Enerzine

L’ONU désigne les « Champions de la Terre » 2008

Partagez l'article

"Champions de la Terre". Sous cette appellation pompeuse se cachent des personnalités responsables d’initiatives environne- mentales ambitieuses, récompensées par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement pour leur engagement.

Le Prix Champions de la Terre, qui sera décerné lors d’une cérémonie à Singapour le 22 avril, est remis a des individus selon leur région géographique.

Le Prince Albert II de Monaco, l’ancien sénateur américain Timothy E. Wirth et le Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, Mme Helen Clark – dont le pays sera l’hôte de la Journée Mondiale de l’Environnement cette année – , figurent parmi les sept lauréats environnementaux sélectionnés cette année.

Les autres lauréats sont les suivants :

Balgis Osman Elasha, chercheuse au Conseil supérieur de l’Environnement et des Ressources naturelles au Soudan;

Atiq Rahman, Directeur exécutif du centre du Bangladesh pour les études supérieures;

Liz Thompson, ex-Ministre de l’Environnement et de l’énergie de la Barbade, et

Abdul-Qader Ba-Jammal, secrétaire Général du Congrès Général du Peuple au Yémen.

Tous ces lauréats ont été à la tête "d’initiatives remarquables" dans de nombreux domaines comme la politique environnementale et la recherche, et notamment ce qui touche au développement durable et à la lutte contre le changement climatique.

Pour Achim Steiner, le Sous-secrétaire général et Directeur Exécutif du PNUE, "les Champions de la Terre 2008 (…) sont à la source de changements réels et positifs ainsi que de solutions innovatrices aux problèmes environnementaux. Ces lauréats ont montré que non seulement l’action et les différentes voies de développement sont possibles, mais aussi qu’une transition vers une économie verte présente de nombreuses possibilités."


Champions de la Terre 2008


PRIX SPECIAL DU PNUE

Rt. Hon. Helen Clark

En fixant un objectif de carbone neutre pour la Nouvelle-Zélande, le Premier Ministre Helen Clark a placé son pays à l’avant-garde des défis environnementaux. Mlle Clark a lancé trois grandes initiatives politiques qui ouvrent de nouvelles pistes pour la durabilité et la lutte contre le changement climatique: le système d’échange d’émission, la stratégie énergétique et l’efficacité énergétique et la stratégie de conservation.

Les politiques de Mlle Clark promeuvent l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique à travers les principaux secteurs de l’économie. Son gouvernement est également en train de réaliser d’importants projets pour la protection de l’environnement, dans le domaine de la foresterie et de l’agriculture, ainsi que la sensibilisation du public et la stimulation de la participation du secteur privé dans le développement durable.

La Nouvelle-Zélande sera l’hôte de la Journée Mondiale de l’Environnement cette année, l’un des principaux véhicules par lesquels les Nations Unies stimulent la sensibilisation mondiale envers l’environnement et encouragent l’action politique. L’événement aura lieu le 5 juin 2008 avec pour slogan "CO2 non à la dépendance, vers une économie à faible carbone".

AFRIQUE

Dr. Balgis Osman-Elasha

Le Dr. Balgis Osman-Elasha, une scientifique Soudanaise, est parmi les principaux chercheurs internationaux dans le domaine du changement climatique. Elle a participé activement aux rapports du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) et a mené des études importantes sur le réchauffement de la planète– le principal défi de notre époque – en Afrique, avec un accent sur le nord et l’est de l’Afrique.

Le travail du Dr. Osman-Elasha sur le réchauffement climatique et l’adaptation au Soudan est vital, compte tenu des liens intrinsèques entre le changement climatique et les conflits dans ce pays. Grace à son travail, elle représente aussi un véritable modèle pour les femmes en Afrique.

Le Dr Osman-Elasha participe également à la sensibilisation des jeunes dans les universités soudanaises, en les éduquant sur la question du changement climatique.

ASIE ET PACIFIQUE

Dr Atiq Rahman

Le Dr Atiq Rahman est un fervent défenseur du développement durable au Bangladesh – un pays fortement vulnérable face au changement climatique et aux inondations. En tant que l’un des meilleurs spécialistes dans son domaine, le Directeur exécutif du Centre des Etudes Supérieures à Bangladesh (BCAS) a fait de l’ONG un centre primordial de recherche en Asie du Sud sur les questions de développement durable.

Les publications extensives du Dr Rahman sur les thèmes de l’environnement et du développement au Bangladesh sont une référence pour ses pairs. Il a également développé un cours universitaire innovant sur le développement durable et le dialogue Nord-Sud.

Avec son expérience nationale et internationale en matière d’environnement et de gestion des ressources, le Dr. Rahman possède un bagage vital pour toute la région de l’Asie-Pacifique, car il contribue à sensibiliser la population sur les dangers du réchauffement climatique.

EUROPE

S.A.S. Prince Albert II De Monaco

L’une des premières actions du Prince Albert II en tant que souverain de Monaco a été de signer le Protocole de Kyoto. Le Prince Albert s’intéresse de près au développement de politiques environnementales depuis le début des années 1990. Il a participé activement à la sensibilisation sur le changement climatique, en menant une expédition au pôle Nord en 2006 afin d’attirer l’attention sur les conséquences du réchauffement de la planète.

A travers la Fondation Prince Albert II de Monaco, qu’il a créée en 2006, il joue un rôle d’avant-garde dans la protection de l’environnement, notamment dans les domaines de la biodiversité, de l’accès à l’eau potable et de la lutte contre les effets du changement climatique. Le Prince Albert a aussi parrainé la Campagne pour un milliard d’arbres du PNUE, qui a catalysé un grand reboisement à travers la planète en 2007.

Le Prince Albert a également démontré un engagement remarquable pour le développement durable à Monaco. Sous sa direction, Monaco applique désormais une politique exemplaire de réduction du CO2 dans toutes les sphères de la société, ainsi que dans le monde des affaires.

AMERIQUE LATINE ET CARAIBES

H. E. Liz Thompson

Mme Thompson est devenu l’une des figures reconnues sur les questions environnementales des Petits États Insulaires en Développement.

En tant que Ministre de l’Energie et de l’Environnement de la Barbade, elle a promulgué une série de politiques progressistes en faveur du développement durable et de la protection de l’environnement. Elle est aussi devenue l’un des principales voix pour la sensibilisation sur le réchauffement de la planète à la Barbade – un pays où les défis du changement climatique et la conservation sont d’une importance particulière.

Mme Thompson a également joué un rôle dans la sensibilisation et la protection de l’environnement dans toute la région des Caraïbes. Elle a encouragé les petits Etats insulaires à diversifier leurs économies et à promouvoir des programmes communautaires qui ont des impacts positifs sur l’environnement.

AMERIQUE DU NORD

Timothy E. Wirth

Au cours des trente dernières années, Timothy E. Wirth a été un défenseur des questions environnementales aux États-Unis. En tant que président de la Fondation des Nations Unies et du Better World Fund, M. Wirth a fait des questions environnementales une priorité et a mobilisé des ressources importantes pour étudier des questions cruciales comme la biodiversité, le changement climatique et les énergies renouvelables.

Un grand défenseur du Protocole de Kyoto, M. Wirth a joué un rôle important dans la sensibilisation et l’appel à l’action politique contre le réchauffement climatique lorsqu’il était le sous-secrétaire d’Etat Américain pour les affaires globales.

M. Wirth a également été un ardent défenseur des questions environnementales lorsqu’il était membre du Sénat des États-Unis, s’engageant dans de nombreuses questions de conservation et de ressources naturelles dans son état du Colorado. M. Wirth est l’auteur du projet de loi pour les espaces naturels du Colorado, ainsi qu’autres législations importantes sur l’énergie, la conservation et la protection de l’environnement.

ASIE DE L’OUEST

H.E. Abdul-Qader Ba-Jammal

M. Ba-Jammal a eu une grande influence sur la protection de l’environnement au Yémen -un pays qui fait face au grave défi de la désertification. En tant que Ministre puis Premier Ministre, il a créé le ministère yéménite de l’eau, de l’environnement et de la protection de l’environnement. Il a également sollicité des financements nationaux et internationaux pour la conservation de l’environnement et la gestion durable de l’eau et mis en oeuvre une série de politiques environnementales novatrices au Yémen.

M. Ba-Jammal a également orchestré les efforts de conservation pour l’archipel de Socotra, un site d’importance mondiale pour la biodiversité. Le fonds de conservation de Socotra a vu le jour sous son patronage, et l’archipel a été nommé réserve de biosphère par l’UNESCO en 2003.

M. Ba-Jammal a soutenu la déclaration de plusieurs zones marines et terrestres protégées au Yémen, et il a créé une agence gouvernementale pour le développement des îles yéménites avec un accent sur la conservation des ressources marines. Tous ces projets sont des exemples importants de sensibilisation dans une région où les questions de l’eau et de conservation sont d’une importance vitale.

    


Partagez l'article

 



          

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz