Enerzine

L’Islande veut partager son expérience exemplaire

Partagez l'article

Le Président de l’Islande a proposé jeudi sa feuille de route dans la lutte contre les changements climatiques.  M. Olafur Ragnar Grimmson a promis d’honorer « son obligation morale » de partager avec le reste du monde les connaissances et les technologies accumulées par son pays en moins de 30 ans.

À la tête d’un « véritable laboratoire », M. Grimmson a livré ses propos au cours d’une conférence de presse qu’il a donnée jeudi au Siège new-yorkais de l’ONU, en compagnie de son Représentant permanent auprès des Nations Unies, M. Hjalmar W. Hannesson, et de la Directrice exécutive de l’Institut de l’énergie et des ressources (TERI), Mme Leena Srivastava.

« Je refuse de croire que l’Islande est un cas spécifique qui ne peut être dupliqué ailleurs », s’est insurgé le Président devant le défi « colossal » d’inverser la tendance du réchauffement climatique. 

Aujourd’hui en Islande, plus de 70% de la consommation d’énergie proviennent d’énergies hydroélectrique et géothermique.  D’ici à 2050, le pays s’est fixé comme objectif de devenir le premier pays au monde totalement indépendant des ressources fossiles et polluantes, à savoir l’objectif d’atteindre un taux de 100% d’énergie renouvelable.

Aujourd’hui dans le monde, le consensus est clairement là.  Les technologies et les mécanismes de financement existent déjà, a estimé le Président de l’Islande, jugeant qu’il ne manquait que la volonté politique de transformer complètement les systèmes énergétiques. Combien de temps nous faut-il pour prendre les choses en main, s’est-il emporté, en prônant dès à présent la mobilisation d’un partenariat fort entre les pays et les secteurs privés du Nord et du Sud.

Approuvant ses propos, la Directrice de TERI a indiqué qu’en Inde, le défi est de mener de front les activités d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de ce phénomène. Pour  elle, les technologies d’atténuation existent bel et bien mais elles restent bien souvent hors de portée du citoyen ordinaire. L’Inde met donc l’accent sur l’adaptation et son corollaire, la modification des modes de vie, mais comment informer les populations et promouvoir des solutions ?, s’est-elle interrogée.

Il n’y a pas de solution à taille unique, a souligné le Président islandais, en prônant une conjugaison de plusieurs technologies, non seulement dans le domaine de l’énergie mais aussi, par exemple, dans le domaine de la construction qui continue d’ériger des immeubles à grande consommation d’énergie.

Aucun traité ne suffira à accélérer les efforts, a prévenu le Président, qui a appelé à un changement « révolutionnaire » des mentalités à l’instar de celui qui a eu lieu, du point de vue politique, à la fin de la guerre froide.

Le Président de l’Islande a estimé que les appels à la prudence lancés par des pays comme les États-Unis ou la Chine selon lesquels ces efforts compromettraient le développement économique national ne sont pas justifiés. 

En 1975, a-t-il rappelé, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) classait l’Islande au rang des pays les moins développés d’Europe.  Aujourd’hui, l’Islande est au quatrième rang mondial pour la compétitivité de ses entreprises, affichant un taux de croissance de 2,6%, un taux de chômage variant entre 1,7 et 3% et un produit national brut (PNB) par habitant classé au cinquième rang mondial.

La transformation des systèmes énergétiques n’est pas pour rien dans ce succès économique, a affirmé le Président.  Le rythme de la transformation peut varier d’un pays à l’autre mais l’équation reste la même; plus d’énergie propre signifie plus de profits, a ajouté le Président, avant que la Directrice exécutive de TERI ne dise qu’il ne s’agit pas seulement de PNB mais aussi d’« équité et d’éthique ».

Compte tenu des « enjeux énormes », même le système de commerce du carbone n’est pas une solution, a estimé le Président islandais.  « Vous savez, dans mon pays, a-t-il confié, les entreprises étrangères, surtout les plus polluantes, affluent pour s’inspirer du cas de l’Islande, conscientes du coût exorbitant que va impliquer ce commerce ». 

En 2005, 62% de la production d’électricité en Islande, qu’elle soit d’origine hydroélectrique -80,9%- ou géothermique -19,1%-, a été utilisée pour les besoins des industries de production à haute intensité énergétique.  Parmi celles-ci, l’industrie de l’aluminium est la plus importante puisqu’elle absorbe à elle seule 48% de la production d’électricité.

Quant aux biocarburants, le Président a montré les mêmes réticences face au risque que leur utilisation pose pour la sécurité alimentaire.  En Inde, a renchéri la Directrice exécutive de TERI, cette solution poserait le problème de l’eau et de la terre.

Le Président islandais a tenu à souligner que le Conseil de l’Arctique est la seule organisation non multilatérale où siègent côte à côte, les États-Unis et la Fédération de Russie.  Pendant la guerre froide, a-t-il avoué, le Conseil n’a pas été très actif mais il y a quatre ans, il a publié un Document « fondamental » qui n’a rien à envier, a-t-il plaisanté, à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Plus sérieusement, le Président a indiqué que ce Document démontre la manière dont les changements climatiques se font ressentir dans l’Arctique trois fois plus vite que les prévisions scientifiques ne le laissaient penser.  La plus grande cause des changements climatiques qu’est la fonte des glaciers de l’Arctique doit nous servir de sonnette d’alarme, a insisté le Président, en conseillant aux pays concernés de créer leur propre conseil de l’Himalaya.

 

[photo page d’accueil : Lydur (cc)]


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    4 Commentaires sur "L’Islande veut partager son expérience exemplaire"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Guydegif(91)
    Invité

    …. »partager avec le reste du monde les connaissances et les technologies accumulées par son pays en moins de 30 ans »: voilà ce que le Président islandais Mr Grimmson propose! A ne pas négliger! Que l’Ue lui ouvre les bras et les oreilles. A bon entendeur, Salut Guydegif(91)

    roland
    Invité

    qu’est ce qu’on attend pour suivre l’islande ,qu’est ce qu’on attend pour se revolter face aux multinationales qui nous dirigent et impose leur loi au travers des politiques attendre que les sous sols soient complétements vides? attendre que la terre soit complétement brulée ? attendre que la population de la planéte ait complétement disparue ?

    Joseph
    Invité
    samedi, 23 février 2008 Bonjour à vous tous, Par expérience je vous dirais que c’est très difficile de faire comprendre que nous pouvons aider grandement pour Améliorer ce nous humains avons réussis à dérégler. Il faudrait beaucoup d’humilité de notre part et nous n’en avons pas assez. Des années que j’envoi des messages comme celui-ci mais personne n’a l’humilité de me répondre. Pourtant quand j’ai commencé il n’y avait pas cette envolée vers l’industrie Effet de Serre et Changement Climatiques qui devient les objectifs de toute Entreprise qui voudrait se diversifier, mais chacun à ses idées et veut l’exploiter le… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Qu’est-ce qu’on attend pour faire la même chose en France ? La réponse globale est simple : que la France se transforme en Islande, c’est à dire qu’elle repose sur un volcan ou plutôt une faille immense qui fabrique le fond de l’Atlantique ! Sérieusement, l’expérience de l’Islande est très intéressante et doit être étudiée surtout si le transfert de savoir est garantie par le président. Seulement, cela ne résoudra qu’une petite partie du problème car le potentiel énergétique n’est pas le même. Si la France avait été l’Islande, il y a fort à parier qu’elle aurait depuis longtemps généralisé… Lire plus »
    wpDiscuz