Enerzine

LHC : départ de la « deuxième saison » de collecte de données

Partagez l'article

Les scientifiques travaillant au LHC, parmi lesquels des physiciens du CEA, reprennent aujourd’hui leur collecte de données, 27 mois après l’arrêt de l’accélérateur et ses améliorations structurelles et technologiques.

Les expériences physiques s’appuient sur des collisions de particules atteignant l’énergie record de 13 TeV, doublant ainsi celle atteinte lors de la première étape d’exploitation. Le LHC rentre ainsi dans sa « 2e saison » d’expériences, ouvrant la voie à de nouvelles découvertes pendant les trois prochaines années.

Les opérateurs du LHC (Large Hadron Collider) ont déclaré aujourd’hui être parvenus à générer des « collisions stables », soit des expériences de collisions de particules exploitables pour la collecte de données, ouvrant ainsi la 2e saison d’exploitation de l’accélérateur. Les collisions sont faites de trains de protons, circulant dans l’anneau du LHC à une vitesse proche de celle de la lumière, en sens opposés. Dirigés par des aimants supraconducteurs tout le long des 27 km de l’anneau sous-terrain, 100 milliards de protons se sont percutés aujourd’hui, lançant la campagne de mesures qui s’étalera sur trois ans.

Ces nouvelles collisions, plus énergétiques, permettront de mettre en évidence des phénomènes physiques et repousser les frontières de notre connaissance, pouvant par exemple expliquer des mystères tels que la matière noire et sa composition – que les chercheurs soupçonnent de représenter ¼ de l’Univers –, ou encore la prédominance apparente de la matière sur l’anti-matière.


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz