Loi NOME : vers un prix moyen de 38 euros le MWh ?

Le rapporteur Paul Champsaur, nommé par le gouvernement pour penser à une refonte du système français de tarification de l’électricité préconiserait selon Les Echos une fourchette de prix allant de 37,5 à 38,8 euros par mégawattheure (MWh).

"Son verdict n’est pas définitivement arrêté. Mais, selon nos informations, la conclusion de Paul Champsaur devrait être proche de l’analyse des services de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui estimaient l’année dernière le juste prix (…) entre 37,5 et 38,8 euros" par MWh, rapportent Les Echos.

Henri Proglio, (EDF) lors de son audition par la commission des finances de l’Assemblée nationale avait estimé que le coût du MWh devait se situer entre 45 et 46 euros. De son côté, Gérard Mestrallet (GDF Suez), avait indiqué qu’un tarif supérieur à 35 euros serait pour lui et son groupe jugé inacceptable. "Il est hors de question que GDF Suez achète à 42 euros pour le vendre à 35 euros", avait-il affirmé lui aussi à l’issue de son audition.

La loi sur la Nouvelle organisation du marché de l’électricité (NOME) qui doit entré en vigueur le 1er juillet 2011 doit contraindre l’opérateur historique (EDF) à vendre jusqu’à 25% de sa production nucléaire à des concurrents directs comme GDF Suez, Poweo, Direct Energie, etc.

Alors que le rapport est attendu au plus tard en mars, la décision définitive sur les prix le sera en avril ou en mai.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Loi NOME : vers un prix moyen de 38 euros le MWh ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Einstein301
Invité

a premiere vue ,ca fait un peu “foire aux bestiaux”; en fait ,le producteur propose un tarif ,l’acheteur dispose,si ça ne lui convient pas ,il n’achete pas et il va voir ailleurs ou il construit des centrales du type qu’il le souhaite et seulement apres on pourra parler de concurence ; la production du nucleaire n’a aucun rapport de production nucleaire et annexe avec les autres producteurs potentiels de MW “sans CO2”

meminick
Invité

On est loin des promesses de gain de productivité et par la même de réduction des couts promis par la mise en concurence’ libre” Le résultat semble être une augmentation du prix pour le consomateur qui n’a pas beaucoup le choix sauf à décider de ne plus utiliser l’énergie électrique.

Soluce
Invité

la solution la plus logique c’ est de scinder EDF en trois sociétés edf production, rte, edf distribution. La dernière pourra être sans problème privatisée. Le prix de vente de l’ electricité sera le même pour tous les distributeurs et la concurence pourra éventuellement jouer

Zenattitude
Invité

Suez faisait parti du groupe d’actionaire de l’EPR de PENLY , pourquoi est il parti ? Il est vrai que c’est plus simple d’acheter de lectricité a EDF , sans investir et de la revendre ….comme en bourse …Ou sont les industriels …disparus …que des financiers .

wpDiscuz