Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l’îlot P

C’est l’équipe composée du promoteur Bouygues immobilier associé à SLC Pitance et les architectes japonais Kengo Kuma associates adossés à l’équipe lyonnaise CRB qui a été retenue pour réaliser les 12 500 m2 de l’îlot P, situé à l’angle du Cours Charlemagne et de la place nautique, au cœur de la première phase du projet urbain Lyon Confluence.

Quatre équipes étaient retenues pour ce second tour parmi 17 candidats**.

Le jury présidé par Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon, a souligné la grande qualité des quatre propositions qui ont su conjuguer expression architecturale et innovation environnementale.  Il a particulièrement apprécié la qualité du travail architectural et a souligné l’élégance, le mouvement, la légèreté et la force du projet de Kengo Kuma.

L’ensemble respecte les préconisations urbaines de l’agence Herzog & de Meuron ; les trois bâtiments sont sculptés, très expressifs. Ils proposent des ondulations dans les façades qui s’ouvrent généreusement à la lumière grâce à des failles favorisant l’éclairage naturel.

Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l'îlot P

Trois matériaux sont utilisés : la pierre (bleue de Savoie) pour les bureaux à l’angle du cours charlemagne et de la place nautique, le verre pour le bâtiment central constitué de 42 logements et le bois (peuplier) pour le bâtiment mixte le long de la voie ferrée.

Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l'îlot P

Sur la qualité environnementale, le projet a été jugé le plus abouti, le plus performant et le plus sûr au regard de la stratégie énergétique adoptée.

La réflexion est très poussée sur les questions de bioclimatique (éclairage naturel, acoustique et confort d’été). L’énergie est produite à partir du photovoltaïque en toiture et en façade et d’une centrale de cogénération à base de Colza originaire de Rhône-Alpes. L’ensemble produit un total de 476 MWh, soit l’équivalent de la consommation de 160 foyers.

Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l'îlot P

Le tout se fonde sur une coopération forte avec le NEDO* et l’intégration des technologies proposées par Toshiba et a été éprouvée par des simulations très poussées.

Le NEDO a souligné l’importance du travail mené avec Bouygues dans cette phase préparatoire pour concevoir un système intelligent capable d’atteindre les objectifs ambitieux de bâtiment à énergie positive. Une étape décisive a été franchie, a déclaré le jury, pour réaliser une nouvelle génération de bâtiments « intelligents » : l’énergie produite par les bureaux le week-end servira aux logements, et les habitants et utilisateurs seront sensibilisés à l’utilisation de ces technologies pour maitriser leurs consommations, permettant d’équilibrer au mieux production d’énergies renouvelables et consommation, a souligné le directeur de Bouygues immobilier.

Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l'îlot P

Kengo Kuma a voulu par ce projet « produire de la transparence et s’inspirer de la nature » en privilégiant au mieux la lumière naturelle.

* Equivalent de l’ADEME au Japon
** Rappelons que les trois autres équipes en lice étaient Shigeru Ban et Rue Royale architectes associés au promoteur ICADE, Dominique Perrault et l’agence barcelonaise Mateo Arquitectura, associés à Vinci, Bernard Reichen et Barbosa &Guimaraes (Portugal) associés à Altarea Cogedim.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Lyon Confluence : une conception bioclimatique de l’îlot P"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
mell
Invité

Et les pronucléaires ne font pas de commentaires ici ?

wpDiscuz