L’Ile-de-France pourrait implanter jusqu’à 180 éoliennes d’ici 2020

La Région Île-de-France, qui a rejoint en août le Club des collectivités locales éoliennes (Cléo), doit adopter à l’automne son Schéma régional éolien, présenté en juin dernier.

Celui-ci cible les zones favorables au développement des éoliennes, en tenant compte à la fois des enjeux paysagers, patrimoniaux, environnementaux et techniques. Sont notamment concernées la Seine-et-Marne, qui représente le plus fort potentiel avec la Brie et le Gâtinais, ainsi que l’Essonne, avec la Beauce, et les Yvelines.

À partir de cette cartographie, un scénario a été élaboré dressant les perspectives à l’horizon 2020. Résultat : ce sont entre 100 et 180 éoliennes, d’une puissance de 2 à 3 mégawatts MWh chacune, qui pourraient voir le jour. Dans l’hypothèse où elles fonctionneraient 25% du temps, soit 2.200 heures par an, leur production pourrait couvrir les besoins en électricité de 190.000 à 520.000 personnes.

Mais d’autres territoires pourraient venir agrandir ce parc d’éoliennes, à l’instar des plateaux du Vexin français (95) et du secteur sur lequel s’entraîne le Groupement interarmées héliporté dans le sud de l’Essonne et des Yvelines.

Des blocages subsistent cependant dans les deux cas, au niveau notamment du ministère de la Défense, opposé à l’implantation d’éoliennes dans un périmètre où les hélicoptères militaires effectuent des manœuvres. Ces réticences de la part de l’armée ne sont pas sans répercussions puisqu’elles reviendraient à renoncer à environ 125 à 220 éoliennes supplémentaires.

Un potentiel énergétique à développer

Alors que des régions limitrophes comme la Picardie et le Centre ont largement franchi le pas, les éoliennes franciliennes se comptent encore sur les doigts de la main. Les trois premières fonctionnent depuis l’an dernier dans le parc des Gargouilles (91). Gérées par l’entreprise Theolia, ces géantes de 120 m de haut, complétées par 13 autres dans l’Eure-et-Loire, sont censées produire chaque année 95 GWh, soit l’équivalent de la consommation d’électricité d’une ville de 42.000 habitants.

Bien que la Région Île-de-France ne finance pas directement ces projets d’éoliennes, elle a accordé, ces quatre dernières années, environ 65 millions d’euros de subventions. Le tout afin de soutenir le développement plus général des énergies renouvelables, qui représentent aujourd’hui moins de 10% de la consommation des Franciliens.

[ Reportage ] – Les premières éoliennes d’île de France

[ Partage ] – copier ce lien dai.ly/YNxELu

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "L’Ile-de-France pourrait implanter jusqu’à 180 éoliennes d’ici 2020"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
luxeole
Invité
Toujours plus grand et plus concentré… Nous sommes tous d’accord qu’il faut développer les énergies renouvelables et alternatives… Quid du développement de systèmes multi-énergies de micro-génération associés à des équipements et mobilier urbain ? Saviez-vous qu’une petite éolienne à axe vertical est inaudible, esthétique, modulable en termes de design (donc parfaitement intégrable dans l’environnement) et qu’elle produit jusqu’à 6 kW d’électricité verte ? Si elle alimente des lampadaires LED de dernière génération (1,4 W de consommation pour remplacer une ampoule de 60 W) plusieurs 100aines de lampes peuvent éclairer une ville (ou bâtiment) sans impact carbone… le concept EcogreenMedia.NET consiste… Lire plus »
edc10
Invité

De pire en pire : pourrait couvrir en électricité les besoins de x milliers de personnes, alors qu’elles ne tournent que 25% du temps ?? Décidément, les mots ont un sens, mais ça ne semble pas géner les auteurs. 25% du temps ? déjà c’est 17%. Et la lobotomie continue … de toute façon, ils peuvent toujours rêver, les constructeur d’éolienne : la population, de plus en plus informée, veille. Il n’y aura pas plus de 10 GW d’éolien terrestre en France. Assez de massacre comme cela

Ambiel
Invité
D’une part elles ne tournent pas 25% du temps mais 70 à 80%. Par contre en puissance cumulée, elles sont entre 20 et 30% du temps à pleine puissance. C’est ce que l’on appelle le facteur de charge (FC). Ce FC a tendance à augmenter de manière importante depuis 2ans avec l’apparition de modèle de classe vents faibles à moyens qui change pa smal les choses. Le parc français à un FC moyen d’environ 23%, mais les nouvelles éoliennes que l’on installe ou qui sont en projet en France ont des FC proche des 30% et pour certains, supérieurs. Avec… Lire plus »
edc10
Invité

C’est bon, ambiel, pas la peine d’expliquer le FC sur ce forum, on sait ce que c’est.

Steph
Invité

Si vous ne voulez pas recevoir de lecon, ne vous mettez en position d’en recevoir. Votre post est constelle d’intox et d’approximations. Un FC de 25% pour l’Ile de France est parfaitement realiste.

Ambiel
Invité

Alors dans ce cas ne racontez pas n’importe quoi !

edc10
Invité

C’est vous qui le dites : de 17% à 25%. Soit. Ca n’engage que vous. C’est pas non plus la panacée. Et surtout, ça ne règle aucun des autres problèmes liés à l’éolien. Je ne vais pas revenir là-dessus. De plus en plus de monde se bat contre l’implantation de ses machines à l’économie fort douteuse et au lobbying surpuissant. Vous aurez du mal à les mettre, ces éoliennes, croyez moi !

Ambiel
Invité
A l’économie fort douteuse? un exemple? Au lobbying surpuissant? Vous rigolez? le syndicat éolien français a…. 4 permanents !!!!!!!!!!!! EDF paye en ce moment même une camapgne de pub pour le nucléaire et dispose de plus de 50personnes à plein temps rien que pour le nucléaire ! l’UFE, AREVA, la CGT-energie, toute l’UMP, le FN, beaucoup au PS et j’en passe sont les premiers à monter au creneau de manière massive pour défendre le nucléaire. Si on daigne installer aujourd’hui quelques malheureuses éoliennes (90 au 1er trimestre 2012, la belle affaire !) c’est parce qu’elles ont une vraie réalité économique… Lire plus »
Superdupont
Invité

J’aime bien votre avatar ; il me semble bien représenter ce que vous devez être….

edc10
Invité
Moi je préfèrerai qu’on parle des autres ENR. L’éolien est un leurre financiers pour les français, qui ont tout à y perdre comparé autres nombreuses autres ENR et aux économies d’énergies. C’est une farce environnementale pour tout ce que ça implique en aval. Vous me parlez de l’EPR ? Soit. Niveau éolien, voici l’équivalent de la production annuel (TC 25%): 1600 MWp x 4 = 6400 MWp == 2500 éoliennes de 2.5MW à 2M€ l’unité == 5 Milliards d’euros pour 20 ans, soit 15 Milliard sur les 60 ans (durée vie EPR). Mouais. Pour le lobby, vous oubliez Bruxelles, bien… Lire plus »
Rice
Invité

@edc : parce que vous savez quoi en faire maintenant de vos déchets nucléaires ????? Et concernant votre remarque sur les “centrales pilotables”, je vous invite a prendre connaissance des programmes européens ANEMOS et SAFEWIND que vous ne semblez malheureusement pas connaître.

edc10
Invité

Les déchets nucl, ça n’est pas un volume insumontable comparé aux montagnes de CO2 qu’on ne voit pas.C’est un problème, je vous l’accorde. Mais vous n’arriverez pas à me faire passer pour un pro-nucl : je vous parle des autres enr. L’éolien en France est une hérésie. Et les populations concernées vont le feront savoir, croyez-moi. Sinon pour les programmes dont vous parlez, c’est principalement de la prédiction sur la production ‘éolien. C’est décorrélé des investissements liés à la sécurité à la stabilité du réseau.

wpDiscuz