L’initiative solaire franco-allemande, un affichage de circonstance ?

L’organisation regroupant les acteurs de l’industrie solaire européenne, EU ProSun, a salué hier l’initiative prise par la France en coopération avec l’Allemagne de vouloir renforcer la position de l’industrie solaire européenne sur le marché mondial.

Dans le même temps, EU ProSun rappelle que l’Europe dispose d’ores et déjà de capacités de production suffisantes en matière de fabrication de modules et de cellules. Et (elle) ajoute que les pratiques commerciales déloyales et les prix de dumping ont fortement éprouvé le marché ces dernières années, la position concurrentielle de l’industrie locale en est ressortie affaiblie, en dépit de l’avance technologique qu’elle possède.

"Le signal envoyé par la France et l’Allemagne est clair : l’Europe mise sur une industrie solaire forte. Néanmoins, des bases de planification solides et fiables pour les entreprises solaires qui existent encore en Europe sont plus importantes que de nouvelles capacités de production" a déclaré Milan Nitzschke, président de l’initiative EU ProSun.

"Les marchés solaires, tels que la France, se sont déjà écroulés en 2013. Les plus belles usines de fabrication du monde ne servent à rien si les politiques ne sont pas en mesure de garantir de telles bases de planification. (…) Les coupes spectaculaires du gouvernement français en matière de promotion de l’électricité solaire, tant pour les petites installations jusqu’à 10 kW que pour les installations à usage commercial jusqu’à 100 kW, ont entraîné un arrêt pratiquement total du développement de ces segments."

En Allemagne, l’accord cadre relatif à la loi sur les énergies renouvelables passé la semaine dernière par le ministre fédéral de l’Économie a également plongé le secteur et les clients finaux dans une incertitude considérable.

Désormais, EU ProSun craint non seulement que de telles actions ne viennent mettre un coup de frein aux technologies clés notamment du photovoltaïque et du stockage de l’énergie, mais aussi que l’avenir d’un approvisionnement en énergie durable, décentralisé et fiable ne soit en jeu.

"L’objectif des politiques devrait consister à promouvoir les normes industrielles et les innovations. Les freins technologiques, tels que des baisses supplémentaires du tarif d’achat du photovoltaïque en France ou la participation à la promotion des énergies renouvelables (« EEG-Umlage ») pour la consommation d’électricité solaire propre en Allemagne, sont la dernière chose dont l’Europe a besoin à l’heure actuelle. Au contraire, les avantages de l’utilisation directe d’électricité solaire autoproduite ne devraient être cachés à personne. Les deux pays devraient plutôt favoriser l’autoconsommation afin de faire avancer la transition énergétique" a ajouté pour conclure Milan Nitzschke.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "L’initiative solaire franco-allemande, un affichage de circonstance ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
sansun
Invité

Monsieur Milan Nitzschke , qu’attendez vous pour nous expliquer comment va fonctionner l’autoconsommation , quelle arnaque vous nous préparer ! J’attends avec impatience votre façon de voir le problème , et je suis prêt à discuter avec vous, par l’intermédiaire D’Enerzine, ou en privé à votre convenance . A bon entendeur salut et à bientôt j’espère.

wpDiscuz