L’Irlande veut 10% de véhicules électriques d’ici 2020

Le gouvernement irlandais, la société ESB, première compagnie d’électricité du pays, et l’Alliance Renault-Nissan ont annoncé lundi la conclusion d’un accord de partenariat global, qui devrait faire de l’Irlande l’un des pays d’Europe les plus avancés en matière de transport par véhicule électrique.

L’Accord définitif porte notamment sur la fourniture de véhicules électriques par l’Alliance Renault-Nissan à partir de 2011, la mise en place par ESB d’une infrastructure nationale de recharge, et sur la politique et les mesures incitatives que le gouvernement mettra en oeuvre afin d’encourager l’adoption par le plus grand nombre des véhicules électriques.

Le gouvernement irlandais a annoncé lundi que tout acheteur de véhicule électrique pourra disposer d’un bonus de 5 000 euros et sera exempté de taxe d’immatriculation.

Le ministre de Communications, Energie et Ressources naturelles, Eamon Ryan, a décrit cette annonce comme une preuve concrète de la politique gouvernementale. « Le programme du gouvernement a annoncé son intention de transformer les secteurs de l’énergie et du transport en Irlande. Nous avons fait de grands progrès en termes d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et maintenant nous démarrons l’électrification de notre flotte de transport. L’objectif du gouvernement irlandais est que 10% du parc irlandais soit électrique d’ici à 2020. L’accord d’aujourd’hui avec l’Alliance Renault Nissan prévoit 2000 véhicules électriques sur les routes irlandaises en 2011. ESB fournira l’infrastructure de recharge à domicile des nouveaux propriétaires de véhicule électrique. »

ESB mettra en place dans tout le pays 3 500 points de charge d’ici décembre 2011. Le programme a déjà commencé à Dublin et des points de recharge seront également installés sous peu à Cork, Galway, Waterford et Limerick. ESB a également l’intention de créer d’ici fin 2011 30 stations de charge rapide, réparties sur l’ensemble du territoire national, dont neuf devraient être opérationnelles dès la fin de cette année.

Pour le directeur général d’ESB, Padraig McManus, l’annonce faite aujourd’hui représente « une nouvelle étape majeure pour le développement d’un système de transport zéro émission».

« ESB est en train de déployer une infrastructure dans tout le pays pour accompagner le développement du véhicule électrique. L’Irlande sera l’un des premiers pays au monde à se doter d’un réseau national de recharge électrique, qui donnera des nouvelles opportunités aux entreprises et favorisera la création d’emplois, tout en offrant les bénéfices environnementaux d’un transport décarboné. »

Nissan commercialisera en Irlande son modèle LEAF, une cinq places à hayon arrière électrique début 2011, tandis que Renault proposera son utilitaire léger électrique, le Kangoo Z.E. quelques mois plus tard. D’ici fin 2011, Renault fournira une centaine de prototypes de la Fluence Z.E. pour un projet pilote également prévu en Irlande. Berline électrique à usage aussi bien privé que professionnel, la Fluence Z.E. sera mise en vente en Irlande en 2012.

Ces trois véhicules seront équipés de batteries lithium-ion de dernière génération, fabriquées par la société Automotive Energy Supply Corporation (AESC), joint venture établie par Nissan, NEC et NEC Tonkin.

ESB effectuera des essais et des opérations pilotes pour tester l’infrastructure et recueillir des données permettant d’analyser les comportements et les usages des clients, ainsi que leur expérience du véhicule électrique.

L’Accord définitif conclu lundi fait suite à un Protocole d’accord qui avait été signé par les trois parties en avril dernier et qui portait sur une étude de la promotion du véhicule électrique en Irlande.

Selon Eric Basset, directeur général de Renault Irlande : « Grâce à sa relative petite taille, l’Irlande est un pays particulièrement adapté à l’introduction de véhicules électriques et pourra servir de pilote pour le reste de l’Europe étant donné que sa population est principalement concentrée autour des zones urbaines de Dublin, Cork, Limerick, Galway et Waterford. Les véhicules électriques représentent le mode de déplacement idéal pour des besoins privés et professionnels quotidiens des Irlandais, qui font en moyenne 75 km par jour. »

Renault et Nissan ont d’ores et déjà annoncé disposer d’une capacité de production mondiale totale de 500 000 unités par an.
À ce jour, l’Alliance a conclu plus d’une cinquantaine de partenariats dans le monde entier afin de préparer les marchés et les infrastructures à l’arrivée et à l’adoption du véhicule électrique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "L’Irlande veut 10% de véhicules électriques d’ici 2020"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Les petite iles ont un avantage (au moins psychologique) important pour l’introduction du véhicule électrique: Les automobilistes savent déjà qu’il ne leur sert à rien de pouvoir faire 1000 km avec un plein, et acceptent donc plus facilement d’avoir une autonomie limitée, surtout si le territoire à couvrir de bornes de recharge est relativement restreint. Autre avantage de l’Irlande: elle peut espérer faire rouler ses voitures aux énergies éolienne et marine.

Pastilleverte
Invité

a t on une idée du nombre d’éoliennes, hydrauliennes et autres Pelamis nécessaires à l’alimentation de 10% du parc automobimle électrique de l’Irlande (en 2020) ? Combien de centrales thermiques de secours, et alimentées avec quelle énergie (fossile) ? Hélas, pas de bagasse en Eire…

marcob12
Invité

L’irlande semble disposer d’un parc automobile voisin de 1,7 millions d’unités. Par conséquent il faudrait environ 400 Gwh/an pour alimenter un parc de 170 000 unités faisant environ 15 000 km/an. Vu le niveau de production annuelle anticipé pour 2012 cela semble jouable en effet.

Pastilleverte
Invité

merci marcob, 400 GWh/an ça représente grosso modo combien d’éoliennes (pour simplifier) ?

marcob12
Invité

Il faut sans doute un peu moins de 200 MW d’éoliennes (en irlande) pour produire 400 Gwh/an. Disons 100 éoliennes de 2 MW ou si c’est de l’off-shore 40 unités à 5 MW. Ceci dit c’est le réseau qui alimentera ces véhicules et leur électricité est fortement carbonée. Très probablement les capacités additionnelles seront de l’éolien, donc…

Sicetaitsimple
Invité

pour 1264MW connectés (fin Janvier) et à peu près autant ayant reçu leur autorisation de connection.

wpDiscuz