Enerzine

L’Europe développe le premier carburéacteur solaire au monde

Partagez l'article

Un projet de recherche financé par l’UE baptisé SOLAR-JET a permis de produire, à partir d’eau et de dioxyde de carbone (CO2), le premier carburéacteur «solaire» au monde.

Les chercheurs sont parvenus pour la première fois à réaliser la totalité de la chaîne de production du kérosène renouvelable, en utilisant de la lumière concentrée comme source d’énergie à haute température. Le projet en est encore au stade expérimental, l’équivalent d’un verre de carburant ayant pu être produit en laboratoire par simulation du rayonnement solaire. Ces résultats laissent cependant espérer que l’on pourra un jour produire n’importe quel hydrocarbure liquide à partir de CO2, d’eau et de soleil.

«Grâce à cette technologie, nous pourrons peut-être un jour produire en abondance un carburant plus propre pour les avions, les voitures et les autres moyens de transport. La sécurité énergétique pourrait s’en trouver grandement améliorée et l’un des principaux gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique pourrait ainsi être transformé en une ressource utile » a déclaré Máire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne à la recherche, à l’innovation et à la science.

Le procédé

Dans un premier temps, on a utilisé de la lumière concentrée (simulant le rayonnement solaire) pour transformer du dioxyde de carbone et de l’eau en gaz de synthèse (syngas) dans un réacteur solaire à haute température (voir illustration ci-contre) contenant des matériaux à base d’oxyde de métaux mis au point à l’école polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zürich). Le syngas (mélange d’hydrogène et de monoxyde de carbone) a ensuite été transformé en kérosène par Shell selon le procédé «Fischer-Tropsch».

L'Europe développe le premier carburéacteur solaire au monde

Si la production de syngas au moyen du rayonnement solaire concentré en est encore à un stade peu avancé de développement, la filière de transformation du syngas en kérosène est déjà en train d’être déployée à l’échelle mondiale par des entreprises, dont Shell. La combinaison de ces deux filières pourrait permettre un approvisionnement sûr, durable et évolutif en carburant d’aviation ainsi qu’en diesel et en essence, voire en matières plastiques. Les carburants obtenus par le procédé Fischer-Tropsch sont déjà certifiés et peuvent être utilisés par les véhicules et avions actuels sans qu’il soit nécessaire de modifier le moteur de ces derniers ou leur infrastructure de ravitaillement.

Le projet quadriennal SOLAR-JET lancé en juin 2011 est financé à hauteur de 2,2 millions d’euros par l’UE au titre du septième programme-cadre de recherche et de développement technologique. Il rassemble des organismes de recherche du monde universitaire et de l’industrie (ETH Zürich, Bauhaus Luftfahrt, Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), Shell Global Solutions et le partenaire de gestion ARTTIC).

Au cours de la prochaine phase du projet, les partenaires entendent optimiser le réacteur solaire et déterminer si cette technologie peut fonctionner à une plus grande échelle et à un coût concurrentiel.

L'Europe développe le premier carburéacteur solaire au monde

La recherche de nouvelles sources durables d’énergie demeure une priorité dans le cadre du programme Horizon 2020, programme septennal de recherche et d’innovation de l’Union lancé le 1er janvier 2014. Dans l’appel à propositions pour une énergie «bas carbone» compétitive, publié le 11 décembre dernier, la Commission a proposé d’investir 732 millions d’euros sur deux ans dans ce domaine.

L’appel comprend une rubrique sur le développement de la prochaine génération de technologies pour les biocarburants et les carburants de remplacement durables.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    22 Commentaires sur "L’Europe développe le premier carburéacteur solaire au monde"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    sunny
    Invité

    Ça a un peu plus de gueule qu’une centrale nucléaire flottante. Selon le site CSP-World.com 19 pays sur tous les continents disposent déjà ou construisent des centrales solaires thermodynamiques de type commerciales, qui ont l’avantage elles de pouvoir stocker de l’énergie (jusqu’à 10 heures). Même ce marché là est plus prolifique que le business du nucléaire. Pour info, AREVA a va connecter la plus grande centrale « Frenels » du monde en Inde, 125 MW.

    jumper
    Invité

    quelques millions d’euros investis en R&D sur cette technologie ? Quelle rigolade ! plan septennal : sur 7 ans. Pendant ce temps on investit des milliards d’euros dans le CEA et pas mal d’autres conneries. Cela me fait penser aux 22 millions d’euros investis dans la filière éoliennes flottantes en 2013. On a un déficit énergétique monstrueux, des problèmes de pollutions et les R&D de différentes filières reçoivent des miettes pour avancer sur 7 ans. Quelle rigolade.

    marcarmand
    Invité

    Même s’il devient rentable économiquement, ce procédé permettra une réduction des émissions de CO2 par recyclage partiel, mais il ne permettra pas de les supprimer complètement, puisque le carburant ainsi produit, une fois brûlé dans un réacteur d’avion, sera à nouveau converti en CO2 et dispersé dans l’atmosphère, sans possibilité de récupération. Pour supprimer complètement les émissions de CO2, il n’y a que 2 solutions: – Récupérer intégralement le CO2 émis et le recycler, ce qui est possible par exemple dans une centrale à hydrocarbure. – Utiliser un carburant sans carbone, par exemple NH3 (www.enerzine.com/26/807/impression-article.html)

    Jo-mounty
    Invité

    Ce nouveau procédé auquel on fournira du CO2, issue des activités industrielles brulant des gaz,charbons et marginalement fuels;(hors moyen orient,russie);s’il devient rentable économiquement,sera alors un procédé d’avenir pour produire le kérosène de nos avions sans avoir à dépendre des états pétroliers(moyen orient,russie). Sans oublier du CO2 issue de la CCS dans le monde.Le but n’est pas de supprimer complètement les émissions de CO2,mais de ne jamais manquer de kérosène pour nos avions à réactions,dans le futur.

    Bachoubouzouc
    Invité

    A priori, c’est une techno qui sera en effet intéressante à développer.

    Pastilleverte
    Invité

    pas une découverte que « eau » + CO2 peut donner des carburants. le tout c’est de produire ça de manière « robuste », techniquement parlant et à un coût compététif, ce qui n’est pas encore le cas, comme dit très clairement dans l’article. Mais très bonne idée à développer au plus vite, le principal avantage, pour moi, n’étant pas la saga du CO2, mias la moindre, voire l’absence de, dépendance des producteurs d’hydrocarbures. L’avion va devenir vraiment très « durable »… et c’est tant mieux !

    Sicetaitsimple
    Invité

    Quel rapport ( en dehors du soleil) entre ce procédé et des centrrales CSP?

    sunny
    Invité
    Pour obtenir du rayonnement solaire concentré, c’est la même technologie du solaire à concentration (centrales à tour, Dish sterling etc) Les applications peuvent être la production délectricité (le plus souvent) mais aussi de la chime solaire. Sinon, les centrales dont je parle sont pour la plupart des centrales de production d’électricité. Les centrales qui font de la chimie solaire sont plus des laboratoires expérimentaux. Il y en a partout dans le monde (Themis en France, etc…). Mon propos était de dire que la technologie « du rayonnement solaire concentrée » est en plein essor dans le monde et que cela pourra favoriser… Lire plus »
    pierreerne
    Invité
    La réaction du CO2 sur l’eau à haute température et en présence de catalyseurs pour obtenir un mélange d’hydrogène et d’oxyde de carbone est connue depuis plus de 80 ans. Elle n’est pas utilisée industriellement car beaucoup trop consommatrice d’énergie, et parce que son rendement est médiocre. Le procédé de transformation du syngas (hydrogène + CO) en hydrocarbure (Fischer Tropsch) a été utilisé à large échelle pendant la deuxième guerre modiale par les Allemands, et par les Sud-Africains pendant (et depuis l’apartheid. Ajouter un concentrateur solaire et vouloir faire croire que c’est une innovation verte, c’est du greenwhashing total. Vouloir… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    Ah ?… Ben zut alors. Comme quoi dans l’énergie il n’y a vraiment pas de miracles.

    Sicetaitsimple
    Invité

    centrales à tour, Dish sterling,…mettons.Je ne suis pas sûr qu’on parle du même niveau de température que dans le procédé décrit (c’est une litote, je suis quasiment sûr du contraire, mais vous pouvez me démentir avec quelques sources). Mais dans ce cas n’agrementez pas votre commentaire avec un exemple sur le Fresnel d’Areva, basse température, qui en plus ne permet aucune capacité de stockage.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Certainement… On peut faire du stockage avec n’importe quoi, tout réside dans « l’efficacité » du stockage. C’est quoi le 24521volet stockage du projet eCARE de la CNIM et il en est où?

    sunny
    Invité
    J’ai pas beaucoup plus d’info. J’ai discuté avec un ingénieur de la CNIM la semaine dernière. Il m’a dit qu’eCARE (pilote de 230 kW seulement) serait doté d’une capacité de stockage de 10 heures. L’objectif est d’avoir une vitrine technologique pour prendre des parts de marché en Arabie Saoudite (KA-care program, 25 GW de CSP à construire d’ici 2032). Le projet eLLO (9 MW) doit être construite sur le même site et être opérationnelle fin 2015 début 2016. Il espère que le prochaine appel d’offre de la CRE (CRE 3) leur permettra de développer de nouvelles centrales dans les Pyrénnées… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    tout d’abord, je voulais vous dire ( je l’ai déjà fait) que ce que j’apprécie chez vous, même si nous pouvons ne pas être d’accord, c’est que vous répondez et vous livrez au débat.Ce n’est pas le cas de tout le monde…. Une preuve de plus,suite à ma question, vous nous parléz d’un projet de 230kW, donc pas grand chose, en disant « j’ai pas beaucoup plus d’info ». Par contre rien sur la technologie de stockage ni sur l’avancement du projet, mais ce n’est pas grave. Le CSP sans stockage, c’est à mon avis condamné, le PV est déjà bien plus… Lire plus »
    sunny
    Invité

    Dans la technologie dont je parle, développée par ASE et aujourd’hui par Schott Solar, les sels fondus servent de fluide de transfert de chaleur dans le recepteur (le tube linéaire), à la place de l’huile. Les sels fondus peuvent ensuite être directement stockés. Pour plus d’info:

    Sicetaitsimple
    Invité

    « Ces récepteurs sont utilisés dans les centrales cilyndro paraboliques. L’avantage est que les sels fondus peuvent ensuite être directement stockés. ». Nous sommes d’accord, mais le gros inconvénient du cylindro parabolique ( ou du Fresnel d’ailleurs) dans ce cas c’est le risque de solidification dans les km de tubes qui se promènent dans la centrale en cas de dysfonctionnement. C’est pour ça qu’à mon avis ce sera plus simple à gérer avec une tour.

    sunny
    Invité
    Ce serait aux ingénieurs CSP de la CNIM, d’AREVA, de Schott ou d’ASE de vous répondre. D’un regard extérieur, je constate l’intérêt des saoudiens pour ASE qui sont rentrés au capital (ainsi que les japonais) et le choix de Schott Solar de développer la même technologie qu’ASE. D’un autre côte j’espère également que choix technologique français (le choix du Fresnel) sera le bon. Avantage à l’Italie (ASE), qui va déveloper pour au moins 400 MW de projets sur son sol dans les 2 , 3 prochaines années (sa vitrine technologique pour l’export avec la technologie d’ASE). La France n’a que… Lire plus »
    energiestr
    Invité

    Une information sur le stockage de l’énergie solaire : la startup australienne http://www.solastor.com.au développe une solution basée sur le graphite qui semble intéressante. C’est bien plus simple que le sel fondu, et cela utilise des miroirs plans.

    Pastilleverte
    Invité

    … tant qu’il est là, c’est à dire pour plusieurs décennies, quoiqu’en pensent les uns et les autres : 1/Relocaliser à proximité des centrales nuke des cimenteries, à priori les plus grosses entités éméttrices de CO2. 2/ Cpaturer le CO2, filière franco européenne, bien entendu 3/ En période creuse, en gros 365 « nuits » par an, utiliser l’électricité du nuke pour ptoduire de l’H2 par électrolyse de l’eau 4/ Faire travailler M Fischer-Tropp… Bon d’accord, c’est sans doute trop « beau » et « facile » pour être vrai, mais quoi, révons !

    Sicetaitsimple
    Invité

    Selon cette source, l’industrie du ciment produit 2,6% des émissions de CO2 en France. Et techniquement, vous n’avez pas besoin de relocaliser quoique ce soit, il y du réseau, même (et surtout!) avec beaucoup de renouvelables.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Enfin, ce que je dis sur le réseau, je ne l’ai pas inventé, c’est GreenPeace qui le dit!

    christiana
    Invité

    C’est une espèce de fischer tropsch votre truc?

    wpDiscuz