 2011, devrait être connecté au réseau dans les semaines qui viennent pour être mis en service (puissance normale) à la fin de l’année. Sa construction a commencé en juillet 1981 et il aura donc fallu 33 ans pour le construire. Mais Watts… Lire plus »
Luis
Invité
¤ Tiens, le grahique fourni a été modifié … comment un invité fait-il cela ? C’est bien beau, pour les croyants du nucléaire, de parler sans cesse du nombre de réacteurs en construction. Mais combien ont été mis en service depuis dix ans, pour quelle puissance totale ? Et combien ont été retirés du service ? Entre 2000 et 2013 : – 49 réacteurs mis en service, pour une puissance de 40.250 MW – 58 réacteurs arrêtés, pour une puissance de 30.200 MW La progression est seulement de 10.050 MW en 14 ans. Si l’on se limite à une période… Lire plus »
Humberts
Invité
La production d’électricité nucléaire était de 2.350 TWh nets en 2012 (11,2% de la production totale 2012) contre 2.570 TWh en 2002, dix ans plus tôt (16,0% de la production totale). Et alors Luis:Rien ne pourrait empêcher qu’elle augmente à 8400 TWh,(environ 40 % de la production totale 2012)d’ici 30 à 40 ans,si les dirigeants du monde dévellopé et emergent le décident dans l’avenir.Vos remarques d’antinucléaire primaires ne veulent rien dire Luis,c’est du pur verbiage antinucléaire aigri.La production nucléaire peut d’abord baisser relativement un temps, puis dans quelques années,voir dans 2 ou 3 quinquénies(10 à 15ans)repartir abondament.Vos remarques obsessionnelles nucléophobiques… Lire plus »
sunny
Invité

8400 TWh d’ici 2044-54 Je pense que vous avez trouvé le bon forum pour exulter. L’esprit de groupe pro-nucléaire est très développé sur enerzine. Tellement fort qu’on hésite plus à parler de construire des EPR pour 120 ans, de remplacer toute la consommation d’énergie finale grâce à la consommation d’uranium. Parmis les pro-nucléaires, vous formez un groupuscule? J’ai déjà eu l’occasion de discuter avec des adhérents de la SFEN, vous êtes aussi gratinés.

Dan1
Invité
A sunny ça vous ennuie de ne pas avoir le monopole de l’expression sur les forums ? Il n’est pas nécessaire de se concerter pour parler du nucléaire sans être anti. C’est si difficile de se faire à l’idée que quand on est antinucléaire, on est pas forcément majoritaire et qu’avec l’avénement d’internet c’est devenu beaucoup plus facile au citoyen “lambda” de s’exprimer directement sans passer par une organisation. Et puis vous n’aimez que l’on joue avec vos armes. Il faut vous faire une raison, vous perdez de plus en plus le monopole de la parole. Que voulez-vous nous sommes… Lire plus »
Humberts
Invité

Bah,ça serait alors le groupuscule de ceux qui pensent que dans 1 siecle,on en sera à peu près,à un mix mondial moyen de: Environ 50% de nucléaire et de environ 50% de renouvellables,grosso modo,à la louche.

Luis
Invité
¤ Un petit aperçu des prévisions de l’IAEA (Agence internationale de l’énergie atomique) en matière de capacité nucléaire : Prévisions de 1975 : .. 460 à 850 GW en 1985 (réalité : 246 GW) 1.300 à 1.900 GW en 1990 (réalité : 318 GW) 3.600 à 5.300 GW en 2000 (réalité : 350 GW) Prévisions à quinze ans Prévision de 1985 pour 2000 : 502 à 702 GW (réalité : 350 GW) Prévision de 1990 pour 2005 : 450 à 528 GW (réalité : 368 GW) Prévision de 1995 pour 2010 : 391 à 476 GW (réalité : 375 GW)… Lire plus »
Humberts
Invité
Si la réalité ne doit pas dépasser les 450 GW,dans une première période de temps,ce n’est pas vous,ni vos co-sectaires antinucléaires obsessionnels qui pourront empêcher les dirigeants du monde dévellopé et emergent de décider dans l’avenir s’ils le jugent opportun,de multiplier par 2 ou 3 les 450 GW. Quand les réacteurs 3G,3G+ et 3G++auront un retour d’expérience significatif dans les décénies 2020 et 2030.Rien(surtout pas vous,l’insignifiant personnage) ne les empêcheront,dès lors,s’ils le veulent,de lancer des programmes qui à l’echelle mondiale,totaliseront entre 900 GW et 1300 GW. Et en plus,dans la seconde partie de ce siècle, se joindront aussi de plus… Lire plus »
sunny
Invité
Dan1
Invité

Je lis : “L’Expansion.com, publié le 24/06/2011 à 11:39” Et comment ça, il est pas frais mon poisson !

Luis
Invité

¤ Dans ses estimations pour 2050, l’agence mondiale du nucléaire ne se mouille pas trop mais donne tout de même une fourchette. Le nucléaire fournirait entre 5% et 12% de la production totale d’électricité. Adieu veau, vache, cochon, couvée, réacteurs nucléaires … (certains), quittant d’un oeil marri (leurs rêves) ainsi répandus …

Humberts
Invité
Entre 5 % et 12 % des besoins mondiaux ,le nucléaire fournirait en 2050. 5 % de 18000 GW font 900 GW de puissance .Entre 600 et 900 réacteurs 12 % de 18000 GW font 2160 GW de puissance .Entre 1300 et 2000 réacteurs. C’est beaucoup plus que le nombre de réacteurs actuels. Alors les imbéciles qui croient que les reacteurs nucléaires auront disparus en 2050,sont vraiment les pires idiots qui soient.Puisqu’il y en aura encore plus qu’aujourd’hui.même avec,entre 5% et 12 % de 18000 GW de puissance .Il se pourrait même que les besoin en puissance seront en 2050… Lire plus »
Luis
Invité

¤ Pour les adorateurs du nucléaire (peut-on leur retourner les insultes?), la déception doit être grande. En effet, si l’agence du nucléaire prévoit de 5% à 12% de la production totale d’électricité (TWh), cela ne correspond qu’entre 2,2% et 5,6% de la puissance installée (GW) et plus précisément entre 440 GW et 1.110 GW. Comme on l’a vu précédemment, l’agence du nucléaire était très ambitieuse dans ses prévisions de 1975, avec : – 1.300 à 1.900 GW en 1990 (réalité : 318 GW) – 3.600 à 5.300 GW en 2000 (réalité : 350 GW)

Humberts
Invité
Même entre 440 GW et 1110 GW(en 2050),ça représentera plus de réacteurs nucléaires qu’aujourd’hui.Même là,il n’y aura pas de déception,car c’est la valeur absolue du nombre de réacteurs dans le monde qui permet de maintenir et d’améliorer l’industrie électro-nucléaire dans le monde. Et aussi de passer progressivement et efficacement à la 4G,dans la seconde partie de ce siècle.Le nucléaire n’en est qu’à ses tout débuts dans le monde et les antinucléaires qui le croient fini(à grand tord),n’en sont qu’au tout début de leur déception et de leur désespérance. En plus,dans un monde où il y aura 9 à 10 milliards… Lire plus »
lr83
Invité

C’est toujours un régal de lire les espoirs des pro-nuk. Voilà qu’ils nous promettent des 3G, 4G … Ils se prennent pour la téléphonie ou quoi ? Alors pourquoi pas, mais ils oublient toujours que parallèlement, les autres énergies renouvelables progressent également et qu’à chaque amélioration, le coût du kWh baisse. On peut pas en dire autant du nucléaire sans parler des coûts de fabrication et les autres problèmes que je ne vais pas rappeler.

Dan1
Invité
“ils oublient toujours que parallèlement, les autres énergies renouvelables progressent également et qu’à chaque amélioration, le coût du kWh baisse.” Je ne sais pas si c’est Dunning-Krueger, mais j’ai l’impression que parfois le kWh monte : 2003 = 77,6 €/MWh 2004 = 79,7 €/MWh (+ 2,7 %) 2005 = 84,9 €/MWh (+ 6,5 %) 2006 = 84,5 €/MWh (- 0,47 %) 2007 = 83,6 €/MWh (- 1 %) 2008 = 84,0 €/MWh (+ 0,48 %) 2009 = 84,7 €/MWh (+ 0,83 %) 2010 = 84,1 €/MWh (- 0,12 %) 2011 = 85,3 €/MWh (+ 1,4 %) 2012 = 87,1 €/MWh… Lire plus »
lr83
Invité

Tout à fait exact ! D’ailleurs ma facture EDF nuke augmente aussi !!! Mais les EnR sont en train de passer du stade “expérimental” au stade “production de masse”. Exactement ce qui s’est passé avec le nuke y a 30 ans. Les coûts vont donc baissés ce qui n’est pas le cas du nuke car c’est une énergie très complexe à mettre en oeuvre (et cela ne va pas s’améliorer vu le cahier des charges de plus en plus lourd).

wpDiscuz