L’objectif de facteur 4 jugé irréaliste

Lancée en mai 2006, la commission énergie du Centre d’analyse stratégique présidée par Jean Syrota a rendu son rapport mardi. Elle remet en cause l’objectif dit "de facteur 4"

Voté dans la loi de programmation 2005, l’objectif de "facteur 4" fixe un objectif européen de réduction de 75% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020.

Or, selon le rapport, "avec la meilleure volonté du monde, la France pourrait diviser ses émissions de CO2 par 2,1 d’ici à 2050, voire par 2,4, mais certainement pas par 4"

Estimant que les "ruptures technologiques" attendues n’auront pas encore eu lieu en 2050, l’objectif est présenté comme hors de portée.

En outre, le rapport suggère que l’effort de réduction que s’est imposé l’Europe doit être considéré comme une moyenne et non comme un objectif partagé.

Selon lui, "ce sont les Allemands qui ont le plus d’efforts à faire parce qu’aujourd’hui, ce sont les plus pollueurs d’Europe". La France étant "en avance" par rapport à ses voisins, ses efforts doivent être réduits, affirme Jean Syrota. Ainsi, l’Allemagne devrait diviser ses émissions par 6, alors que la France se contenterait d’un facteur 2,6.

Les réactions d’indignation se sont fait immédiatemet entendre, en particulier de la part des associations écologistes, dénonçant le "faux pragmatisme" et le "manque d’ambition" du rapport.

Mettant en cause les méthodes employées par le rapport, l’association négaWatt en dénonce également l’orientation : "Plutôt que de chercher des réponses à la hauteur des enjeux qui permettraient à la France de tenir sa parole, on préfère esquiver les problèmes en reportant l’effort supplémentaire sur nos voisins européens en conclusion d’un raisonnement alambiqué où l’équité est appelée à la rescousse du conservatisme des scénarios"

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "L’objectif de facteur 4 jugé irréaliste"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
azerty
Invité

Le message de ce rapport est donc: il y a de plus gros pollueurs, donc il n’y a pas de raison de faire d’efforts particuliers… Quand la civilisation humaine aura disparue, on fera comment pour vous exprimer notre dégout? La question qu’il faut se poser, ce n’est pas “comment justifier d’en faire le moins possible?”, mais “comment reduire nos emissions a zero!?!?!?!?!”

nrj
Invité

Normal car le nucléaire ne dégage pas de CO2

azerty
Invité
le nucleaire, ok. il explique que la france degage moins de CO2 que d’autres pays de taille similaire. mais malheureusement il reste les industries, les transports, le gaz, l’agriculture (si si, ca degage bcp de CO2!!) et l’utilisation des terres (defrichage, compost, etc…) ca fait beaucoup de CO2!! la france a une petite longueur d’avance sur les autres grands pays industriels, ce n’est pas une raison pour s’endormir sur ses lauriers et attendre de se faire rattraper!!! pourtant c’est ce qui est preconisé dans ce rapport…. franchement c’ext criminel de vouloir a tout prix en faire si peux!!! tou ca… Lire plus »
Phil
Invité

L’écologie Business nous matraque tous les jours de ses solutions miracles pour diminuer le CO2. C’est surtout pour développer son chiffre d’affaires.La solution réelle et pérenne est de consommer moins. Moins de voitures, moins d’objets de consommation, moins de croissance etc.. Sytora a raison. Contrairement aux idées reçues, ceux sont les Allemands les plus pollueurs d’Europe. Ne cherchons surtout pas à suivre leur modèle et des objectifs identiques à chaque pays, exprimés en % n’ont aucun sens et ne sont vraiment pas sérieux

wpDiscuz