L’état du système et du marché électriques français en temps réel

Alors que la Commission européenne vient de publier le Règlement REMIT sur l’intégrité et la transparence du marché de gros de l’énergie, l’Union Française de l’Electricité (UFE) et le Gestionnaire du Réseau de Transport d’électricité (RTE) ont décidé d’accroître davantage la masse d’informations du marché de l’électricité en France.

Depuis jeudi, sur l’espace Clients de RTE, les deux entités mettent à disposition des acteurs du marché deux nouvelles catégories de données : d’une part, la publication, sous une heure, de la production réalisée des groupes de plus de 100 MW, et d’autre part, les prévisions de production du parc UFE pour le lendemain.

Mis en place, depuis 2006, de façon volontaire et pro-active, le dispositif de publication de données de l’UFE et de RTE couvre, désormais, la grande majorité des indicateurs demandés dans les recommandations européennes de l’ERGEG, groupe des régulateurs européens pour l’électricité et le gaz.

En effet, il met gratuitement à disposition des acteurs du marché des indicateurs sur la capacité installée du parc de référence et son évolution, des données sur la disponibilité planifiée et non planifiée (arrêts fortuits) du parc, des données sur la production réalisée, ainsi que le stock hydraulique.

Aujourd’hui, son taux de couverture est des plus significatifs en Europe avec 106 GW, soit 86% du parc total de production d’électricité en France, 95% du parc de production raccordé au réseau de transport, et la prise en compte des installations dès 20 MW.

Poursuivant son développement en matière de transparence et de réactivité de l’information, le dispositif s’enrichit de deux nouvelles publications : la production réalisée est publiée sous une heure, et individualisée pour chacun des groupes de production de plus de 100 MW inclus dans le parc de référence UFE.

Autre innovation, afin d’améliorer la visibilité sur la production à très court terme, les producteurs de l’UFE mettent en ligne, sur un pas de temps de 30 minutes, la prévision de production pour le lendemain (J-1) du parc UFE, en agrégé des moyens programmables et non programmables.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "L’état du système et du marché électriques français en temps réel"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gaga42
Invité

Très bien, la transparence détaillée pour le parc nucléaire est établie (elle l’était déjà avant il me semble). On l’attend toujours pour le parc éolien.

renewable
Invité

Avant de dire n’importe quoi regardez le site, il y a les prévisions pour l’éolien. Aveuglement pro-nucléaire, quand tu nous tiens… Et pour la transparence du nucléaire, quid des couts de sécurité? de la part du budget militaire français pour assurer la sécurité d’approvisionnement, de transport et des sites en france et à l’étranger? Qui de l’avenir des déchets? Du cout réel du démantèlement?

bolton
Invité

Je n’aurais pas su mieux dire… Je rajouterais : Quid du coût de surveillance des futurs (oui il n’y en a toujours pas) sites de stockage définitif pour les quelques prochaines millions d’années ?

gaga42
Invité
Je n’ai pas dit n’importe quoi et ai bien regardé le site, il n’y a que des prévisions, rien sur la production réelle présente ou passée globale, ou détaillée par région ou par site. Sur ce dernier point, je vous mets au défit de trouver une source d’informations publique. Et je trouve débile de répondre comme vous l’avez fait en déviant le débat sur le nucléaire, “vous n’êtes pas à 100% et aveuglément pour l’éolien, vous êtes donc un dangeureux nucléocrate”, ce manicheisme est symptomatique d’une frange dure et dangereuse de l’écologisme. Je ne suis pas pro-nuke, très loin de… Lire plus »
Eolecentre
Invité

Pour être un (pro éolien), s’est vrais que je souhaiterais en plus d’une donnée global, avoir accé à plus de détail à l’échelle régional dans un premier temps , puis dans un deuxiéme temps à léchelle local parc par parc ! Sur l’encienne version du suivit éolien , on avait accé aux données statistiques parc par parc! mais depuis plu rien! Mais depuis le nombre de parc s’est considérablement alargis! La tache s’annonce ardue!

Gorge
Invité

je compte 14 fautes d’orthographe et vous?…

moise44
Invité

Dans un cas comme çà je ne compte plus, mais j’ai les yeux qui pleures en lisant. M’enfin , j’ai réussi a comprendre l’essentiel de son message et au final c’est ce qui compte. Dommage a l’ère du numerique que certains n’utilisent pas les correcteurs orthographiques. Ceici dit même avec les correcteurs, si je ne relis pas mes phrases ou mon commentaire au moins une fois, je fais aussi des fautes de frappes… Bon en tout cas c’est plus complet que RTE – eco2mix

Martoni42
Invité

Wouaw alors là, c’est la classe, tous ces chiffres disponible en temps réel j’adore ! Y a tout même les échanges transfontalier. Est-ce que les allemands font la même chose car je serais très curieux de voir ça chez eux ?

Olivier7431
Invité

Mais ca fait un bon bout de temps qui les donne ces chiffres….:) je vous conseille leur blog aussi qui est sympa! audelà des lignes si je me souviens bien.. Et sinon Georges, je ferai pas trop le malin à ta place car tu as fé deu fote d’ortogafre dans ton prainom. 🙂 :):)

Sicetaitsimple
Invité

Pas vraiment le temps d’étudier ça à fond, mais gros progrès. Merci RTE.

Gorge
Invité

Non, pas de fautes dans mon prénom, c’est seulement pas un prénom français! Ah, nos amis français! Comme en matière énergétique, ils sont inlassablement convaincus d’avoir toujours raison!

Eolecentre
Invité

Merci la prochaine fois de vous concentrer d’avantage sur le sujet, plutôt que de balancer ce genre de remarques particulièrement blessantes et humiliantes ! Un site devrait vous intéresser, , par contre je ne sais pas à quel pays cela correspond! Autriche peut être! S’est vrais que cela serait souhaitable un jour de voir transposé ce système à l’ensemble de tout les parcs éolien! En tout cas, dans le cas présent, on peut avoir difficilement plus!

Nicias
Invité

A priori, c’est l’Estonie.

Dan1
Invité

Effectivement le site Estonien est pas mal, on a même les webcams pour voir tourner les éoliennes ! Donc, ils ont 116 MW installés et ont des projets pour un total d’environ 1 GW (dont 700 MW offshore) qui produirait plus de 3 TWh/an. Le hic, c’est que la consommation d’électricité croit rapidement (déjà plus de TWh en 2010). Le lien direct en anglais pour la production éolienne est :

Sakharov
Invité

Replaçons cette nouvelle dans son contexte : le tableau de bord de RTE n’est pas nouveau (~1an), seuls les items concernant la production individualisée par groupe et la prévision agrégée de production sont nouveaux. Cela n’enlève en rien que RTE reste sûrement la source de données la plus complête et indépendante que l’on puisse trouver pour étudier le marché français.

Dan1
Invité
RTE publie depuis longtemps énormément de données et nous en avons largement discuté sur Enerzine. Le problème c’est que le site est compliqué entre ancienne présentation et nouvelle. Par exemple dans l’ancien site, on retrouve les données d’avant et la mise à jour concernant la production heure par heure des groupes thermiques (nucléaire et flamme) et hydrauliques : On peut même déjà télécharger les données historiques au format Excel pour la période du 13 au 16 décembre. Un jour on aura la production des “fermes” éoliennes comme dans les certains pays voisins ! C’est pour cela qu’avant de raconter des… Lire plus »
Nicias
Invité
…de Swissgrid a deux variantes. La variante on remplace intégralement avec du gaz et la variante éolien+importations d’Allemagne. Ces derniers sont ils au courant ? Heureusement, c’est pas avant 2019. Sachant que le scénario RTE prévoit une baisse des exportations françaises si passage à 50%, on va pas tous pouvoir compter sur le voisin. La CREG belge n’a pas encore de scénario pour leur sortie du nucléaire, mais j’ai quelques raisons de penser qu’ils ne combleront pas le manque: Par conséquence, les conclusions de l’étude 1074 restent valables : pour l’instant, il y a une manque de capacité de production… Lire plus »
Nicias
Invité
Merci pour ces liens, et vos graissages très pertinents ! Quelques pensées sur le sujet (que pour une raison qui m’échappe, je n’ai pas posté sur le bon fil), j’explicite ce qui est graissé avant tout : A moins d’un changement dans le fonctionnement du marché, l’investissement dans une centrale thermique est un défi Rappel sur l’aversion au risque, une évidence contre-intuitive. Ce n’est pas la même chose que de miser 100 pour gagner 110 avec 100% de chance de gain, que de miser 100 pour gagner 1100 avec 10% de chance de gain. Un monde de prix plus volatils… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Concernant l’interconnexion France-Espagne, il ne semble pas évident de parler d’assymétrie a priori. Que l’éolien espagnol y trouve un débouché quand ça se met à souffler très fort, c’est bien possible, mais ce n’est quand même pas tout le temps comme ça, loin de là. Pour que ça se produise, il faut que la production éolienne soit suffisament importante pour pouvoir exercer un effet de baisse significatif sur les prix de gros. Par contre, les espagnols ont un parc de cycles combinés plutôt demesuré par rapport à leurs besoins, nous serons effectivement certainement importateurs à certaines périodes de l’année,notamment l’hiver.… Lire plus »
Nicias
Invité
… qui le dit, moi je ne fais que répetter: Par ailleurs, ce projet d’interconnexion France-Espagne va permettre à chaque pays de tirer tout l’avantage de la complémentarité des parcs de production des deux pays. En particulier, l’Espagne a largement développé les énergies renouvelables, l’éolien et maintenant également le photovoltaïque. Ces énergies renouvelables ont une caractéristique : leur production est très fluctuante. Il y a donc un besoin d’équilibrer le système électrique, d’équilibrer l’approvisionnement en fonction de la production de ces énergies renouvelables. Le développement de l’interconnexion contribue à cet équilibrage. Concrètement, l’Espagne pourra exporter sa production en période de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
La publication de ces nouvelles données sur le site RTE ne va pas faire que des heureux. On est obligé de constater, contrairement à ce que d’aucuns racontaient et racontent toujours, que beaucoup de tranches nucléaires participent au suivi de charge, dans des proportions certes variables mais parfois conséquentes, même un Dimanche 18/12. C’est très embétant, ça fout en l’air l’étude pourtant récente de GreenPeace “Battle of the grids” dont nous avions longtemps parlé, ou tout l’argumentaire était basé sur les renouvelables empéchés de grandir du fait de “l’inflexibilité du nucléaire”. Je cite ” Le nucléaire empêche le développement du… Lire plus »
Dan1
Invité

Je remercie rouget pour les liens qu’il a donné et son analyse, il me semble que cela fait avancer le débat citoyen car on y voit les préoccupations des gestionnaires de réseaux vis à vis de l’intégration des EnR dans le mix électrique. Ils ne sont pas contre, mais ils commencent à bien voir ce qu’il faudra faire et ce n’est pas gratuit ni exempt de risque.

Nicias
Invité
Ils ne sont pas contre, mais ils commencent à bien voir ce qu’il faudra faire et ce n’est pas gratuit ni exempt de risque. Ils sont même pour, c’est quand même leur business de transporter l’électricité ! Je ne leur jette pas la pierre, c’est normal, et je ne doute pas que l’intérêt public est aussi dans leurs préoccupations (ça c’est pour le cas ou des employés d’RTE seraient présents). Simplement ils ont leurs biais tout aussi surement que j’ai des préjugés. Je reviens sur cette histoire d’asymétrie. Le commerce, c’est bien, mais il y a les gagnants, les moins… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Consommateurs, producteurs, transporteurs, qui gagne qui perd à renforcer les interconnexionx? Pas facile de répondre, ce qu’on peut dire de façon intuitive c’est que dans un système electrique de type européen, avec un développement soutenu des renouvelables et des parcs de production nationaux assez différenciés, la “collectivité” doit certainement y gagner. C’est la fameuse “combikraftwerke” de notre ami Chelya, vue en grand. Si on regarde de plus près, projet par projet, il est certain que la réponse n’est pas aussi simple. Prenez par exemple IFA2000, la liaison France-Angleterre. Vous remarquerez que sur une année, elle est assez rarement utilisée à… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Votre insertion coupe les messges précédents, au moins sur mon PC. Si vous pouviez la modifier. Merci.

wpDiscuz