Maîtrise de l’énergie : les TIC ont leur rôle à jouer

La Commission européenne encourage les États membres et le secteur privé à recourir aux technologies de l’information et des communications (TIC) afin d’améliorer leur rendement énergétique. Ces technologies devraient permettre une réduction allant jusqu’à 15 % des émissions totales de carbone en Europe d’ici à 2020, estime Bruxelles.

Les TIC peuvent non seulement améliorer la surveillance et la gestion de la consommation d’énergie dans les usines, bureaux et espaces publics, mais peuvent surtout contribuer à sensibiliser davantage les citoyens à la manière dont ils utilisent l’énergie, argue la Commission : grâce aux compteurs intelligents, par exemple, certains consommateurs ont pu réduire leur consommation d’énergie de 10 %.

« Viser une croissance à haut rendement énergétique et à faible taux d’émission de carbone aidera l’Europe à relever ses plus grands défis : le changement climatique, la sécurité énergétique et la crise économique», a déclaré Viviane Reding, membre de la Commission responsable de la société de l’information et des médias. «Les TIC recèlent un vaste potentiel d’économie d’énergie dans tous les secteurs d’activité. J’encourage personnellement le secteur des TIC à montrer l’exemple au reste de l’économie en réduisant son empreinte carbonique de 20 % dès 2015. La réaction des entreprises européennes du domaine des TIC aux travaux en cours de la Commission me donne à penser que l’Europe est à l’avance pour ce qui est de l’utilisation des TIC afin d’écologiser l’économie.»

Pour que l’UE atteigne ses objectifs en matière de changement climatique d’ici à 2020, Bruxelles juge capital que se répande l’usage de technologies permettant aux citoyens et aux entreprises d’exercer leurs activités quotidiennes de manière plus rentable d’un point de vue énergétique. Les TIC font désormais partie intégrante de la quasi-totalité des branches de l’économie européenne.

Le secteur des TIC proprement dit génère 2 % des émissions de carbone en Europe, 1,75 % résultant de l’utilisation de produits et services TIC et 0,25 % de leur production. S’il convient que le secteur des TIC se fixe des objectifs pour réduire ses empreintes énergétique et carbonique, c’est en utilisant les TIC dans toutes les branches de l’économie qu’il sera possible de réaliser les plus grands gains d’efficacité en matière énergétique, indique Bruxelles. L’utilisation des TIC dans tous les secteurs de l’économie et de la société pourrait ainsi favoriser la réduction des 98 % restants des émissions européennes.

Les systèmes basés sur des TIC permettraient, par exemple, de réduire de 17 % au maximum la consommation d’énergie des bâtiments dans l’UE et de diminuer de 27 % au maximum les émissions de carbone dans la logistique des transports.

Les compteurs intelligents peuvent fournir aux consommateurs des informations complètes sur leur consommation d’énergie et son coût. Les résultats d’études menées dans plusieurs États membres indiquent que le déploiement de compteurs intelligents peut réduire de 10 % au maximum la consommation d’énergie. Les compteurs intelligents produisent des informations plus précises sur la demande des consommateurs, qui peuvent ensuite être mises à profit par les fournisseurs d’électricité pour gérer leur réseau de manière à réduire la production inutile et les pertes et, partant, à diminuer les émissions de carbone.

Jeudi, la Commission a annoncé son intention d’élaborer des mesures concrètes pour que les TIC puissent contribuer aux gains d’efficacité énergétique et aux réductions d’émissions. Elle encouragera également le secteur des TIC à montrer l’exemple en se fixant des objectifs concrets pour améliorer son efficacité énergétique, en décidant collectivement d’une approche commune qui lui permette de mesurer la performance énergétique et de réaliser une évaluation comparative des progrès réalisés.

Elle a également annoncé une nouvelle consultation publique visant à établir une approche commune concernant les engagements et les revendications de chacun vis-à-vis de l’amélioration de l’efficacité énergétique. Ce n’est qu’en identifiant les acteurs et en leur fixant des délais que les objectifs ont une véritable chance d’être atteints, souligne-t-elle.

Au cours du second semestre de 2009, la Commission adoptera une recommandation proposant des mesures plus précises dès que les résultats de cette consultation auront été analysés.

La Commission encouragera également des partenariats de travail entre le secteur des TIC et les autres grands secteurs consommateurs d’énergie (notamment le bâtiment et la construction ainsi que la logistique des transports) afin d’améliorer davantage la performance énergétique grâce à des outils TIC à haut rendement énergétique dans des domaines tels que le chauffage, la ventilation, l’éclairage et la conception.

Bien que les compteurs intelligents fassent actuellement l’objet de discussions dans le contexte du troisième paquet de mesures relatives au marché intérieur de l’énergie, la Commission invitera néanmoins les États membres à se mettre d’accord sur des spécifications fonctionnelles minimales pour les compteurs intelligents dans toute l’Europe afin que les consommateurs puissent gérer efficacement leurs besoins énergétiques.

Elle invitera les États membres, ainsi que les autorités centrales, régionales et locales, à prendre l’initiative pour stimuler la demande de solutions innovantes basées sur les TIC par le biais de marchés publics, de programmes d’innovation, de projets pilotes et de l’échange de meilleures pratiques. La Commission collabore déjà avec le Comité des régions sur la préparation d’un guide pratique pour les autorités régionales et locales sur l’amélioration des performances énergétiques par l’utilisation innovante des TIC.

Le 10 janvier 2007, la Commission a adopté un paquet de mesures dans le domaine de l’énergie et du changement climatique, soutenu par le Parlement européen et par les dirigeants de l’UE lors du Conseil européen de mars 2007, qui vise à porter à 20 % la part des sources d’énergie renouvelables et à réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 par rapport à leur niveau de 1990.

Le 13 mai 2008, la Commission a annoncé qu’elle encouragerait l’utilisation des TIC pour atteindre ces objectifs en améliorant l’efficacité énergétique dans toute l’économie. En décembre 2008, l’UE a réaffirmé son engagement à atteindre ces objectifs et a souligné qu’il est urgent d’améliorer l’efficacité énergétique.

Partagez l'article

 



   

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Maîtrise de l’énergie : les TIC ont leur rôle à jouer"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Petar91
Invité

voici le rapport remis au MEEDDAT concernant l’impact des TIC :

wpDiscuz