L’espagne va se doter d’un centre de stockage unifié

L’Espagne possèdera prochainement un centre de stockage temporel centralisé (ATC) pour ses déchets nucléaires. Avec une capacité de 6.700 tonnes, ce centre pourra recevoir l’ensemble du combustible consommé dans les neufs centrales nucléaires espagnoles et devrait être opérationnel en 2010.

L’Espagne possède déjà un centre de stockage des déchets radioactifs à El Cabril (Cordoba) dédié aux résidus radioactifs de basse et moyenne activité. Compte tenu de ses caractéristiques, il ne peut cependant pas accueillir le combustible usagé des centrales espagnoles. D’autres centrales espagnoles telles celles de Trillo et Zorita possèdent leur propre centre temporel de stockage (ATI). D’un point de vue économique, technique, scientifique et de sécurité physique, l’option unique d’un centre pour toutes les centrales au lieu d’installations individuelles présente de nombreux avantages. Le nouvel ATC sera trois fois plus économique qu’un ATI. Il facilitera également le contrôle du combustible usagé, sa gestion et sa surveillance. L’unique désavantage repose sur la circulation des déchets qui devront être transportés jusqu’au centre de stockage. L’ATC coûtera 500 millions d’euros et aura une durée de vie de 100 ans. L’installation devrait occuper 20 hectares et être divisée en trois zones. La première sera destinée à la réception du combustible, la deuxième servira au confinement des déchets et la troisième sera la zone de stockage proprement dite, qui contiendra 240 colonnes où sera encapsulé le matériel radioactif.

La municipalité qui accueillera ce centre recevra 12 millions d’euros annuels, en contrepartie des contraintes pouvant être liées à ce type d’installation. Ce centre supposera également la création d’emplois dans la région qui l’hébergera. L’ATC comptera une équipe de 150 techniciens hautement qualifiés et possèdera un Centre Technologique associé où travailleront 50 chercheurs. L’Entreprise Nationale des Résidus Radioactifs (Enresa) espère débuter prochainement le processus pour sélectionner le futur emplacement.

L’ATC se révèle indispensable pour l’Espagne au vue de la saturation des piscines de réfrigération des centrales nucléaires, où sont actuellement stockés des déchets ayant une période de radioactivité estimée à plusieurs siècles. De plus les accords internationaux obligent le pays à se doter d’un tel centre d’ici 4 ans.

(src : BE Ambassade de France)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz