Li-o2 : une batterie rechargeable à l’état solide

Les ingénieurs américains de l’Université de Dayton Research Institute (UDRI) ont développé la première batterie rechargeable lithium-air conçue pour répondre aux risques d’incendie et d’explosion rencontrés avec les batteries de type lithium-ion.

En effet, bien que la batterie au lithium-ion possède une bonne densité énergétique, un ratio-poids acceptable, une décharge d’énergie progressive et lente par rapport aux autres types de batteries, comme le nickel-cadmium, il y a eu récemment un certains nombre d’accidents et un grand nombre de rappels de la part des fabricants.

La nouvelle batterie à l’état solide devrait régler ce problème, car elle ne dispose d’aucun liquide corrosif pouvant provoquer des fuites. Au contraire, elle est constituée d’un électrolyte solide, basé sur un matériau en verre-céramique, très stable, même lorsqu’il est en contact avec de l’eau. Le prototype a été soumis à 40 cycles de charge-décharge à des densités de courant comprises entre 0,05 et 0,25 mA / cm2. L’objectif à terme est de passer la barre des 4.000 cycles.

L’équipe a développé et testé des batteries de différentes formes adaptées pour l’expérimentation. Selon elle, "la batterie Li-O2, une fois complètement finalisée, pourrait dépasser la densité énergétique de 1.000 Wh/kg dans certaines configurations, soit 10 à 15 fois plus que les batteries au lithium traditionnelles".

Les chercheurs espèrent que ces batteries pourraient être disponibles commercialement d’ici deux ans à destination d’appareils électroniques portatifs et dans huit ans pour les véhicules hybrides et électriques.

 

** Un électrolyte est généralement une substance ou composé qui, à l’état liquide ou en solution, permet le passage du courant électrique par déplacement d’ions.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Li-o2 : une batterie rechargeable à l’état solide"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
marcob12
Invité

Une jolie annonce, mais rien qui incite à penser qu’ils sont franchement en avance (par rapport au projet STAIR par ex) et ils sont bien au-dessous de l’annonce récente de l’AIST. C’est une chose d’avoir un prototype qui semble marcher et d’arriver à une production industrielle. Pour se vanter d’avoir réussi à atteindre 40 cycles (charge/décharge) quand on vise 100 fois plus, il faut y croire. Je doute qu’ils aient le recul pour formuler autre chose qu’une espérance “raisonnable”. Nous verrons. Mais quelqu’un y parviendra, vu la multitudes des acteurs sur le sujet…

michel123
Invité

Un électrolyte par définition est liquide puisqu’il s’agit d’ion en solution dans un liquide , une matrice solide de type céramique ne peut en aucuns cas être  qualifié d’électrolyte. Espérons que le prototype soit industrialisable et ne soit pas une arlésienne comme la batterie par supercondensateur à base de céramiques “eestor” qui promet une sortie imminente et n’arrive pas à sortir son premier modèle commercial depuis plus de 5 ans. MC

Thibault
Invité

Un peu perdu à propos des batteries présentes sur le marché? Plus d’information sur :

wpDiscuz