L’Europe va financer 2 projets français d’énergies renouvelables

Mercredi, la Commission Européenne a annoncé l’octroi d’une enveloppe de plus de 1,2 milliard d’euros en faveur de 23 projets de démonstration ‘novateurs’ dans le domaine des énergies renouvelables.

Suite au premier appel à propositions du programme de financement dénommé « NER300** », ces projets seront cofinancés à l’aide des recettes de la vente de 200 millions de quotas d’émission provenant de la réserve destinée aux nouveaux entrants du système d’échange de droits d’émission de l’Union européenne.

Les projets couvrent un large éventail de technologies renouvelables : bioénergies (y compris les biocarburants avancés), énergie solaire à concentration, énergie géothermique, énergie éolienne, énergie océano-thermique, ainsi que la gestion décentralisée des sources d’énergie renouvelables (réseaux intelligents).

"Noël est en avance cette année : la décision d’aujourd’hui est un grand pas en avant dans la politique de l’Union européenne en matière de climat. L’initiative NER 300, est en fait un mécanisme de type ‘Robin des Bois’ qui consiste à faire payer par les pollueurs des projets de démonstration à grande échelle de nouvelles technologies à faibles émissions de carbone. L’enveloppe de 1,2 milliard d’euros – financée par les pollueurs – suscitera 2 milliards d’euros supplémentaires d’investissements privés dans les 23 projets de démonstration à faible intensité de carbone qui ont été sélectionnés. Cela permettra non seulement à l’Union européenne de conserver sa position de chef de file sur les sources d’énergie renouvelables, mais aussi de créer des emplois dans l’Union, et ce dès maintenant." a déclaré Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission chargé de l’action pour le climat.

Une fois lancés et opérationnels, ces projets permettront collectivement d’accroître d’environ 10 TWh la production annuelle d’énergie renouvelable en Europe, ce qui correspond à la consommation annuelle de carburant de plus d’un million de voitures particulières. Plus encore, l’objectif est la démonstration de technologies qui permettront ultérieurement d’accroître de façon substantielle la production à partir de sources renouvelables dans toute l’Union.

"Collectivement, les projets récompensés permettront l’embauche de plusieurs millions de travailleurs à plein temps pendant la phase de construction (c’est–à–dire les 3 à 4 années à venir). Une fois que ces projets seront en phase opérationnelle, un millier de travailleurs à plein temps seront engagés pour une durée de 15 à 20 ans afin de prendre en charge le fonctionnement des installations. On en attend également des effets positifs sur la croissance et sur l’emploi à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement du secteur" a précisé la Commission Européenne dans un communiqué.

Le financement NER 300 couvrira jusqu’à 50 % des «coûts spécifiques» du projet, c’est-à-dire, en substance, les coûts supplémentaires calculés par rapport aux technologies existantes qui ont fait leurs preuves; le solde sera financé par l’investissement privé et/ou des fonds nationaux supplémentaires. Le financement NER300 sera mis à disposition sur une base annuelle, en fonction des performances enregistrées (à savoir la quantité d’énergie verte produite) et du respect des exigences en matière de partage des connaissances.

Par ailleurs, aucun financement n’a pu être prévu au titre de la décision adoptée mercredi pour des projets de captage et de stockage de carbone. L’enveloppe de 275 millions d’euros envisagée pour les projets de captage et de stockage de carbone dans le premier appel à propositions reste donc disponible pour financer des projets dans le cadre de la deuxième phase de l’initiative NER 300.

Deux projets éligibles pour la France

BIOd (UPM Stracel BTL) : projet de biocarburants de 2ème génération à Strasbourg.

Une enveloppe budgétaire de 170 millions d’euros a été allouée à ce projet pour un coût total estimé à 411 ME. Il prévoit la construction d’une unité de production de biocarburant au port du Rhin. Le nouveau procédé expérimental permettra de produire du biocarburant de 2ème génération à partir de biomasse lignocellulosique par voie thermochimique. Au final, 67 emplois directs et 14 emplois indirects seront créés. Il aura également des conséquences sur la filière d’approvisionnement en bois et d’exploitation forestière, qui touchent moins de 1.000 personnes.

WINd (Vertimed) : projet d’éoliennes flottantes à Marseille.

VertiMED est soutenu par EDF Énergies Nouvelles (filiale à 100% d’EDF). Le projet ouvre la voie à la construction d’un parc dédié à la production d’électricité à partir d’éoliennes flottantes, utilisant une technologie développée par un consortium d’industriels, dont le groupe Technip et la société française Nénuphar. Il bénéficiera d’un financement européen de 34,3 millions d’euros. La phase de construction impliquera environ 350 personnes, avant d’aboutir à 20 emplois pérennes sur le site, une fois opérationnel.

L'Europe va financer 2 projets français d'énergies renouvelables

** Le programme de financement NER 300 est mis en œuvre par la Commission européenne en coopération avec la Banque européenne d’investissement (BEI) en ce qui concerne à la fois la sélection des projets, la vente de 300 millions de quotas de carbone dans le cadre du système d’échange de droits d’émission de l’Union européenne et la gestion des recettes qui en découlent.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "L’Europe va financer 2 projets français d’énergies renouvelables"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

avant même de commencer à lire, j’étais sûr qu’un des 2 projets bénéficieraient à EDF EN, ça n’a pas loupé !

Chabichou
Invité

Ou c’qu’elle est passée la Madone du Poitou ? Je croyais que “sa” région était à la pointe du progrès en matière de bio-carburant et pfffft… c’est des alsaciens qui récupèrent la mise ! (une petite boite finlandaise en fait, au CA de 9,5 Md€ ; un nécessiteux donc…). Nous aurait-elle (encore) menti ? Après le photovoltaïque et l’éolien off-shore (si, si, vous avez bien lu) Ségolène nous avait pourtant vanté les mérites de sa gestion des ENR… Mais je constate qu’en dehors de la propagande locale, on ne voit rien sur les médias nationaux… snif, snif, snif….

Lustucru
Invité

Un peu de géographie régionale pour les ignorants. La région Poitou Charentes se compose de 4 départements, avec la Charente Maritime qui, comme son nom l’indique, se trouve le long de la mer. Ce qui rend possible d’y installer des éoliennes en mer, offshore. Les ricanements bêtes ne présentent aucun intérêt.

dede29
Invité

Pourquoi etre choqué de voir EDF investir dans ce projet et profiter de l’argent de l’europe ? N’est-ce pas l’état français qui est le principale actionnaire ?

aphi
Invité

Bonjour Fredo, où avez-vous vu que le projet Stracel est lié à EDF EN ? Il s’agit de bio-carburant, cela me semble donc peu probable.

fredo
Invité

Relisez-moi: “j’étais sûr qu’un des 2 projets bénéficierait à EDF EN”, je n’ai pas dit les deux.

fredo
Invité

je ne suis pas choqué, je dis simplement n’être pas surpris qu’EDF soit parmi les lauréats quand il s’agit de bénéficier de financement à base d’argent public.

dede29
Invité

de récuperer un peu de l’argent de l’Europe .

Chabichou
Invité
… sauf que la zone en face de la Charente Maritime N’EST PAS une zone retenue pour le développement de l’éolien off-shore. Mais si, vous savez bien…. les ”zones rouges à forts enjeux” où l’éolien est totalement exclu, des ”zones oranges à enjeux modérés” où l’éolien est toléré et des ”zones vertes à enjeux faibles” qui ne posent aucune contrainte majeure à l’implantation d’éoliennes offshore. Pour définir ces zones, les critères principaux restent la profondeur et la vitesse du vent. Mais d’autres critères comme la présence ou non de zones naturelles protégées, de ressources de pêche, de voies maritimes commerciales… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Marseille va faire du statoéolien flottant, dommage, c’est pas des tours et c’est pas en bois, et pour la Charente, c’est dans les marais qui longent la Gironde qu’il faut mettre les tours, le vent y est permanent… Ha oui, y a déjà oune centrale noucléaire, porqué yé n’y avait pas pensé, stupido qué yé suis!

wpDiscuz