L’Ontario convertit la centrale thermique d’Atikokan à la biomasse

La province de l’Ontario au Canada vient de franchir une nouvelle étape dans l’élimination des centrales à charbon, car mi-septembre, la principale centrale thermique située au nord ouest de la province, a brûlé son dernier morceau de charbon.

Ainsi, le projet de conversion de la centrale d’Atikokan (211 MW) du charbon en biomasse est actuellement en cours de réalisation.

Ce projet de 170 millions de dollars (134,1 millions d’euros) qui sera le premier du genre dans la province créera 200 emplois dans la construction et permettra de conserver un certain nombre d’emplois existants à la centrale. Il offrira également de nouvelles possibilités économiques pour le secteur forestier de l’Ontario qui fournira le biocarburant nécessaire à la centrale, soit le traitement de 90.000 tonnes de biomasse par an. Au final, la centrale convertie pourra produire plus de 200 mégawatts d’électricité renouvelable d’ici 2014.

La mise en place d’un système d’énergie "propre" fait partie du plan élaboré par le gouvernement McGuinty qui vise à créer et conserver des emplois pour la population locale tout en s’assurant de fournir l’électricité à la collectivité (logements, établissements scolaires, établissements de santé et infrastructures économiques).

« Aujourd’hui, nous progressons encore plus, en supprimant l’utilisation du charbon et en mettant en place un système fiable d’énergie sur lequel la population et les entreprises peuvent compter. En réduisant les émissions polluantes, nous garantissons un avenir propre et plus sain aux futures générations de l’Ontario » a commenté Chris Bentley, Ministre de l’Energie de l’Ontario.

« L’élimination des centrales à charbon en Ontario est la plus grande mesure de réduction des émissions de gaz à effet de serre prise en Amérique du Nord. Cela permet de protéger notre santé, lutter contre le changement climatique et renforce l’action de l’Ontario en faveur des énergies renouvelables » a rajouté Jim Bradley, Ministre de l’environnement de l’Ontario.

La Province a maintenant fermé 11 des 19 centrales à charbon et réduit l’utilisation de ce combustible de près de 90% depuis 2003.

Depuis 2003, l’Ontario a injecté dans le réseau plus de 10.000 MW d’électricité nouvelle et recyclée, c’est-à-dire suffisamment pour répondre aux besoins de plus de 2 millions de logements.

En 2011, plus de 80% de l’électricité générée en Ontario provenait de sources propres comme l’eau, le nucléaire et les sources renouvelables.

Selon une étude de 2008 de l’Association médicale canadienne, les coûts liés à la pollution atmosphérique, en termes de perte de productivité, de coûts des soins de santé, de la qualité de vie et de la perte de vie, se chiffrent à presque 4 milliards de dollars, soit 3,2 millions d’euros pour l’Ontario.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "L’Ontario convertit la centrale thermique d’Atikokan à la biomasse"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

“En 2011, plus de 80% de l’électricité générée en Ontario provenait de sources propres comme l’eau, le nucléaire et les sources renouvelables.”: On se croirait en France! Sinon cette reconversion charbon vers biomasse est très interessante, est-elle applicable en France (biomasse nécessaire)? Avis bienvenus.

aurel
Invité

Effectivement, s’ils considèrent le nucléaire comme une source propre…

Momo1
Invité

Il y a une fois encore un pb d’unites : on ne produit ni n’injecte pas des MW mais des MWh ( ds ce cas 10 000 depuis 2003 semble derisoire ! Rien a voir av les besoins de 2 millions de foyers )…. et produire 200MW de puissance avec 90 000T annuelles de biomasse est impossible ! ( ou alors tres peu de temps ds l’annee ! ) . Et 4 MILLIARDS de USD n’ont jamais fait 3,2 MILLIONS d’EUR …. Aie aie aie le bazar ds cette info !

wpDiscuz