L’Europe ajoute 4,5 GW de capacités éoliennes au premier semestre 2018

L’Europe a ajouté 4,5 GW de capacités éoliennes au premier semestre 2018, selon les derniers chiffres publiés par l’organisme WindEurope. Le chiffre est en baisse par rapport à la même période de l’année dernière (6,1 GW), mais il reste conforme aux attentes.

Parmi les 3,3 GW de capacités éoliennes terrestres : Allemagne (1,6 GW), France (605 MW) et Danemark (202 MW).

Les 1,1 GW d’éoliennes installées en mer se trouvent principalement au Royaume-Uni (911 MW), en Belgique (175 MW) et au Danemark (28 MW). L’Allemagne devrait en installer de nouvelles au cours du second semestre.

Pour l’ensemble de l’année 2018, WindEurope prévoit 3,3 GW de nouvelles éoliennes en mer et 10,2 GW d’éoliennes terrestres. Cela signifiera 13,5 GW de nouvelles capacités éoliennes cumulées pour l’année.

« Nous sommes sur la bonne voie pour une solide année en ce qui concerne les nouvelles installations de parcs éoliens, mais la croissance est tirée par quelques marchés. Ces chiffres masquent également certaines tendances inquiétantes » a déclaré Pierre Tardieu, directeur général de WindEurope.

Et d’ajouter :

« La France a installé beaucoup de nouvelles éoliennes terrestres cette année, mais elle n’a pas délivré un seul nouveau permis pour les éoliennes terrestres au cours des huit derniers mois en raison d’un problème administratif – ce qui a également eu pour conséquence que la dernière vente aux enchères a été sous-souscrite. Il y aura donc un déclin dans les nouvelles constructions, ce qui créera de l’incertitude dans la chaîne d’approvisionnement. »

« En Allemagne, il est bon que les projets aient besoin d’un permis pour soumissionner aux enchères l’éolien terrestre, mais cette règle doit maintenant devenir permanente. De plus, il y a un flou sur la date à laquelle le nouvel éolien terrestre de 4 GW promis dans l’accord de coalition pour 2019-20 sera mis aux enchères. Et le nouveau gouvernement tarde à confirmer les volumes d’enchères au-delà. Comme tous les États membres, ils doivent maintenant donner une visibilité de cinq ans sur le calendrier et les volumes des futures enchères, conformément aux termes de la nouvelle directive sur les énergies renouvelables. »

« Cette visibilité est essentielle à la chaîne d’approvisionnement et au maintien des emplois et de la croissance dans le secteur de l’énergie éolienne en Europe. Les investissements dans la fabrication, les compétences et la R&D n’ont lieu que lorsque les gouvernements donnent une visibilité à long terme à la chaîne d’approvisionnement. Cette clarté les aident à prendre de nouvelles décisions d’investissement et à réduire les coûts. Il sera essentiel de s’attaquer à ces problèmes pour permettre à l’Europe d’atteindre son objectif de 32 % d’énergies renouvelables d’ici à 2030 de manière rentable. »

« Et dans le domaine de l’éolien offshore, l’Europe est trop dépendante du Royaume-Uni, qui est en avance sur les installations actuelles et s’engage sur des volumes futurs. En revanche, le rythme des nouvelles installations a ralenti en Allemagne. D’autres pays doivent également renforcer et accélérer leurs plans sur l’éolien offshore. »

WindEurope se fait la voix de l'industrie éolienne et rassemble plus de 450 membres actifs dans plus de 50 pays. Elle compte parmi ses membres des fournisseurs de composants, des instituts de recherche, des associations, des promoteurs, des entrepreneurs, des fournisseurs d'électricité, des sociétés de financement et d'assurance et des consultants.
Partagez l'article
  • 6
    Partages

 



[ Traduction Enerzine ]

Articles connexes

Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
Me notifier des