L’Orcelle : un concept de navire-cargo, multi-énergies

La compagnie maritime scandinave, Wallenius Wilhelmsen Logistics (WWL) vient de lancer en février le "Fonds Orcelle", du nom d’un cabinet d’architecture spécialisé dans la conception de bateaux verts.

Ce fonds servirait  à promouvoir à la fois des initiatives sur l’utilisation des énergies renouvelables et à financer les premiers stades de ces mêmes initiatives.

"L’élargissement du canal de Panama ouvre des possibilités pour la conception de navires d’un nouveau genre, notamment sur l’exigence d’une plus grande réduction des eaux de ballast", a déclaré M. Iversen le président éxécutif du WWL lors de la dernière réunion du Club de l’environnement, un forum créé par WWL afin de promouvoir les questions environnementales dans le secteur de la logistique.

Se sera peut être le cas pour le projet "E/S Orcelle", un navire cargo propulsé avec un bouquet d’énergies renouvelables.

L'ORCELLE: un concept de navire-cargo, multi-énergies Avec un tonnage de cargaison d’environ 10 000 voitures répartis sur ses huit ponts et naviguant à une vitesse de croisière de 15 noeuds (28 km / heure), l’ "E/S Orcelle" utilisera différentes sources d’énergies renouvelables pour recharger les piles à combustible nécessaires à la propulsion du navire.

Le cargo qui disposera également d’une coque d’un trimaran modifié, comprendra un pont à marchandises de la taille de 14 terrains de football.

Les 3 voiles géantes rigides fourniront de l’énergie solaire grâce aux cellules PV intégrées et de l’énergie éolienne grâce au vent.

L'ORCELLE: un concept de navire-cargo, multi-énergies

La force des vagues projetée sur la coque longue de 250 mètres et large de 50 mètres apportera aussi son lot d’énergie grâce aux nervures situées sur la face interne de la coque du navire.

L'ORCELLE: un concept de navire-cargo, multi-énergies

Le coût de ce type de navire n’a pas été communiqué mais il dépasse certainement celui d’un cargo classique avoisinant les 60 millions d’euros.

** Le ballast est un lest permettant de gérer la stabilité et/ou l’assiette d’une embarcation, d’un navire.

 

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "L’Orcelle : un concept de navire-cargo, multi-énergies"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jm
Invité

“Les 3 voiles géantes rigides fourniront de l’énergie solaire grâce aux cellules PV intégrées et de l’énergie éolienne grâce au vent.” Ne faudrait-il pas remplacer “fourniront” par “capteront” ?

Fxa
Invité
Voilà une bonne nouvelle. C’est une pierre de plus apportée à l’édifice du changement des mentalités.  Dans peu  de temps, peut-être verrons -nous  apparaître une invention majeure de ce 21ème siècle dans le domaine du transport maritime,    j’ai nommé la voile. Je plaisante bien entendu, mais les afretteurs ont bien compris l’intérêt économique de substituer une part de leur consommation de fioul par des ENR. Car pourquoi payer lorsque la nature vous donne tout gratuitement. Alors surcoût à la construction oui, mais qui sera vite amorti par les économies de fioul ainsi générées, sans même parler de la maintenance de… Lire plus »
Triton
Invité

Les énergies renouvelables sont indéniablement un plus.Le hic, reste dans le captage de ces derniéres pour une utilisation efficace. Ceçi améne à concevoir des dispositifs trés élaborés pour rendre ces energies utilisables avec un rendement correct (en dépit de la gratuité de l’énergie primaire) au regard du cout d’investissement et surtout pour un navire,de la fiabilité et de la maintenance .Si l’on regarde bien le cout de la MO et surtout la faiblesse numérique des équipages,il faudra une grande sureté des dispositifs précités pour une utilisation économique valable. Il est nécessaire d’être trés réaliste. Bonne journée ami lecteur. Trt.

Quetzal
Invité

Il dépasse de loin la voile du SkySail, mais celle-ci a l’avantage de pouvoir s’installer sur des cargos existants. Voir l’article sur mon blog :

wpDiscuz