L’industrie minière n’appartient “absolument pas” au passé

Arnaud Montebourg a confirmé la semaine dernière la volonté du gouvernement de créer une Compagnie Nationale de Mines de France (CMF), dotée d’un budget de 200 à 400 millions d’euros et chargée d’explorer les sous-sol français et étrangers.

D’après le Ministre du Redressement productif, l’industrie minière n’appartient "absolument pas" au passé.

Cette annonce concerne aussi bien les matières premières que les terres rares. "Nous recherchons du lithium par exemple, un métal fondamental pour les batteries des véhicules électriques… Avec notre nouvelle compagnie minière, nous protégerons nos intérêts nationaux !"

En marge de cette annonce, le ministre délégué au Développement, Pascal Canfin a nuancé ces propos en déclarant au sujet du lithium qu’il était plutôt préférable de le récupérer dans les déchets.

Réaction immédiate de la FNME-CGT

"Certes il est incontournable, dans le cadre de l’économie des matériaux et de l’économie circulaire de retraiter tous nos déchets" a noté la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, "cependant on ne peut s’arrêter à cela, en nous réservant l’utilisation secondaire du produit et en laissant aux autres l’extraction et l’exploitation dans des conditions sur lesquelles on ne peut agir ou on ferme les yeux. Cette conception de la coopération entre les peuples laisse pantois."

"Sur le plan énergétique, nous n’avons cessé de dire que le bouquet énergétique ne pouvait faire l’impasse sur aucune forme de production d’énergie à condition d’accélérer la recherche afin de tenir compte de l’obligation urgente de diminuer fortement les émissions de gaz à effet de serre" a ajouté la FNME-CGT. "Tant que nous continuerons à utiliser des ressources fossiles, il est certainement préférable de privilégier les ressources de notre sous-sol plutôt que les importer. Cela permet d’une part de limiter notre déficit commercial, et d’autre part d’agir afin que l’exploitation et la production se fassent dans les meilleures conditions sociales et environnementales."

Et de conclure, "une Compagnie Nationale des Mines de France, dans l’esprit du pôle public de l’énergie, nécessite que soient réaffirmés la propriété publique de l’entreprise et le statut du mineur pour les salariés."

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "L’industrie minière n’appartient “absolument pas” au passé"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Solarhome
Invité

Dans la catégorie Populiste Ecervelé, 1° prix pour M. Montebourg

Altair
Invité
Pour Solarhome… Je suis d’accord avec vous pour les énergies fossiles type gaz de schiste… Dans ce cas, on met effectivement le pied sur une mine qui va exploser… Mais en France, il existe de nombreuses mines de granulat (par exemple, il faut un type de granulat très particulier pour les lignes de trains à grande vitesse, genre TGV, pour lesquelles on ne peut pas utiliser des produits de déconstruction classique) ou autres carrières de construction visant un marché spécifique. Et dans ce cas, effectivement, il serait idiot de taper sur cette part de l’industrie minière, qui je le rappelle… Lire plus »
zelectron
Invité

Charbonnages de France reste la propriété de l’Etat français avec 50 milliards de francs de dettes sous le tapis …

Sicetaitsimple
Invité

ah quand il s’agit de forer ou de creuser, c’est toujours mieux chez les autres…. Je ne prends pas la défense de Montebourg, mais les bonnes âmes qui s’offusquent en consommant gaillardement ( au quotidien dans leurs activités personnelles et leur consommation) du gaz, du pétrole, de l’uranium, des métaux précieux,des terres rares, etc etc me font vraiment rigoler….

Samivel51
Invité

C’est Montebourg et son Colbertisme qui appartiennent au passe.

Sandine
Invité
A croire que l’essor du charbon allemand donne des envies aux français… Je ne comprends pas très bien ce type de déclarations de la part d’un Ministre. Bien évidemment, nous sommes conscients qu’il faudra peut être développer des technologies charbon/lignite si l’on ne trouve pas rapidement de technologies économiquement viables pour gérer l’intermittence des ENR et le stockage, mais de là à se transformer en Germinal ou comme en Allemagne où l’on fête dignement l’ouverture des mines de la Rurh…surtout pour ceux qui ont connu de près des mineurs. J’espère que les engagements autour du climat seront les premiers sur… Lire plus »
Dan1
Invité

Je ne crois pas que notre ministre vise précisément le charbon, il me semble plutôt qu’il s’agit de relancer la prospection de notre sol pour y trouver des matériaux plus précieux et pas forcément combustibles. De l’autre côté du Rhin on creuse encore de très grands trous (de plusieurs centaines de mètres de profondeur et de dizaines de km2 de surface) pour donner à manger, par centaines de tonnes à l’heure aux voraces centrales à lignite. Gargantua a encore de belles heures à vivre à l’ombre de l’eau de Cologne.

Sicetaitsimple
Invité

encore que: La Nièvre, c’est en Bourgogne, non? Il est d’où, notre ministre? Mais c’est plus la réaction de la FNME-CGT qui m’y fait penser que la déclaration même.

Herve
Invité

Sur le principe, le ministre a raison, c’est mieux de creuser chez nous que d’importer + payer nos chomeurs. La question es de savoir combient l’aventure va nous couter…, Quand je vois les syndicats s’en meler, je prends peur… (cf ce qu’ils ont fait a notre SNCF…)

wpDiscuz