Enerzine

Maisons : le label allemand Passivhaus, une référence pour l’avenir

Partagez l'article

Parce qu’il existe en France (et ailleurs !), un décalage très important entre ce qu’il est possible de construire avec les technologies actuelles et les bâtiments couramment réalisés, Pablo Portugal a décidé de s’engager pour offrir des habitats très performants, sains, intelligents et dotés de belles architectures.

Depuis plus de sept ans, l’ingénieur s’intéresse de près à l’innovation dans le bâtiment et au label Passivhauss pour lequel il est aujourd’hui accrédité en tant que Passivhaus Designer par le Passivhaus Institute d’Allemagne. En janvier 2014, Pablo Portugal a en effet intégré l’incubateur d’entreprises de la CCIP durant six mois pour lancer avec deux designers architectes, Linnen, une agence de maîtrise d’œuvre innovante.

En alliant une signature d’architecture moderne unique, la fonctionnalité et l’emploi de matériaux sains et durables et les dernières innovations en matière d’habitat, Linnen créé des espaces de bien-être, sains, connectés et hautement performants.

Réalisées selon le label allemand Passivhaus, ce type de maison intègre d’importantes innovations telles que la gestion du chauffage par internet ou l’autoconsommation de la production d’énergie. Parfaitement intégrées et respectueuses de leur environnement, elles consomment environ 6 fois moins qu’une maison conventionnelle et représentent donc un véritable investissement pour le futur, une nouvelle vision de l’habitat.

"Notre avenir proche sera plus surprenant que ce que l’on croit. D’importantes innovations ont déjà changé notre quotidien et notre style de vie va changer pour toujours. Nous sommes acteurs de ces changements. Nous sommes enthousiastes et positifs, beaucoup reste à venir et il y a de quoi faire. Chez Linnen, nous connaissons les possibilités actuelles de ce monde où l’habitat et le bien être sont appelés à se « re-«connecter » " s’est confié Pablo Portugal, fondateur et dirigeant de Linnen.

Maisons : le label allemand Passivhaus, une référence pour l'avenir

Linnen, porte-étendard du label Passivhaus en France

En cours de développement en France, le label Passivhaus garantit des performances énergétiques sans précédent. Bien que les normes de ce standard devraient s’inscrire, suite au Grenelle de l’environnement, dans la future réglementation thermique RT2020, aucun label français existant aujourd’hui ne rivalise avec le label allemand.

Développé à partir de 1988 par les professeurs Bo Adamson de l’Université Lund en Suède et Wolfgang Feist de l’Institut pour l’Habitat et l’Environnement en Allemagne, le concept Passivhaus a été mis en œuvre pour la première fois à Darmstadt (Allemagne) en 1990. L’immeuble construit présentait alors une économie de chauffage de 90% par rapport aux standards locaux de l’époque.

"Exigence, performance et confort sont les critères de choix de ce standard d’origine allemande pour les maisons Linnen. Avec pour principe de consommer le moins possible d’énergie et de garder la chaleur plus longtemps, nos maisons Passivhaus s’adaptent à la météo pour une température entre 21°C et 25°C toute l’année" a souligné par ailleurs Pablo Portugal.

Implantée et orientée pour capter le maximum de soleil en hiver et minimiser les chaleurs estivales, l’inertie thermique est assurée par l’association d’une étanchéité extrême et une parfaite isolation. Un système de ventilation innovant assure par ailleurs la régulation de la température et le renouvellement de l’air intérieur en le purifiant de tous allergènes et composants volatiles.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    8 Commentaires sur "Maisons : le label allemand Passivhaus, une référence pour l’avenir"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    chanois
    Invité

    (…) ce type de maison intègre d’importantes innovations telles que le chauffage par internet ou l’autoconsommation de la production d’énergie. Manque de précision ou mauvaise traduction, mais je ne vois pas à quoi celà correspond … à moins que l’on envisage de se chauffer aux ondes du WiFi ou du WiMax !

    Topi
    Invité

    non la réponse est plus simple ! L’article parle de la GESTION (autrement dit le pilotage) du chauffage par internet, pas de chauffage par internet. De la domotique, en d’autres termes. Je le fais déjà par sms via un boitier de contrôle de centrale d’alarme, donc rien de neuf de ce côté là.

    Dada
    Invité

    …et sinon, il y a le Q Rad:

    Romain37
    Invité

    La gestion domotique n’est qu’un détail de la démarche de la maison passive, elle n’est d’ailleurs pas indispensable. Le plus important réside dans l’orientation du logement, son isolation, son étanchéité à l’air qui passe par une réalisation soignée que bien peu d’artisans français maîtrise. Je vis dans une maison presque passive car mal réalisée et je paye 120€ de chauffage par an. Alors stop aux logements BBC et en route vers les logements passifs et le label passiv’haus, seul label de valeur qui poussera nos artisans vers le perfectionnisme et le travail bien fait.

    Luc77
    Invité

    Suite à l’article j’ai contacté la societe Linnen et ils parlent bien de chauffage via internet, ils sont les premiers à proposer les Qrads de Qarnot computing pour des maison individuelles!

    jmdesp
    Invité
    Même en Allemagne, on est confronté au fait que les gens de temps en temps souhaite aérer leur maison et renouveller complètement l’air, une isolation vraiment parfaite n’est pas un objectif si utile, il finit par y avoir un rendement décroissant des efforst d’isolation. @Dada / Qrad : Les data center les plus performants dépensent tout juste autour de 10% d’énergie en plus pour évacuer la chaleur, ça n’est pas vraiment là qu’est le gain mais dans le fait que les 100% qui servent à alimenter l’ordinateur trouvent ici un deuxième usage de chauffage, et dans le fait donc que… Lire plus »
    Lionel-fr
    Invité

    Au risque de jouer sur les mots, le dilemme de l’isolation thermique versus le renouvellement de l’air a une solution qui ne répond pas à la définition de « passive », c’est le double flux. Pour autant , un double flux fonctionnant 8 heures par jour peut suffire pour respirer convenablement et sa consommation électrique peut dés lors, être confiée à un panneau solaire.. Sans être passif, on résout le problème de l’aération en installant un système actif mais pas trop 🙂

    Dan1
    Invité

    A jmdesp Comme vous, je pense que si on isole mieux les logements, on aura plus tendance à investir dans un moyen de chauffage « centralisé » au meilleur coût d’exploitation : Les moyens de chauffage décentralisés (ça va plaire aux « écologistes ») reprennent alors du poil de la bête. Mais il n’est pas nécessaire de viser le passif pour réaliser de grande économies.

    wpDiscuz