Loi de transition énergétique : 20 actions prioritaires

Alors que le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte a récement été voté à l’Assemblée nationale, Ségolène Royal soulignait de son côté qu’avec cette loi, "la France devient exemplaire pour recevoir la Conférence de Paris sur le climat".

Ce projet de loi doit aussi permettre de créer 100.000 emplois de la croissance verte.

Rénovation des logements, transports propres, tri des déchets, énergies renouvelables : retour sur les grands objectifs et les 20 actions concrètes lancées par la ministre.

Les grands objectifs de la loi :

• Réduire de 40 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990 ;
• Diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012 ;
• Porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation énergétique finale d’énergie en 2030 et à 40 % de la production d’électricité ;
• Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012 ;
• Diminuer de 50 % le volume de déchets mis en décharge à l’horizon 2050 ;
• Diversifier la production d’électricité et baisser à 50 % la part du nucléaire à l’horizon 2025.

20 actions concrètes immédiates :

Rendre les bâtiments et les logements économes en énergie

1. Le crédit d’impôt transition énergétique : 30 % du montant des travaux, dans la limite de 8.000 € de travaux pour une personne seule et de 16 000 € pour un couple.

2. L’écoprêt à taux zéro pour financer les travaux de rénovation énergétique.

3. Des plates-formes de rénovation énergétique pour accompagner les particuliers dans leurs travaux de rénovation. Numéro azur Éco Renov : 0 810 140 240.

4. L’obligation de réaliser des travaux de rénovation énergétique lors de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou de transformation de combles.
Donner la priorité aux transports propres

5. Des déplacements propres, plus économes et moins polluants avec l’incitation à acheter des véhicules propres : pour les particuliers, le nouveau bonus voiture électrique de 10 000 € depuis le 1er avril 2015, pour remplacer un vieux diesel polluant ; pour l’Etat, 50 % de véhicules à faible émission dans les renouvellements, pour les collectivités, 20 % ; bus et autocars : 100 % à faible émission en 2025 ; loueurs de voitures, taxis et VTC : 10 % de véhicules à faibles émissions dans les renouvellements.

6. Les plans de mobilité d’entreprise pour favoriser le covoiturage entre salariés et économiser du carburant.

7. Le crédit d’impôt de transition énergétique pour financer l’installation à domicile de points de recharge pour un véhicule électrique.

8. Une incitation à réaliser les trajets domicile-travail à vélo et une aide fiscale pour les entreprises.
Viser un objectif zéro gaspillage : faire des déchets d’aujourd’hui les matériaux de demain

9. L’expérimentation de l’affichage de la durée de vie pour plusieurs produits de consommation, par exemple dans le domaine de l’électroménager.

10. Le contrôle de l’obsolescence programmée, stratagème par lequel un bien voit sa durée de vie sciemment réduite dès sa conception.

11. L’interdiction des sacs plastique jetables et non compostables : le recyclage de tous les plastiques sera progressivement élargi, y compris pour les films alimentaires.

12. La lutte contre le gaspillage alimentaire : rendre obligatoire le don des invendus alimentaires consommables aux associations et interdiction de rendre impropres à la consommation les invendus alimentaires.
Monter en puissance sur les énergies renouvelables

13. La possibilité de financer des projets d’énergies renouvelables pour les citoyens et les collectivités locales.

14. La généralisation du permis unique pour l’éolien, la méthanisation et l’hydroélectricité.

15. Le soutien au développement de 1 500 méthaniseurs en 3 ans pour produire de l’énergie (biogaz) à partir de déchets agricoles (200 projets d’ores et déjà identifiés).

16. Les tarifs d’obligation d’achat financeront l’électricité renouvelable autoproduite et consommée par les particuliers et les entreprises : un appel à projet sur les bâtiments tertiaires et industriels lancé avant l’été.
Lutter contre la précarité énergétique

17. Les consommations d’électricité et de gaz seront mieux maîtrisées grâce à l’installation de compteurs intelligents d’électricité (Linky) et de gaz (Gazpar).

18. Un chèque énergie est créé pour aider les ménages les plus modestes à régler leur facture d’énergie avec 4 millions de bénéficiaires (soit +1,3 million).

19. La performance énergétique devient l’un des critères du logement décent.

20. 30 % des financements issus des certificats d’économie d’énergie seront dédiés à la lutte contre la précarité énergétique (le programme Habiter mieux de l’ANAH permet de rénover 50 000 logements de ménages aux revenus modestes par an avec le concours financier de l’État et des énergéticiens).

Pour rendre toutes ces mesures opérationnelles rapidement, les premiers décrets d’application seront publiés dès la rentrée 2015.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

50 Commentaires sur "Loi de transition énergétique : 20 actions prioritaires"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

OK, très Bien ! voilà 20 mesures fort intéressantes ! la 13 ouvre les possibilités de financement-participatif-citoyen, tel que proposé par Energie Partagée ! Voir ce site pour en savoir plus ! Exemplarité requise pour la France et les français, hôtes de la COP21 en Nov-déc 2015 ! YA+KA ! A+ Salutations Guydegif(91, 68 et 30)

Papijo
Invité

Comme le souligne GuydeGif, les escros “écolos” ne sont pas satisfaits du manque d’enthousiasme des citoyens à leur confier leurs euros. Un financement participatif leur permettrait d’étendre le nombre de leurs victimes ! Même les locataires pourraient ainsi se faire arnaquer, pas besoin de posséder une maison, même ceux qui habitent en appartement y auraient droit, et même les communes qui auraient eu la faiblesse de céder au chantage écolo !

Pelleteuse
Invité

Bonjour, Faire baisser de 50% la part du nucléaire d’ici 10 ans est tout à fait irréaliste. Le temps de réaction dans le nucléaire se compte en dizaines d’années pour voir des changements significatifs

Temb
Invité

Allez donc expliquer cela aux Japonnais 🙂

lr83
Invité

Ca commence fort les commentaires : 1 positif, 2 négatifs (pour rester poli) et un ironique ! Et pourtant, même si la loi n’est pas parfaite (et faudra attendre les décrèts), cela va dans la bonne direction. Et c’est cela qu’il faut retenir : citoyen, ne restez pas à regarder passer le train, agissez !

lr83
Invité

Ce sont les rêves de ceux qui croient encore que rien ne va changer, qu’on va continuer allègrement à bouffer des énergies fossiles et fissiles, polluer allègrement la Terre comme si de rien n’était qui vont coûter très cher. Bien entendu, on ne sera plus là pour voir les dégâts que ces rêveurs ont fait.

Jd13
Invité

“…qu’on va continuer allègrement à bouffer des énergies fossiles et fissiles” Le fissile est hors de cause et sera associé aux énergies PV et éoliennes,pour avoir un avenir sans pétrole,gaz,charbon( fossiles ).La vraie écologie associe le fissile et les ENRs.Les antinucléaires sont des charlatans qui se prétendent écolos mais ce ne sont pas des écolos.Ce sont des sectaires rétrogrades et l’avenir leur donnera tord,sans l’ombre doute.Et les pays qui sortent du nucléaire ne sont pas des modèles à suivre.Ce sont des fumistes sectaires à fuir.

Jd13
Invité

sans l’ombre d’un doute.

Zaftra
Invité
A part tchernobyl et fukushima,à près de 25 ans d’intervalle,pas d’autres explosions et 67 réacteurs sont en constructions dans le monde.Et le Japon continu le nucléaire,redémare progressivement la plupart de ses réacteurs et va construire de nouveaux réacteurs après avoir fermé quelques anciens.Les fissures n’empêchent pas de continuer le fonctionement de plusieurs réacteurs.En France Hollande sera viré dans seulement 2 petites années et sa loi débile de 50 % de nucléaire et 63.2 GW maximum,sera abrogée fin 2017 ou début 2018,par la nouvelle majorité qui déteste les bobos antinukes grotesques qui influencent seulement ce stupide Flamby et son PS,bientot chassés… Lire plus »
Bibou64
Invité

A part ceux qui y ont des interets, qui peut soutenir à long terme des énergie qui nécessittent du carburant ou de la matière première, qui vont forcement grever les couts de production, notamment par l’incertitude des prix d’achat ? La transition a déjà commencé, et elle n’est pas parfaite. La première phase consiste à consommer moins. Et seulement sur ce point, nous avons encore du chemin à faire. A propos de profits, vous avez vu ceux des pétroliers en ce moment ? (Shell, Exxon, Chevron et Total ?) C’est pas le top.

Dan1
Invité
A lr83 “Rêves Ce sont les rêves de ceux qui croient encore que rien ne doit changer, qu’on va continuer allègrement à bouffer des énergies fossiles” Mouais, c’est bien de le dire, sauf que dans les faits sur Enerzine et ailleurs, je constate que l’on pérore plus facilement et abondamment sur le fissile que sur le fossile et j’ai depuis le début sur Enerzine constaté que la rubrique charbon n’intéressait personne… d’ailleurs elle n’existait même pas début 2008 : Pourtant les faits sont là, pour la production d’électricité dans le monde, c’est bien le charbon-lignite qui a affiché la plus… Lire plus »
Dan1
Invité
“La transition a déjà commencé, et elle n’est pas parfaite. La première phase consiste à consommer moins.” Certes “on” peut consommer moins à service rendu égal, mais cela peut au maximum concerner 1/5ième de l’humanité soit un peu plus d’un milliard de personnes tout au plus. Pour les 4/5ième restant, le développement signifie consommer plus d’énergie : L’approche NEGAWATT est une approche de riches occidentaux. Mais quand on a 7 milliards d’habitants qui deviendront 10 milliards en 2050 avec quelques milliards qui accéderont au développement, il n’y aura pas globalement de réduction des besoins énergétiques. En revanche, que 300 milllions… Lire plus »
Dan1
Invité

“Qui peut soutenir le non renouvelable” Ben ceux qui voient que les renouvelables sont à la peine dans les pays les plus avancés et les plus volontaristes. Rappel : les mix énergétiques de deux grands pays européens se valent aujourd’hui en terme de proportion de renouvelable. Allemagne et France sont encore à plus de 85% FOSSILE + FISSILE (léger avantage à la France en % d’EnR et énorme avantage en émission de GES) Parler sans cesse des 15 % c’est bien, mais s’occuper sérieusement des 85% restant c’est mieux.

Bibou64
Invité

Moi je dirais : principe de réalité. je fais ce que je sais faire. je ne sais pas résoudre les problèmes du monde entier, mais si les pays riches font du Negawatt (vision occidento centrique) cela permettra peut etre de développer des technologies applicables dans d’autres parties du monde. Et le negawatt chez nous, on sait le faire, dans les transports (avec l’introduction de l’electriques) et dans le batiment (avec l’isolation). Et cela va mettre du temps. Et oui. Mais ne disons pas que comme le negawattt, c”est un truc de riches, cela ne sert à rien de le faire.

lr83
Invité

En effet, et il serait bon que les pro-nukes ce rappelle de celui là : ce qui vieilli à tendance à tomber en panne, à avoir des accidents et fini par coûter très cher.

Dan1
Invité

Concernant le cas strictement français et le parc nucléaire 2G déjà très largement amorti, EDF propose de rajouter 55 milliards d’Euros et de prolonger l’exploitation à 50 ou 60 ans. Ce faisant avec de plus on produira au moins 4 000 milliards de kWh supplémentaires mais peut 8 000 milliards si on va à 60 ans. C’est cher ? J’ai donné des éléments de réponse : Alors 10 ou 55 milliards versus 207 milliards de recette (minimum) Où est le problème ?

Bachoubouzouc
Invité

Pfff Dan vous n’avez toujours pas compris que, selon les écologistes, il faut absolument jeter tout ce qui a dépassé sa durée de vie de conception, c’est dangereux sinon. Votre voiture a 15 ans ? Poubelle ! Allez en racheter une autre, ça fera tourner l’industrie…

lr83
Invité

Plutôt que de balancer 55 milliards (chiffre bas, si ça se passe comme avec l’EPR, on peut déjà tabler sur le double) pour sécuriser de vieille cocote minute, on ferait mieux de les investir dans les EnR. Car que vous le vouliez ou non, les EnR sont l’avenir. Il n’y a vraiment qu’en France qu’on est incapable de le voir !

Dan1
Invité
“Car que vous le vouliez ou non, les EnR sont l’avenir” Sauf que, comme je le rappelle sans cesse, les pays les plus avancés et capables de développer les ENR en masse ont toujours un mix ENERGETIQUE à plus de 80 % FOSSILE + FISSILE… et c’est pas demain que ça va changer. Encore une fois, il n’y a pas que l’électricité dans la vie (ce n’est que 20% du problème qui évoluera peut vers 25 ou 30% avec les transferts d’usage). Pour l’électricité seule au niveau mondiale, le charbon a plus de 40% de parts de marché et en… Lire plus »
Dan1
Invité

“Plutôt que de balancer 55 milliards” ça balance vite mais ça compte pas beaucoup. Si vous investissez 55 milliards et que vous récupérez en RECETTES entre 207 et 414 milliards, c’est plutôt un joli coup pour une entreprise.

Dan1
Invité
“on ferait mieux de les investir dans les EnR” Oui, sauf que si on investit massivement dans les EnR maintenant, on se retrouve avec une montagne de subventions à faire payer au consommateur. Rappelons que le photovoltaïque coûte déjà plus de 2 milliards par an au consommateur et que l’éolien offshore qui arrive va coûter plus de 200 €/MWh. Il y a donc un problème de soutenabilité des subventions imposées aux français dans le cadre d’une économie administrée dont les politiques ne veulent même pas assumer pleinement la responsabilité (bridage de la CSPE et creusement du déficit de compensation d’EDF… Lire plus »
Dan1
Invité

La consommation d’énergie dans le bâtiment est énorme et tout le monde parle de la limiter (quand on prend le temps de ne pas focaliser le débat sur l’électricité). Sauf que personne n’a la solution de masse : A la fin du quinquennat, où en sera-t-on du rêve et des promesses ?? Normalement on aurait dû faire 5 millions de logement. On en a combien aujourd’hui ? Les rêves ne font pas tout… surtout quand on a réussi à se faire élire !

lr83
Invité
Je suis 100% d’accord avec vous : – il faut encourager les mesures visant à réduire la facture d’électricité/énergie (isolation, électroménager, …) sans pour autant être un ayatollah de la RT. – il faut augmenter sérieusement les tarifs de l’énergie. Bien entendu, il faut un “bouclier énergétique” pour les personnes en difficulté qui bien souvent cumulent les problèmes (faible revenu, donc incapacité à faire des travaux simples d’isolation d’où facture énergétique élevée et donc cercle vicieux). Il ne me paraît pas idiot d’avoir un prix du kWh a deux ou trois vitesses : les kWh indispensables quasi gratuits (disons les… Lire plus »
lr83
Invité

Non, le “bien entendu” est juste là pour répondre à la première des remarques que mes propositions vont immédiatements entrainer. Et il ne s’agit pas d’opposer les “riches” et les “pauvres”, il s’agit de définir un besoin en kWh vital garanti. Ce n’est pas bien compliqué de faire un audit énergétique d’une habitation et de définir les kWh économisables, ceux indispensables et ceux “de luxe”.

trimtab
Invité
“…Certes “on” peut consommer moins à service rendu égal, mais cela peut au maximum concerner 1/5ième de l’humanité soit un peu plus d’un milliard de personnes tout au plus. Pour les 4/5ième restant, le développement signifie consommer plus d’énergie ….: L’approche NEGAWATT est une approche de riches occidentaux. …Mais quand on a 7 milliards d’habitants qui deviendront 10 milliards en 2050 avec quelques milliards qui accéderont au développement, il n’y aura pas globalement de réduction des besoins énergétiques. …..En revanche, que 300 milllions d’américains apprennent à consommer moins pour le même niveau de confort ne me choque pas du tout.… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“dans un école éclairer aux LEDs, ‘powered by the sun'” Il faut bien voir que la solution PV+batteries fonctionne bien quand c’est payé par des ONG, pour des petites quantités d’électricité, pour l’école du village éclairée aux LEDs par exemple. Mais le jour où les africains seront développés, où ils voudront de l’industrie, internet, la télé, des machines à laver et la clim, là ça sera une autre histoire. La solution PV+batterie ne suffira plus. Et sera trop chère. Il est alors fort probable que leur système électrique se développe exactement comme celui des occidentaux : D’abord avec de grands… Lire plus »
Dan1
Invité
Les Africains et les asiatiques font déjà et feront à peu près comme nous. La France a longtemps tourné à l’hydraulique (d’Aristide Bergès à la deuxième guerre mondiale). Mais c’était du temps ou le pays pouvait se satisfaire de 20 TWh/an : La volonté ou le rêve ne font rien à l’affaire, il s’agit d’un problème d’ordre de grandeur et de développement. Les solutions pour 500 TWh ne sont pas celles pour 20 TWh, il suffit d’accepter l’idée des ordres de grandeur. Quand l’Ethiopie se rapprochera du niveau de vie de l’Allemagne, ce ne sont pas les énormes barrages actuellement… Lire plus »
Dan1
Invité

Petit rappel sur l’Afrique du Sud : 9,5 GW de charbon ! Voici MEDUPI :

Dan1
Invité

En 2050, si les probables 10 milliards d’habitants de la planète se mettaient à consommer autant d’électricité que les Français (qui ne sont pas les plus électrivores) il faudrait produire 85 000 TWh / an…. et en 2015, nous en sommes au quart de cela. Dans les années qui viennent nous ne parlerons pas globalement de réduction de la consommation d’électricité mais de forte augmentation. Sachant que l’électricité n’est en gros qu’un quart du problème de l’énergie. Paradoxalement, il faudra vraiment aller au charbon pour ceux qui voudraient inverser cette tendance très très lourde.

trimtab
Invité
“…..on produit toujours l’électricité avec des turbines à eau ou à vapeur…..” “…..Et quand on veut produire de l’électricité en masse en 2015… on se tourne le plus vers le charbon…” Et pourtant, il y en a en Afrique qui n’entend pas de cette oreille (bien que du solaire thermique, ou du geothermique – c’est bien du ‘bouilloire’ revu, corrigé et éprouvé ‘vert’…?) Pour cité qu’une exemple: Et au moins pour le moment pas le moindre de pousiere de charbon dans le projet, ni d’uranium…? Et vu le taille des projets, on n’est quand même pas dans ‘du petit beurre-… Lire plus »
lr83
Invité

Vos derniers commentaires me font halluciner ! Vous êtes vraiment persuadé que notre “modèle” est le seul valable, c’est terrifiant. Vous êtes des archétypes du syndrome “Minitel”. Croire qu’en Afrique, ils vont massivement aller dans le fossile et le fissile est un conte de fée pour pro-nuke. Avec le potentiel qu’ils ont en EnR, c’est tout simplement inconcevable. Comme le souligne Trimbad, ils vont allègrement sauter nos pénibles étapes comme ils l’ont fait pour la téléphonie.

Temb
Invité
Et ils le font déjà, à grande vitesse. En Afrique du Sud il est assez intéressant de voir le lobbying énorme des groupes du nucléaire (russes, français en tête) pousser l’ANC à aller vers le nucléaire en flattant la dimension puissance (nucléaire = grande nation) et en arrosant les grands évenements sportifs du pays. Mais ce choix n’a aucun autre sens que l’idéologie chez eux, car c’est le choix le plus couteux. En effet leur éolien se fait avec des PPA autour de 40-60€, leur solaire dans les 80€ et leur nucléaire se fera à bien plus de 100€, d’autant… Lire plus »
Dan1
Invité
“Au passage l’argument massue des pro-nucléaire français “l’indépendance énergétique” est mort deux fois : 100% de l’uranium est importé, et nous allons ouvrir le capital d’Areva aux Chinois.” Et ben non, l’indépendance que nous procure l’uranium n’est pas seulement vis à vis de l’importation de Yellow cake : Pour plus de 400 TWh produit, l’uranium importé nous coûte moins d’1 milliard d’Euros et une grosse partie de la transformation est réalisée en France et procure des emplois qualifiés. Comme nous profitons de l’usine d’enrichissement pour vendre de l’uranium à l’étranger (50% de l’activité enrichissement), nous sommes nettement bénficiaires. Mais nous… Lire plus »
Temb
Invité

Ok mais 100% de l’uranium est importé. 0% du vent, de la pluie, du soleil 🙂 Pas besoin de tolérer et défendre un dictateur Kazhak ou Nigérien… Faire rentrer une démocratie transparente et qui n’a jamais fait de “reprise” de technologie comme la Chine dans le capital d’Areva ne vous pose aucun problème? Le précédent avec une autre démocratie tranparente et stable, l’Iran et les attentats lorsque nous avons cessé de leur verser leurs dividendes pour Georges Besse ne peut en aucun cas servir de leçon?

Dan1
Invité

A trimtab Evidemment que l’Afrique fait du renouvelable et fera du renouvelable, mais regardons les choses en face : combien pèsent et pèseront les EnR (hors grosse hydraulique) dans le mix électrique en 2030 ? Et il n’y a pas que l’électricité dans la vie ! Si vous prenez Medupi et Kusile, ce sont 9,5 GW qui vont tourner avec un facteur de 80 à 90 % voire plus. Mettons 85% qui nous donne 70 TWh. Maintenant, en face vous aligner combien dee MW d’éolien et de PV pour faire autant ?

Dan1
Invité

“Ok mais 100% de l’uranium est importé” Et bien il fallait encourager la 4G, nous avons déjà l’uranium prêt en fûts en France. Et sinon quand l’Allemagne importe son charbon de Colombie, on dit quoi :

Herve
Invité

Faut dire aussi un truc qui est trés différent en Afrique: La bas, ils sont entrainés aux coupures periodiques de courrant, appelées “délestage” qui arrivent par endroit plusieurs fois par jours. Dans ce contexte, il est plus facile d’integrer des ENR sans backup suffisant, l’ordinaire des consommateurs ne sera pas trés modifié…

Dan1
Invité

D’ailleurs dans certaines régions d’Afrique, assez souvent il est inapproprié de parler de coupure d’électricité qui est notre vision de la réalité quand l’électricité est majoritairement présente et qu’elle disparaît parfois (1 heure par an étant un scandale). Quand c’est l’inverse, on ne parle pas de coupure mais de présence d’électricité et l’activité économique s’organise en fonction des quelques heures où l’électricité circule dans les fils. Sinon c’est pétrole et groupes électrogènes, pour ceux qui peuvent.

Dan1
Invité

Vous me pardonnerez ce néologisme en titre mais j’ai l’impression qu’il me va bien et qu’il s’oppose un peu aux iconoclastes farouchement tourner vers l’avenir lointain et grand contempteur du passé. Bon m’enfin une petite image pour vous montrer ce qui est souvent le présent et l’avenir des pays émergents : Mais comme le disait Lionel, les américains prédisent n’importe quoi !

Dan1
Invité
Je vais redonner un lien qui permet d’évaluer les progrès comparés des FOSSILES et des nouvelles EnR dans le monde : J’ai téléchargé les données de 1990 et 2012 (dernières diffusées). On remarque immédiatement qu’entre 1990 et 2012, la production d’électricité a presque doublé, passant de 11,3 PWh à 21,5 PWh. Vous aurez aussi remarqué que j’ai changé d’unité pour rendre compte de la progression de l’électricité à l’échelle mondiale : j’utilise le PétaWattheure plus pratique à manipuler que le traditionnel TWh. C’est juste 1000 fois plus grand… question d’ordre de grandeur. Bon, comment a-t-on fait pour en arriver là… Lire plus »
Reivilo
Invité

Les américains disent-ils vraiment n’importe quoi ? Leur président vient d’annoncer un plan drastique de réduction de la production électrique carbonnée (un tiers de moins d’ici 2030, des centaines de centrales à charbon fermées) et parallèlement un doublement de la production à partir des EnR qui passeraient de 13% à 28%, une part qui dépasserait même celle du nucléaire ! Des PétaWattheures avec du renouvelable, des moulins à vent et du soleil pour produire 3 000 kWh par an par habitant (conso annuelle par étasunien 13 000 kWh), est-ce bien raisonnable ?

lr83
Invité
@Dan1 : Vous devriez prendre des chiffres entre 1970-1980, ce serait encore mieux pour vos “démonstrations”. Vous vivez complètement dans le passé, c’est incroyable que vous vous en rendiez pas compte. Si je regarde entre 2012 et 2015, le prix du PV a pratiquement été divisé par 2. L’éolien a encore progressé et je ne parle pas des progrès qui ont été fait dans les batteries pour ne regarder que ce composant. Pour prendre une image qui peut-être vous éclairera, c’est comme prédire en 1920 que la voiture à essence n’a aucun avenir en prenant des statistiques de 1850 sur… Lire plus »
trimtab
Invité
“…..Et les Chinois, eux, ne se posent pas de questions métaphysiques : ils font de tout et le nucléaire est en expansion rapide….” Oui bien sur ils vont faire MASSIVEMENT du nouveau nuke, mais déjà aussi MASSIVEMENT de l’éolien : ainsi probalement que du solaire MASSIVEMENT dans le desert de gobi. C’est ça l’avantage des ENR pour les pays émergents – BRIC) , il y de la place pour en faire MASSIVEMENT avec le vent et le soleil des ensemble ‘titanesque’ sans empiéter sur les zones ‘habites’ et comme j’ai souvent répeté ici, on peut faire TRES rapidement du solaire… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
C’est un débat parallèle, mais appliquons le ici…. Ce que montrent les statistiques de l’EIA ( cf. lien de Dan1) c’est qu’en gros sur 20 ans en moyenne la consommation d’électricité mondiale augmente d’environ 500TWh par an. L’intelligence artifielle doit pouvoir nous dire ce qu’il va se passer dans le futur de ce point de vue… Un peu de bon sens devrait nous permettre de penser que le rythme ne va pas baisser (sauf catastrophe, ce que personne ne souhaite à mon avis). 500TWh de renouvelables, c’est environ 150GW d’éolien terrestre plus 150GW de PV pas trop mal placés (… Lire plus »
Ds
Invité

Hier promenade dans un site magnifique, la foret de Taillard dans le PNR du Pilat et la Hte Loire voisine. à 1300 m d’altitude, des milliers d’hectares de forets, de mirtilles, des vues à couper le souffle jusqu’au Mont Blanc et au Ventoux, des chevreuils qui traversent les chemins, une fantastique lumière. Et au plus haut un mat de mesure des vents, des dizaines d’éoliennes de 150 mètres de haut en projet sur la crête ultime. C’est ça votre avenir écologique ? Réveillez-vous.

Temb
Invité
Vous avez raison, des centrales à charbon ou nucléaire en plaine ça ne pose aucun souci à personne. @Sicetaitsimple Une croissance infinie dans un monde aux resources limitées ça n’existe pas, je ne vais pas vous l’apprendre. Déjà la croissance de la concommation d’énergie ralentit en Chine, et tous les pays émergents vont eux aussi connaître un plateau. Pendant ce temps là chez nous notre plateau tend même à décroitre. Efficacité energétique, hausse de la productivité à consommation d’énergie équivalente, maitrise des consommations, les pays émergents vont en plus pouvoir bénéficier de tout ceci avant de commettre toutes les mêmes… Lire plus »
Dan1
Invité
A lr83 “@Dan1 : Vous devriez prendre des chiffres entre 1970-1980, ce serait encore mieux pour vos “démonstrations”. Vous vivez complètement dans le passé, c’est incroyable que vous vous en rendiez pas compte. Si je regarde entre 2012 et 2015, le prix du PV a pratiquement été divisé par 2.” Ah bon, parce vous possédez peut être les statistiques mondiales de l’électricité après 2012 ?? Je fais avec ce qui est officiellement publié en matière de production d’électricité et vous répondez à côté du sujet en me parlant de prix du PV ! Bon alors Mme Soleil, si vous regardez… Lire plus »
Dan1
Invité

Remarquez que j’ai des images aussi pour le 21ième siècle et un très grand pays : Ou comment la Chine multiplie par 4 sa production d’électricité à base de fossile. Passer de 1 000 à 4 000 TWh c’est plus significatif que le Vietnam… mais le principe est le même !

Dan1
Invité

Je m’étais déjà tourné vers l’avenir (évidemment moins souvent et moins intensément que nos iconoclastes de service) et j’avais parlé des Chinois : Bon, comme le lien ne fonctionne plus, je vous redonne l’image d’un futur possible : On vient bien que le plateau va poindre à l’horizon. Là où on distingue moins la tendance, c’est sur le fait que les nouvelles EnR vont “bouffer” le charbon.

Cosinus
Invité

Un contrat de 25 milliards de livres = 36 milliards d’euros. C’est le contrat prévu pour la construction de 2 EPR chez les anglais. Encore plus cher que prévu.

wpDiscuz