L’Ukraine fait un pas de plus vers son indépendance énergétique

L’Ukraine a commencé la construction du terminal de regazéification GNL (gaz naturel liquéfié) dans la région d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine qui pourrait ultérieurement couvrir 30 à 50 % de la demande domestique en gaz de l’Ukraine.

Dans le même temps, la société américaine Excelerete Energy L.P. fournira une plate-forme flottante mobile pour la réception et le traitement du gaz naturel liquéfié durant la construction du terminal au sol, d’après Interfax Ukraine.

Le projet de terminal GNL s’inscrit dans la continuité de l’acquisition par l’Ukraine de son indépendance énergétique vis-à-vis du gaz naturel russe.

"Il n’est pas seulement question du terminal GNL [que l’Ukraine utilisera pour maintenir l’indépendance énergétique – Réd.], il est également prévu de développer le gaz de schiste, sur le plateau de la mer Noire, d’augmenter la production nationale et d’inverser l’approvisionnement en gaz de l’Europe", a commenté Vladyslav Kaskiv, le responsable de l’Agence d’État pour les Investissements et les Projets nationaux de l’Ukraine.

La capacité du terminal GNL s’élèvera à 10 milliards de mètres cubes de gaz par an. Une fois le projet finalisé, l’Ukraine paiera au moins 20% de moins pour le gaz naturel qu’elle le fait actuellement pour le gaz russe, a annoncé Kaskiv.

Le projet du terminal de gaz naturel liquéfié comprend la construction d’un terminal au sol de regazéification (qui doit s’achever en 2018) et de 65 kilomètres de gazoducs (d’ici 2015) pour le relier au système de transport de gaz ukrainien. Parallèlement, le canal sous-marin reliant au port de Yuzhny sur la mer Noire sera creusé pour permettre la livraison de la plate-forme flottante et un passage obstrué des tankers GNL.

Fait intéressant, le projet Terminal GNL crée actuellement un consortium d’investisseurs. À ce jour, la part de l’investissement étranger dans le projet s’élève à 90 %, ce qui indique le haut niveau d’attractivité de la construction du terminal GNL, même dans le contexte de la crise économique mondiale, a déclaré le premier ministre ukrainien Mykola Azarov lors de la cérémonie d’ouverture.

En mai 2012, il était annoncé que le gouvernement ukrainien négociait un contrat avec l’Azerbaïdjan concernant la fourniture de 10 à 15 milliards de mètres cubes de gaz azéri par an via le terminal de gaz naturel liquéfié. Il a également été annoncé en mai que le Qatar était prêt à vendre du gaz naturel liquéfié à l’Ukraine.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "L’Ukraine fait un pas de plus vers son indépendance énergétique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Brunolalouette
Invité
L’Ukraine est grand pays agricole qui produit beaucoup de déchets verts, cette biomasse est-elle seulement utilisée comme engrais naturel sur les culture? Cette même biomasse pourrait produire du biogaz, quant à la Mer Noire qui est une mer fermée, il serait peut-être judicieux compte tenu des réserves hallieutiques mondiales, de la transformer en pouponières à poissons, de même pour les crustacés et les coquillages, plutôt que de la saloper avec du gaz de schiste! Ce qui est vrai en revanche c’est l’international-isation du financement, comme au bon vieux temps du politburo, sauf que cette fois-ci c’est l’Otan et donc les… Lire plus »
Pas naif
Invité

La Mer Noire est un milieu totalement mort pour les organismes marins car ses eaux n’étant pas renouvelées, elles sont empoisonnées par H²S et autres toxiques naturels. Seule la proche surface, correctement oxygénée est propice à la vie. Votre idée n’a pas de chance pour cette mer.

wpDiscuz