Les voitures françaises sont les moins polluantes

Une étude de la fédération européenne du Transport et de l’environnement (T&E) place les constructeurs français en tête de l’industrie automobile mondiale en terme de réduction d’émissions de CO2.

La France, l’Italie et le Japon ont pris de l’avance sur leur rival allemand dans la course pour délivrer des véhicules à faibles émissions de CO2.

L’étude révèle que les principaux constructeurs en Europe ont augmenté le taux moyen  d’émission de leurs voitures neuves de 0,6% en 2006.

En revanche, les constructeurs français et italiens les ont réduit de 1,6% en moyenne.

L’étude relève une véritable scission au sein de l’industrie allemande. Alors que BMW a observé une réduction de 2,5% de ses émissions, cet effort a été largement compensé par les groupes DaimlerChrysler (Daimler) et Volkswagen, qui ont vu respectivement leurs taux d’émission augmenter de 2,8 et 0,9%.

Les constructeurs japonais ont pour leu part fait des progrès remarquables en réduisant les émissions de leurs modèles de 2,8%.

Parmi eux, c’est Toyota qui affiche les meilleurs scores, avec 5% d’émission en moins sur les véhicules vendus en 2006 par rapport à l’année précédente.

C’est Peugeot Citroën qui se place en tête du classement général avec 142g/km en moyenne. Vient ensuite l’italien Fiat avec 144g/km, suivi de Renault (147g/km). Toyota (153g/km) et Honda (154) prennent les 4ème et 5èmes places du palmares.

La dernière place du classement est occupée par DaimlerChrysler, avec 188g/km.

Pour Jos Dings, directeur de T&E, "il est ironique de constater que le pays qui a fait tellement pour obtenir un consensus européen sur les objectifs climatiques cette année est également la pays où les constructeurs automobiles régressent pour ce qui représente l’un des moyens les plus importants pour atteindre ces objectifs."

"Malheureusement, selon les plus récentes observations, [les constructeurs allemands] n’ont de cesse de construire toujours plus lourds, plus grand et plus consommateurs de carburant. Ces voitures n’ont pas leur place au XXIème siècle."

L’étude montre en effet l’importance du poids d’une voiture par rapport à ses émissions de CO2 : 1% de réduction surla balance équivaut à une baisse de 0,8% du CO2 dégagé.

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Souscrire  
Me notifier des