L’UE veut renforcer les stocks de pétrole

Le maintien de stocks de pétrole est "un élément de sécurité nationale élémentaire et possède une dimension économique fondamentale touchant l’ensemble de l’Union" affirment les députés dans un rapport de consultation adopté ce mercredi.

Pour les députés, le pétrole représente en effet la principale ressource énergétique de l’UE et l’économie dépend étroitement de la continuité et de la fiabilité de son approvisionnement à un prix abordable.

Du côté de la Commission, on estime que la demande en produits pétroliers continuera d’augmenter dans l’Union européenne jusqu’en 2030. C’est pourquoi les députés craignent qu’une pénurie soudaine de pétrole brut puisse être extrêmement préjudiciable aux économies des États membres et pourrait également "compromettre" leurs capacités militaires nationales.

Ils invitent donc les  États membres à maintenir leur stock minimal de pétrole brut pour faire face aux ruptures inopinées d’approvisionnement.

Le rapport rédigé par Miloslav Ransdorf (GUE/NGL, CZ) qui a été adopté à une large majorité par 629 voix pour, 24 voix contre et 8 abstentions, appelle à une plus grande sécurité énergétique et un contrôle plus efficace des stocks de pétrole dans l’UE.

Accroitre la sécurité énergétique

La Commission demande que les stocks nationaux minimaux couvrent l’équivalent de la consommation de 90 jours. Selon le rapporteur, l’important est, en fait, que "les stocks soient effectivement disponibles".

Ces quantités sont censées suffire à surmonter toutes les perturbations imaginables dans les approvisionnements, dès lors qu’elles ne sont pas motivées par des considérations politiques. Si la perturbation dure plus de 90 jours et a son origine dans des considérations politiques, la crise mondiale exigerait alors de toute façon d’autres solutions, indiquent le rapport.

Actuellement beaucoup d’États membres stockent certaines de leurs réserves de pétrole dans d’autres Etats ; par exemple, en 2007, le Danemark, l’Irlande et la Suède ont maintenu une partie de leurs stocks au Royaume-Uni. Alors que le Parlement considère cette situation comme généralement positive, il demande davantage de clarifications législatives sur les accords bilatéraux entre les Etats, pour s’assurer qu’en cas de crise, les stocks de pétrole puissent  être livrés rapidement et efficacement.

Relevés sur base mensuelle ou hebdomadaire ?
 
À travers la plupart des régions du monde, les fréquences de relevés de stock de  pétrole sont hebdomadaires, mais cela n’est pas le  cas dans l’UE où les relevés mensuels sont utilisés. Les députés estiment que le reportage hebdomadaire fournirait de meilleures informations mais soulignent que "l’exactitude des données est plus importante que leur publication hebdomadaire". Par conséquent, ils soutiennent l’étude de faisabilité lancée par la Commission sur cette question et en attendent les conclusions.

Coopération avec les organisations internationales 

Tous les États membres de l’UE sauf huit sont également des membres de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) qui met en œuvre un système parallèle pour les stocks de pétrole. La coopération entre la Commission et l’AIE est donc "essentielle pour empêcher la mise en œuvre d’une approche différenciée vis à vis des États membres de l’UE", même si, en général, il est possible d’utiliser les mêmes stocks pour satisfaire aux obligations de stockage édictées par l’Union et l’AIE.

Enfin, le Parlement invite la Commission à travailler étroitement avec d’autres organismes internationaux qui ont le pouvoir de libérer des stocks de pétrole de sorte que "la coordination multilatérale et bilatérale sur ces sujets" soit renforcée

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

2
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Thierry
Invité
Thierry

Il y a quelques choses que je ne comprends pas : on prévoit une augmentation de la demande jusqu’en 2030, alors que la production ne pourra pas continuer à croitre plus de 10 ans. y’a pas un p’tit soucie ? surtout comme demandé par les députés : A un prix abordable. Je dois vraiment être trop bête pour comprendre.

christian
Invité
christian

Cher Thierry, il y a deux éléments de réponse : 1- vous raisonnez sur des flux. La recommandation du parlement porte sur des stocks. Ce n’est pas le même thème. Le flux (la consommation) ne peut continuer de croitre à long terme, certes. Cela n’empêche pas d’augmenter le stock pour couvrir jusqu’à 90 jours de ce flux… 2- La phrase « Si la perturbation dure plus de 90 jours et a son origine dans des considérations politiques, la crise mondiale exigerait alors de toute façon d’autres solutions. » indique clairement qu’il s’agit ici de stratégie et de défense, ni d’économie, ni  d’environnement.